Livret A ou LDDS, telle est la question

Publié le 18 Fév 2020

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Adrien Larcade

Thématique : Placements financiers

Partager

Même taux de rémunération, mêmes intérêts non-imposables, même exonération de prélèvements sociaux… Le livret A et le Livret de développement durable et solidaire ou LDDS, anciennement appelé LDD, se ressemblent énormément. Alors qu’est-ce qui les différencie ? Y en a-t-il un plus avantageux ? Petit comparatif de ces comptes épargne.

Livret A, la star des livrets bancaires

Créé en 1818, le livret A reste le placement préféré des Français. À ce jour, près de 55 millions de personnes en possèdent un. Gratuit, accessible à tous sans limite d’âge et de ressources… le livret A a des atouts pour séduire le plus grand nombre. Bien qu’il soit peu rémunérateur, il reste un produit intéressant, notamment par sa facilité d’accès aux mineurs. En effet, des parents peuvent en ouvrir un à leurs enfants dès la naissance et y déposer régulièrement de l’argent. Une fois majeurs, les enfants pourront en disposer librement.

Les fonds collectés par le livret A sont censés financer la politique de la ville et le logement social.

L’un des principaux avantages du livret A réside dans le fait qu’il est entièrement défiscalisé. Contrairement à une assurance-vie ou un plan d’épargne logement, les intérêts produits ne sont soumis ni au barème progressif de l’impôt, ni aux prélèvements sociaux.

LDDS, idéal pour une épargne de précaution

Anciennement appelé CODEVI, puis LDD, le livret de Développement Durable et Solidaire, LDDS, n’a pas grand chose a envier au Livret A. Il s’agit d’un compte épargne rémunéré, dont le taux et le plafond sont fixés par l’État. Pour être plus précis, ils sont indexés sur ceux du Livret A.

L’argent collecté grâce au LDDS sert à financer les PME et les TPE. Depuis 2007, le LDDS finance également des projets à vocation de développement durable. Son plafond de 12 000 €, en fait un produit idéal pour une épargne de précaution. Comme le livret A, il possède le même taux de rémunération et ses intérêts sont exonérés d’impôts sur le revenu et de prélèvements sociaux.

Les conditions pour ouvrir un LDDS sont toutefois plus restreintes que pour un livret A : il faut être majeur et domicilié en France contrairement au Livret A. Seuls les mineurs disposant de leurs propres revenus personnels et détachés du foyer fiscal de leurs parents peuvent ouvrir un LDDS.

Points communs et différences

Proposant des rendements peu performants, les livrets A et LDDS sont surtout sollicités par les Français pour se constituer une réserve d’argent pour parer aux imprévus. Ils permettent ainsi de ne pas contracter un crédit à la consommation. Si ces deux livrets possèdent de nombreux points communs, ils présentent, quand même, quelques différences significatives :

Caractéristiques Livret ALDDS
Plafonds 22 950 €12 000 €
Taux0,50 % net d’impôts
FiscalitéExonéré à 100 %
RetraitsLibres, à partir de 10 €
VirementsLibres, à partir de 10 €
Calcul des intérêtsLe 1er et le 16 de chaque mois
Destination des fondsLogement socialFinancement des PME
Âge minimumDès la naissance18 ans
Versement initial10 €Pas obligatoire, mais 15 € en général
Durée de détentionIllimitée

Lequel choisir ?

Il y a encore quelques années, il y avait presque autant de livrets A que de Français. Un chiffre qui s’expliquait par le fait que certaines personnes détenaient plusieurs livrets A, ce qui était pourtant interdit. Afin de lutter contre ce phénomène, les pouvoirs publics ont renforcé les contrôles à l’ouverture d’un livret A. Désormais, la consultation du fichier des comptes bancaires, FICOBA, est obligatoire pour vérifier que la personne ne possède pas déjà un livret A.

Avec cette nouvelle procédure, l’ouverture d’un LDDS semble plus simple. Seule une déclaration sur l’honneur est nécessaire pour ouvrir un livret développement durable et solidaire. Autre argument en faveur du LDDS : son plafond de 12 000 €. Ce dernier suffit pour une épargne de précaution. En effet, les banques conseillent d’épargner environ 6 mois de revenus pour faire face à un imprévu. Avec un salaire médian autour de 1 800 €, cela représente environ 11 000 €, soit presque le plafond du LDDS.

Et si la meilleure solution était de ne pas choisir ? Effectivement, avec ces deux placements, il est tout à fait possible de détenir à la fois un livret A et un livret développement durable et solidaire. Il s’agirait même là, de la solution idéale si jamais vous atteignez le plafond de votre premier livret.

En résumé

  • Le livret A est le placement préféré des Français. Gratuit, accessible à tous sans limite d’âge et de ressources, il est entièrement défiscalisé.
  • Le livret de Développement Durable et Solidaire,  LDDS, très proche du Livret A, est un produit idéal pour une épargne de précaution.
  • Il est tout à fait possible de détenir à la fois un livret A et un livret développement durable et solidaire.

Partager

Adrien Larcade

Directeur Pôle Financier

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Lire l'article arrow

Comment les SCPI traversent la crise sans encombre

Lire l'article arrow

Label ISR et immobilier : vers un marché plus vert ?

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra