• Accueil
  • Actualités
  • Immobilier : Macron compte-t-il dompter la crise du logement ou continuer à faire la sourde oreille ?

Immobilier : Macron compte-t-il dompter la crise du logement ou continuer à faire la sourde oreille ?

Publié le 15 Mai 2023

horloge Lecture de 5 min.

Rédigé par Elodie Fuentes

Thématique : Actualités

Partager

Le secteur du logement ne sait plus sur quel pied danser et se retrouve balloté entre incertitudes et discours dissonants. Afin de secouer le cocotier gouvernemental, la FFB et 8 acteurs concernés, ont adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour alerter sur la situation d’urgence face à la crise du logement que traverse la France.

Le Gouvernement dit vouloir agir contre la crise du logement

Élisabeth Borne avait évoqué la question du logement en France, le 26 avril dernier, lors de la présentation de sa feuille de route à l’issue de la clôture du chapitre réforme des retraites. La première ministre avait mis en avant la volonté du Gouvernement à solliciter les banques de France afin de revoir les conditions d’octroi des crédits. Une initiative encourageante, motivée par l’annonce des résultats de la rencontre entre Bercy, la Banque de France et le Conseil de stabilité financière le 13 juin prochain.

Deuxième déclaration de Mme Borne le jour même : la volonté gouvernementale de mobiliser la caisse des dépôts pour booster le secteur de l’immobilier en rachetant les logements neufs désertés. Le but étant de « débloquer les programmes en attente. »

Mais depuis la prise de parole de la première ministre, les planètes ne semblent pas s’aligner correctement pour sortir l’immobilier de sa crise. Si Elisabeth Borne avait envoyé des ondes positives aux professionnels du secteur, de plus en plus inquiets face au volume des transactions immobilières en chute libre depuis plusieurs mois, le discours récent du président de la République est, quant à lui, beaucoup moins édulcoré sur la question.

Le « double choc » d’Emmanuel Macron

Alors qu’on lui reproche de délaisser les considérations des professionnels de l’industrie immobilière, Emmanuel Macron s’est exprimé mercredi dernier dans une interview au magazine Challenges, sur le sujet brûlant de la crise du logement. 

À mes yeux, on a besoin d’un double choc. D’abord une simplification et une réduction des délais pour produire des nouveaux logements.

Propos d’Emmanuel Macron pour le magazine Challenges

Après avoir vaguement évoqué la nécessité de produire plus de logements locatifs en baissant les coûts de production et d’accompagner le secteur de la construction immobilière sur les territoires à forte production d’emploi, sans apporter de réelles propositions, Emmanuel Macron emprunte une pente glissante. Le chef de l’État n’hésite pas à flageller la politique du logement, qu’il estime beaucoup trop coûteuse. Pointant du doigt les dispositifs de défiscalisation adressés aux investisseurs immobiliers, le chef de l’État n’y va pas de main morte en qualifiant la France de « paradis pour les investisseurs immobiliers ». Il n’hésite pas également à responsabiliser les maires des grandes métropoles qui, selon lui, baissent le volume des constructions immobilières par les interdictions de construction de plus en plus fréquentes.

Un communiqué qui a du mal a passer auprès des acteurs immobiliers, aux yeux desquels le Gouvernement semble hermétique aux problématiques grandissantes, tant en termes d’économie, d’emplois, mais également de conditions sociales dégradées si la situation ne change pas.

Le secteur de l’immobilier mobilisé

Malgré les bonnes intentions mises en avant par la locataire de Matignon, plusieurs événements récents sont venus noircir le tableau. À commencer par lannulation de la réunion de restitution du volet logement du CNR, initialement prévue le 6 mai dernier. En voyage à la Réunion deux jours après cette date, Élisabeth Borne justifiait d’un impératif calendaire pour reporter cette rencontre, pourtant si chère aux professionnels de l’immobilier. 

La Fédération française du bâtiment en colère

De son côté, la FFB souhaiterait que le Gouvernement entende ses revendications pour aider la France à sortir de la crise du logement dans laquelle elle s’enlise depuis des mois. Et la démarche passe avant tout par le soutien aux nouvelles constructions. 

Le logement neuf souffre terriblement de la situation, pris en étau entre une augmentation des prix des matériaux incontournable et des acquéreurs aux abonnés absents, faute d’obtention de crédit immobilier. C’est pour cela que la Fédération française du bâtiment propose au Gouvernement de mettre en place un bouclier logement destiné aux ménages. Outre ce premier dispositif proposé, la FFB souhaiterait une hausse de + 25 % des plafonds du PTZ et la remise en circuit de certains dispositifs de défiscalisation immobilière disparus ou en fin de course, comme le PTZ à taux plein (dont les avantages fiscaux délivrés au maximum ont pris fin en décembre 2022).

De son côté, Henry Buzy-Cazaux renforce les propositions faites à l’État pour sauver le secteur de l’immobilier. Il propose d’instaurer des sanctions pour les maires des communes, non-respectueux du PLU, freinant l’obtention de nouveaux terrains pour les constructions neuves. Par ailleurs, le président de l’IMSI (Institut du management des services immobiliers) préconise un assouplissement fiscal en cas de vente rapprochée des terrains après leur acquisition. 

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

Ce lundi 15 mai, les acteurs principaux du secteur de l’immobilier ont couché sur le papier leur mécontentement. Face à des agissements ministériels qui se font attendre, ils s’adressent directement au président de la République.

Intitulée « Alerte rouge logement : des mesures attendues en urgence pour les Français », le contenu adressé à Emmanuel Macron en personne ne s’encombre pas de tergiversations. La fédération professionnelle du secteur immobilier réclame des agissements efficaces de la part du Gouvernement pour éviter à la France une « bombe économique, sociale et sociétale que représente la crise du logement du « pouvoir habiter ». 

Dans cette lettre, le logement est dépeint comme le véritable poumon de l’économie du pays, pour lequel, sans prise de position franche sur le sujet, le secteur court au-devant d’une perte de plus de 150 000 emplois. Déjà bien en dessous des besoins, le manque de logements est en passe de s’accroître, tout comme la pénurie de logements sociaux, puisque 54 % des constructions sont effectuées par des promoteurs immobiliers, lesquels sont désormais pris à la gorge. Un état des lieux peu réjouissant, qui ne ferait qu’aggraver le niveau de vie des Français, déjà éprouvé par la montée de l’inflation, selon la FFB et les 8 membres initiateurs de cette lettre.

Enfin, la Fédération française du bâtiment revient sur l’implication écologique du secteur immobilier et émet une nouvelle requête concernant la loi Climat et Résilience, beaucoup trop restrictive, en particulier pour les copropriétés. La FFB, la FNAIM, Pôle habitat, la Fédération des promoteurs immobiliers de France, Procivis et Unis, réunissent donc leurs voix dans ce communiqué pour demander de véritables solutions bancaires, un « électrochoc indispensable » et « l’expression d’une volonté présidentielle claire et ambitieuse », pour reprendre leurs dires. 

En résumé

  • Elisabeth Borne avait indiqué fin avril vouloir travailler avec les banques de France pour alléger les conditions d’obtention des crédits immobiliers ;
  • Emmanuel Macron s’est exprimé récemment sur le sujet de la crise immobilière et qualifie la France de « paradis pour les investisseurs immobiliers » ;
  • Pour le président, le budget alloué à la défiscalisation immobilière est beaucoup trop important ;
  • La FFB propose des solutions pour sortir la France de l’impasse et adresse une lettre au président de la République pour l’avertir du caractère urgent dans lequel le pays se trouve en raison de la crise du logement.

En savoir davantage sur la crise du logement

Partager

Elodie Fuentes

Rédactrice web, spécialisée en économie, finance et gestion de patrimoine

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Votre investissement locatif avec Selexium

Nos conseillers en gestion de patrimoine et notre bilan patrimonial gratuit vous aident à trouver l’investissement locatif adapté à votre profil.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Crise du Logement : le rapport d’une mission d’information sénatoriale appelle une action forte et rapide de la part du gouvernement

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : le succès de l’application mobile de la DGFiP

Lire l'article

Crédit immobilier : cette proposition de loi pourrait bien relancer le marché immobilier

Lire l'article

Ne pas déclarer son impôt sur le revenu : quels risques ?

Lire l'article

Crédit immobilier : la BCE est prête à baisser ses taux dès le mois de juin

Lire l'article

Crise du logement : le nouveau projet de loi présenté au Conseil des ministres vendredi dernier

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot