Immobilier et écologie : quelles évolutions possibles ?

Publié le 11 Juil 2020

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Augustin Bertucat

Thématique : Patrimoine

Partager

La « vague verte » qui a déferlé lors des élections municipales, le 28 juin 2020, semble annoncer le passage au vert de la plupart des grandes métropoles françaises. Cet élan va-t-il toucher le marché de l’immobilier et redéfinir les politiques de la ville ? Éléments de réponse.

Des politiques urbaines plus vertes en vue

Source : Statista

Les écologistes sont sortis grands vainqueurs des élections municipales en raflant certaines grandes villes de France, dont Bordeaux, Lyon, Marseille ou encore Strasbourg. Ce tournant historique, dans l’air du temps, suite à l’épidémie de Covid-19, pourrait changer la donne sur le plan de la politique du logement. En effet, la prise de pouvoir des Verts dans les grandes métropoles devrait impacter la gestion des villes et le marché de l’immobilier.

À Paris, l’alliance des écologistes avec la maire, Anne Hidalgo, va dans ce sens. Le projet de création de la ZAC dans le quartier de Bercy-Charenton, qui prévoyait la création de 6 nouvelles tours, va être revu à l’aune d’une concertation citoyenne et de la création d’un nouveau bois exigé par les Verts. De son côté, Grégory Doucet, nouveau maire de Lyon, a annoncé, durant sa campagne, mettre fin à la construction de nouvelles tours dans le quartier emblématique de la Part-Dieu. Pierre Hurmic, fraîchement élu à Bordeaux, se pose comme objectif de cesser toute artificialisation des sols et d’encourager la végétalisation.

Le climat au cœur des préoccupations

«Les Français nous le redisent une nouvelle fois : cette prise de conscience (écologique) est collective, mais il faut aller plus vite et plus loin», avait déclaré, à juste titre, Julien Denormandie, l’ancien ministre de la Ville et du logement, lors de cette soirée électorale. Au niveau national, l’écologie est aussi à l’ordre du jour, notamment à travers la lutte contre les passoires thermiques.

La Convention Citoyenne pour le Climat, dont les propositions ont été présentées au Gouvernement fin juin, vont dans ce sens, mettant l’écologie et le logement au centre des inquiétudes des Français. La proposition visant la rénovation et la construction bas carbone du parc immobilier français a d’ailleurs été validée par le Président de la République.

«Nous devons investir davantage pour transformer plus vite le parc et accompagner les plus modestes pour qu’ils ne soient pas dans l’impasse»

Emmanuel Macron, lors de la Convention citoyenne pour le Climat, lundi 29 juin 2020.

Immobilier : vers une fiscalité plus incitative ?

Si le virage écologique a déjà été pris par Julien Denormandie avec les incitations à la rénovation énergétique lancées en 2019, la courbe semble doucement se resserrer. La nomination d’Emmanuelle Wargon au Logement, lors du remaniement gouvernemental, en remplacement de Julien Denormandie, mais surtout le rattachement de ce ministère délégué au ministère de la Transition écologique est novateur. Cette décision montre la volonté du nouveau Gouvernement de créer un pont entre écologie et immobilier, en réponse à l’aspiration des Français.

En adressant ses vœux de réussite aux nouveaux ministres, la présidente de la Fédération des Promoteurs immobiliers (FPI), Alexandra François-Cuxac a rappelé que le contexte était propice à une entente permettant de mieux construire la ville de demain. « […] alors que les municipales ont fait émerger de nouvelles majorités écologistes dans certaines métropoles, à nous de montrer que les savoir-faire et les projets en immobilier neuf font partie de la solution pour une ville durable.[…] Nous sommes volontaires pour relever ces défis dans un contexte inédit de crise économique et sociale, qui nécessitera plus que jamais écoute, dialogue et confiance ».

Dans ce contexte, Julien Denormandie et Emmanuelle Wargon ont missionné Philippe Pelletier et Frank Hovorka, directeur technique et innovation de la Fédération des promoteurs immobiliers, de remettre d’ici fin juillet des propositions qui seront incluses dans le plan de relance. Si l’idée de faire du développement durable un axe majeur de la politique du logement est louable, certains experts redoutent, déjà, de nouvelles règles d’urbanisme et normes écologiques très strictes et donc coûteuses qui pourraient faire flamber les prix du marché de l’immobilier. Affaire à suivre.

En résumé

  • Les résultats des élections municipales confirment le désir des Français d’inclure l’écologie dans les politiques de la ville. Aujourd’hui menées par les Verts, plusieurs métropoles françaises font le pari du développement durable sur le plan du logement.
  • Au niveau national, les questions liées au logement font partie des sujets phares de la Convention citoyenne pour le Climat. Le nouveau gouvernement, nommé lundi 6 juillet, a d’ailleurs pris acte des attentes des Français et a agit en conséquence.
  • Si, dans la sphère politique, la route du « plus vert » semble être la direction choisie, reste à voir si les secteurs de l’immobilier et de la construction suivent le mouvement sans pour autant provoquer une flambée des prix de l’immobilier.

Partager

Augustin Bertucat

Conseiller en gestion de patrimoine dans la Région du Sud-Est

Découvrir cet auteurIcone Lien (Plus)

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Découvrir toutes les actualités Icone Lien (Plus)

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra