Simulation prêt immobilier

Demandez votre simulation personnalisée et recevez-la en moins de 5 minutes

Chargement en cours ...

Grâce à notre simulateur, recevez en moins de 5 minutes une simulation personnalisée et sur mesure. Avant tout projet immobilier, il est primordial de se poser les bonnes questions : combien puis-je emprunter ? Quelle est ma capacité d’endettement ? Quel sera le montant de mes mensualités ? Quels autres frais faut-il prévoir ? Les réponses à ces questions vous permettront d’éviter les situations de surendettement. Pour vous aider à optimiser votre projet, Selexium.com met à votre disposition, gratuitement et sans engagement, un simulateur de prêt immobilier, simple et pratique.

Pourquoi réaliser une simulation de prêt immobilier ?

Vous avez décidé d’acquérir un bien immobilier !
Que ce soit pour votre résidence principale, une résidence secondaire ou un investissement locatif, il y a une étape incontournable pour la réussite de votre projet : la simulation de prêt immobilier.

Effectivement, acheter un appartement ou une maison n’est pas un projet à prendre à la légère. Pour beaucoup, c’est le projet de toute une vie. Il est donc important de ne pas se tromper.

En réalisant une simulation de prêt, vous pourrez ainsi avoir une idée précise de votre situation, de votre capacité d’emprunt et d’endettement. Cela vous permettra d’établir un plan de financement optimal et d’éviter les mauvaises surprises. De plus, réaliser une simulation de prêt constitue un véritable outil de négociation.

Lors de vos rendez-vous avec les banques ou les courtiers en immobilier, vous disposerez de tous les arguments pour négocier plus facilement vos conditions de crédit.

Comment fonctionne le simulateur ?

Réaliser une simulation de prêt ne vous prendra pas plus de 5 minutes.
Après avoir répondu à plusieurs questions, nos conseillers vous enverront une expertise complète et détaillée de votre situation.

Dans un premier temps, il vous sera demandé de présenter votre projet.
Quel type de bien comptez-vous acheter : maison, appartement, terrain seul, construction + terrain ou construction seule ?
À quel usage sera t-il destiné : résidence principale, investissement locatif, résidence secondaire, usage professionnel ?

Ensuite, il sera question de votre situation actuelle.
Êtes-vous locataire, propriétaire, logé par votre employeur ou hébergé gracieusement ?
Où en êtes-vous dans vos recherches ?
À combien, environ, estimez-vous votre projet ?

Enfin, vous devrez indiquer votre situation matrimoniale, vos revenus, ceux de votre co-emprunteur si vous achetez à plusieurs, votre situation matrimoniale, vos professions respectives.

Une fois toutes ces données renseignées, vous recevrez, directement par mail, votre simulation.
Vous trouverez alors les réponses aux questions que vous vous posez concernant vos futures mensualités, la durée de votre prêt, quel type de crédit sera le plus adapté à votre situation ?

Estimez le montant de votre prêt

La première question que l’on se pose lorsque l’on se lance dans un projet immobilier, c’est : quel montant vais-je pouvoir emprunter ?

Or, il faut savoir que le montant global d’un crédit immobilier va dépendre de plusieurs paramètres, à commencer par votre apport personnel.
En effet, ce dernier sera déduit du prix du bien. Il vous permettra de vous faire une première idée du montant que vous pourrez emprunter. Ensuite, il vous faudra pendre en compte les frais annexes. Attention, ces frais ne seront pas les mêmes si vous achetez un bien neuf, un bien ancien ou si vous faites construire.

Par exemple, l’immobilier ancien pourra nécessiter des travaux qu’il faudra prévoir dans le prêt. Ces travaux pourront, d’ailleurs, donner lieu à deux types de prêt différents selon le montage financier qui vous sera proposé. Autres frais annexes à ne pas négliger : les frais de notaire. Ces derniers peuvent représenter jusqu’à plus de 8 % du prix du bien si vous investissez dans l’ancien. Les émoluments étant à régler le jour de la signature de l’acte de vente chez le notaire, il est conseillé de prévoir ces frais dans votre montage financier.

Enfin, il vous faudra également anticiper d’autres frais liés à votre crédit : les frais de dossier qui varient d’un établissement bancaire à l’autre, les frais de garantie et les frais d’assurance de prêt. Mais ne vous inquiétez pas, banques et courtiers connaissent ces différents frais et sauront vous accompagner dans votre projet.

BÉNÉFICIEZ des meilleures conditions du marcHÉ !

Prenez quelques minutes de votre temps, pour, en quelques clics, demander votre simulation de prêt immobilier, individualisée et personnalisée. Nos conseillers mettent à votre disposition gratuitement leur expertise. N’attendez plus !

Évaluez vos frais de notaire

Peu importe votre projet immobilier, neuf, ancien, construction, vous allez devoir faire appel à un notaire pour rédiger l’acte authentique de vente/d’achat.

Cependant, cela n’est pas gratuit. Vous allez devoir vous acquitter des frais de notaire. Ces derniers englobent les émoluments, les droits de mutation, les débours, ainsi que divers frais que le notaire aura pu engager (copies d’actes, dossier, état civil…) et qu’il vous faudra lui rembourser.
Le montant des frais de notaire, qui sont à la charge de l’acquéreur, peuvent vite peser lourd dans le budget. Il est donc important de bien les estimer.

Par exemple : Pour l’achat d’un logement neuf en VEFA à Toulouse d’un montant de 230 000 €, les frais de notaire sont estimés à 5 830 €. Pour l’acquisition d’un logement ancien, dans la même ville et pour le même montant, les frais de notaire grimpent à 17 780 €.

Optez pour le prêt le plus adapté

Il existe plusieurs types de prêts immobiliers adaptés aux différents profils emprunteurs et projets immobiliers, chacun présentant des caractéristiques propres. 4 prêts immobiliers peuvent vous être proposés :

  • Le prêt relais : ce prêt vous sera proposé si vous avez trouvé votre futur bien avant d’avoir vendu celui que vous possédez déjà. Concrètement, il vous permettra d’emprunter sur une courte durée (en général 24 mois), afin de rembourser votre prêt en cours en attendant de vendre votre bien. En moyenne, le taux d’un prêt relais est plus élevé. Il est également possible de réaliser, en parallèle, un prêt classique si la vente de l’ancien bien ne couvre pas le prix du nouveau.
  • Le prêt amortissable : c’est un prêt classique, proposant un taux fixe et une mensualité lissée sur toute la durée d’emprunt. Cette dernière ne pourra pas dépasser 30 ans. Dans le cadre d’un achat en VEFA, il sera également possible de mettre en place un différé de remboursement, ce qui permettra de ne rembourser le capital qu’une fois le bien livré.
  • Le prêt in fine : ce prêt, moins courant, offre la possibilité de ne payer que les frais d’assurance et les intérêts pendant la durée du crédit. La totalité du capital ne sera réglée qu’au moment de la dernière échéance. Un placement d’épargne est généralement prévu afin de servir de garantie.
  • Le prêt palier : ce prêt offre une certaine souplesse. Il permet à un emprunteur de gérer ses mensualités et de les modifier selon les périodes. Il pourra ainsi commencer par des mensualités faibles au début du prêt, puis les faire augmenter progressivement. Attention, les périodes où doivent avoir lieu ces modifications sont prévues par avance.
  • Les prêts complémentaires : selon le profil des emprunteurs, d’autres prêts peuvent venir s’adosser au prêt principal. Vous pourrez ainsi, selon votre situation, vous voir proposer le PTZ (Prêt à Taux Zéro), le PAS (Prêt d’Accession Sociale), le prêt patronal, l’éco prêt, le PEL, le CEL, le prêt fonctionnaire

Choisissez la bonne quotité pour votre assurance de prêt

Lorsque l’on contracte un prêt immobilier, les banques exigent que le capital emprunté soit couvert par un contrat. Lorsque vous empruntez seul, vous n’avez pas le choix, vous devez choisir une quotité à 100 % du montant emprunté. C’est le minimum.

Or, si vous empruntez à plusieurs, se pose alors la question de la quotité ? Comment la répartir entre les emprunteurs ? Sachant que la part du capital emprunté peut être assurée à 200 %, plusieurs cas de figure sont possibles : 100/100, 50/50, 70/30, 80/20… En régle générale, les emprunteurs répartissent cette quotité en fonction de leurs revenus respectifs.

Il est important de savoir, que plusieurs lois sont venues instaurer la délégation d’assurance. Ainsi, depuis 2010, les emprunteurs sont libres de choisir l’assureur de leur choix. La loi Hamon de 2014, est venue leur offrir encore plus de liberté, en leur permettant de résilier, sans pénalité, leur assurance au cours des 12 premiers mois qui suivent la signature du contrat. Enfin, depuis 2016 et l’amendement Bourquin, ils peuvent, désormais, résilier leur contrat d’assurance chaque année à la date anniversaire.

Ne négligez pas les conditions adossées aux prêts !

Bien souvent, les emprunteurs se soucient des taux d’emprunt et des différents éléments exposés précédemment. Cependant, il existe d’autres conditions qui peuvent être prises en compte pour réaliser une simulation encore plus précise.

  • La modulation d’échéances qui vous permettra, selon votre situation, de modifier vos échéances soit à la hausse, soit à la baisse.
  • Le report d’échéances vous permettra de faire une pause dans le remboursement de vos échéances si vous rencontrez des difficultés financières.
  • Le remboursement anticipé vous permettra de solder votre crédit si vous souhaitez changer de logement, si vous héritez… Cependant, cela entraînera le paiement d’indemnités remboursement anticipé.

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra