• Accueil
  • Actualités
  • Placements durables : les jeunes de plus en plus convaincus et les seniors toujours aussi réticents

Placements durables : les jeunes de plus en plus convaincus et les seniors toujours aussi réticents

Publié le 10 Août 2023

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Maëva Floricourt

Thématique : Actualités

Partager

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a dévoilé les chiffres de sa dernière enquête « les Français et les placements responsables ». Ces chiffres ont mis en exergue une disparité significative entre les moins de 35 ans et les plus de 65 ans quant à leur intérêt et connaissance pour la finance durable. En effet, les jeunes représentent la moitié du public ayant souscrit à des fonds durables depuis 2022.

L’intérêt croissant des Français pour les placements responsables

Selon le sondage OpinionWay pour l’AMF, mené en avril 2023 auprès d’un échantillon de 2 000 personnes, l’intérêt et la connaissance des Français pour les placements durables ont augmenté par rapport à une précédente enquête menée en juin 2021. Plus précisément, deux Français sur trois considèrent désormais les enjeux du développement durable comme importants. Cette évolution se traduit d’ailleurs dans leurs choix d’épargne, car ils sont près de 54 % à prendre en compte ces enjeux dans leur décision de placement.

Trois critères entrent en ligne de compte dans leur choix de placement : 

  • La sécurité
  • La rentabilité,
  • Et la disponibilité des liquidités.

En revanche, l’étude de l’AMF révèle une disparité au sein des épargnants. En effet, 44 % des répondants pensent que les placements responsables sont « intéressants » (comme en 2021). Or, parmi ces 44 %, 58 % correspondent aux moins de 35 ans, et même 61 % aux 18-24 ans, une tendance en nette augmentation. De plus, 42 % des moins de 35 ans ont une bonne image de ce type de placements, contre 24 % pour les plus de 65 ans.

De la même manière 44 % de ces moins de 35 ans sont plus enclins à envisager de placer une partie de leur épargne à court ou moyen terme dans des placements durables, alors que seuls 15 % des plus de 65 ans envisagent cette option.

Une réticence présente chez les plus de 65 ans

Le manque de connaissances concernant les enjeux de développement durable ainsi que leur application dans le domaine des placements financiers n’aide pas à convaincre les épargnants les plus âgés. Ces enjeux ont donc moins d’impact sur leur manière d’épargner. 

Ils privilégient principalement des produits peu risqués, comme les livrets, pour constituer une épargne de précaution en cas de besoin. Selon le sondage de l’AMF, la sécurité du placement, la rentabilité du produit, sa disponibilité et sa simplicité sont les facteurs les plus importants pour cette catégorie d’épargnants.

Toujours selon l’AMF, les répondants de plus de 65 ans considèrent encore ce type de placements comme une simple tendance passagère, peu influent en pratique et réservé à des personnes très informées en la matière, ce qui expliquerait leur méfiance.

Un besoin d’information pour mieux comprendre les placements durables

Ce besoin d’obtenir davantage d’informations ne s’arrête pas aux plus de 65 ans. Mieux comprendre les avantages et les inconvénients des placements durables, ainsi que leur impact réel et leur fonctionnement fait partie des critères incitatifs aux placements durables recensés par l’AMF. 

Environ 64 % des épargnants estiment qu’il est important que leur conseiller bancaire ou financier leur demande s’ils souhaitent effectuer des placements responsables ou durables. Jusqu’à présent, seul 1 Français sur 10 a déjà été interrogé sur ses préférences en matière d’ESG (Environnement, Social et Gouvernance).

À savoir

Depuis août 2022, les conseillers bancaires sont tenus de recueillir les préférences de durabilité de leurs clients, tout comme les conseillers en investissements financiers depuis le 1er janvier 2023.

Les particuliers continuent de déplorer le manque de clarté et la diversité des labels dans le domaine des placements. Dans ce contexte, l’AMF met en avant l’importance du rôle pédagogique des conseillers bancaires, qui demeurent les principaux interlocuteurs des Français pour leurs choix d’épargne.

De la même manière, l’organisme souligne qu’un effort significatif doit être réalisé, car même certains livrets réglementés peuvent prêter à confusion. Selon ses chiffres, parmi les épargnants déclarant détenir un placement lié au développement durable, trois sur dix possèdent en réalité un livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui sert principalement à financer des petites et moyennes entreprises, sans garantie quant à la durabilité de leurs activités.

Enfin, la crainte du greenwashing, c’est-à-dire une apparence trompeuse sur le caractère véritablement durable et responsable du placement, fait partie des principaux freins de la souscription à un placement durable, pour 36 % des répondants. De quoi convaincre les conseillers financiers et bancaires de combler ce vide informationnel.

En résumé

  • Dans son étude publiée en juillet, l’AMF a révélé que 54 % des répondants prennent en compte les enjeux de développement durable dans le choix de placement de leur épargne ;
  • Un écart générationnel est en revanche constaté, montrant que les moins de 35 ans sont plus enclins à investir dans ce type de placement que les plus de 65 ans ;
  • Les répondants plus âgés sont, en effet, plus méfiants et optent plutôt pour des placements moins risqués ;
  • Les participants déplorent également le manque de transparence autour de la finance durable ;
  • Le manque d’information et la crainte du greenwashing fait partie des principaux freins dans la souscription à un placement responsable ou durable.

Partager

Maëva Floricourt

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Faites le point sur vos placements financiers

Les conseillers en gestion de patrimoine Selexium vous conseille via la réalisation de votre bilan patrimonial.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Crise du Logement : le rapport d’une mission d’information sénatoriale appelle une action forte et rapide de la part du gouvernement

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : le succès de l’application mobile de la DGFiP

Lire l'article

Crédit immobilier : cette proposition de loi pourrait bien relancer le marché immobilier

Lire l'article

Ne pas déclarer son impôt sur le revenu : quels risques ?

Lire l'article

Crédit immobilier : la BCE est prête à baisser ses taux dès le mois de juin

Lire l'article

Crise du logement : le nouveau projet de loi présenté au Conseil des ministres vendredi dernier

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot