• Accueil
  • Actualités
  • Crise du logement : Patrice Vergriete veut « changer les règles du jeu de la politique du logement »

Crise du logement : Patrice Vergriete veut « changer les règles du jeu de la politique du logement »

Publié le 29 Août 2023

horloge Lecture de 4 min.

Rédigé par Maëva Floricourt

Thématique : Actualités

Partager

Au micro de France Inter, en cette veille de rentrée, le fraîchement nommé ministre du Logement, Patrice Vergriete a donné un premier aperçu de son approche pour redynamiser l’habitat français. Hausse des taux d’intérêt, pénurie de logements, passoires thermiques, avec un marché sous haute tension depuis plusieurs mois, le mot d’ordre du ministère est clair : trouver des solutions pérennes.

Trouver une solution pérenne pour les ménages et les acteurs du Logement

Nommé depuis moins d’un mois, Patrice Vergriete est attendu au tournant par les ménages et les acteurs du Logement, impatients de voir le marché enfin se débloquer. C’est au micro de France Inter que le Ministre a choisi de dévoiler la ligne directrice de son programme : « changer l’architecture de la politique du Logement » en vue de la pérenniser.

Conscient des conditions difficiles auxquelles sont confrontés les ménages français pour se voir accorder un prêt bancaire, le nouveau ministre du Logement Patrice Vergriete assure vouloir apporter des solutions concrètes, mais sans perdre de vue un fait important : ces taux d’intérêt pharamineux s’inscrivent dans un contexte économique particulièrement dense. Avec une inflation qui s’impose à l’économie française, libérer les conditions de crédit ne s’impose pas forcément comme la solution la plus stratégique, selon le ministre.

Quant à la pénurie de logements sociaux, un des sujets sensibles depuis plusieurs mois, le Ministère a choisi un nouvel angle de travail : l’amélioration des fonds propres des bailleurs sociaux. Pour rappel, à ce jour, plus de 2,5 millions de ménages français sont en attente de logements. Si ce chiffre est en constante augmentation, le nombre de constructions, quant à lui, n’évolue pas. En cause, la hausse des taux d’intérêt. Sur cette même thématique, d’autres solutions sont en cours d’examen comme le développement du bail réel solidaire.

Remettre sur le devant de la scène les investisseurs privés

Sans grande surprise, relancer la production de logements est un des objectifs phares de la nouvelle politique du Ministère. Pour y arriver, le chef du Logement compte s’appuyer sur les acteurs de terrain, les collectivités et sur les investisseurs privés qui, de par leur stratégie économique (la priorisation de la valeur patrimoniale d’un projet), vont privilégier les zones tendues, là où le besoin de logements est le plus fort.

Si son discours sur le dispositif Pinel n’est pas très élogieux, l’actuel maire de Dunkerque reste conscient de l’importance des investisseurs privés dans le logement locatif. Impossible donc de repenser le marché sans mobiliser cette catégorie d’acteurs. 

Gérer différemment les passoires thermiques et les problématiques de chaleur

Les passoires thermiques sont également au cœur de la question de la pénurie de logements. Pour rappel, un calendrier est actuellement en place pour sortir de la location les logements ne répondant pas aux normes environnementales. Cette prérogative met les propriétaires bailleurs face à une situation d’urgence : réaliser des travaux d’amélioration énergétique pour pouvoir continuer à louer leurs biens. Ces bouilloires énergétiques sont désormais un enjeu de santé publique et la multiplication des climatiseurs est loin d’être un geste éco-friendly pour notre planète.

Il devient clair que le sujet des passoires thermiques doit être travaillé à sa racine : les constructions et les rénovations de l’habitat. À l’heure où les épisodes caniculaires gagnent en intensité, ce sujet devient de plus en plus pressant. Et pour y répondre, le nouveau Ministre du Logement entend intégrer cette problématique dans l’adaptation des logements et notamment en élargissant le dispositif MaPrimeRénov’.  

Ce dernier permet déjà de financer en Outremer l’installation de sur toitures, de bardages ventilés ou encore de chauffe-eau solaires. L’idée défendue par Patrice Vergriete est donc de se servir d’un dispositif déjà existant et de l’étendre à la métropole, le tout en se servant de l’expérience des DOM-TOM, experts de la gestion de la chaleur dans les logements.

Quid de la défiscalisation immobilière ?

Depuis son arrivée au pouvoir, l’exécutif a démontré un manque d’intérêt pour l’immobilier. Avec la fin du dispositif Pinel, c’est bel et bien 40 ans de défiscalisation immobilière qui se termine. Autre pavé dans la mare : le rabotage du prêt à taux zéro. Pourtant avec son dernier remaniement et la mise en place d’un ministère entièrement dédié au logement, les espoirs sont à nouveau permis. Mais alors, est-ce encore avantageux d’investir dans l’immobilier ? La réponse est somme toute logique : oui !

D’abord réduire l’investissement locatif à une simple équation de défiscalisation serait une erreur. Ce mécanisme est avant tout un gage de sécurité et de pérennisation. Puis, la loi Pinel est toujours d’actualité et sa nouvelle version, le dispositif Pinel plus, maintient encore toute son attractivité. D’autres dispositifs, comme le statut LMNP, la loi Malraux ou encore le déficit foncier permettent encore de réduire considérablement son impôt sur le revenu.

Finalement, avec un marché en pleine transformation, les Français sont de plus en plus contraints de modifier leur logique d’investissement. Là où le délai de revente était relativement court, un autre choix s’impose : celui de privilégier une gestion de patrimoine de long terme pour pouvoir bénéficier d’une rentabilité plus attractive.

En résumé

  • Le nouveau ministre du Logement, Patrice Vergriete, souhaite transformer la structure de la politique du Logement et notamment en s’appuyant sur les acteurs de terrain ;
  • Deux sujets sont actuellement en pourparlers : le développement du bail réel solidaire et la recherche de solutions pour améliorer les fonds propres des bailleurs sociaux ;
  • L’élargissement de MaPrimeRénov’ en métropole selon les mêmes dispositions qu’appliquées en Outremer fait également partie du programme du nouveau ministère pour pallier la problématique de chaleur des passoires thermiques.

Partager

Maëva Floricourt

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Logement : le gouvernement mobilise 1 milliard € en faveur du logement intermédiaire

Lire l'article

Rénovation énergétique : la simplification de MaPrimeRenov’ est enfin officielle

Lire l'article

Fraude fiscale : le fisc va infiltrer les réseaux sociaux pour débusquer les fraudeurs

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : les dates limites pour déclarer vos revenus

Lire l'article

Patrimoine : les frais bancaires pour les successions de moins de 5 000 €, c’est fini !

Lire l'article

Tout savoir sur la déclaration obligatoire de vos biens immobiliers en 2024

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot