• Accueil
  • Actualités
  • Bourse : l’environnement au cœur des nouvelles stratégies d’investissement

Bourse : l’environnement au cœur des nouvelles stratégies d’investissement

Publié le 27 Juin 2020

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Julie François

Thématique : Placements financiers

Partager

Au moment où la Convention citoyenne pour le climat marque un tournant décisif pour la France, l’environnement est devenu, suite à la crise sanitaire liée au Covid-19, la priorité majeure de notre société. Sur les marchés financiers, la percée réalisée par les fonds ESG montre que les enjeux environnementaux sont également au cœur des stratégies financières. Les investisseurs sont toujours plus nombreux à se tourner vers ces placements financier qui permettent d’allier finance et environnement. Le point sur la situation au lendemain du déconfinement.

Coronavirus : la résistance de la gestion ISR a surpris les marchés

L’épidémie de Coronavirus est venue bouleverser les habitudes et les mentalités des citoyens. Il est désormais urgent de repenser nos modes de vie en tenant compte de notre impact environnemental. Cette nouvelle litanie a également gagné le monde de la finance. Ces dernières années, l’Investissement Socialement Responsable (ISR) s’est fortement développé, mais la crise sanitaire et économique que nous venons de traverser a boosté cette pratique. En effet, les fonds ESG, des fonds qui tiennent compte de critères extra-financiers de type Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance, ont attiré l’attention des investisseurs durant le confinement. Et pour cause, ces placements financiers ont mieux résisté à la situation que les titres boursiers classiques.

Source : Les Echos

Selon une étude réalisée durant la période de confinement par Axylia, spécialiste de la finance responsable, l’indice CAC40 a montré que les entreprises affichant les meilleures notes ESG ont mieux résisté à la volatilité boursière. Plus la note est bonne, plus la résistance à la correction boursière était grande durant cette période d’incertitude. Un autre marqueur de la bonne santé de la gestion ISR durant la crise est l’indice ISR créé par Ecofi. Ce dernier a enregistré de meilleurs résultats que l’Euro STOXX 50 au premier trimestre 2020. Autrement dit, la stratégie ISR génère désormais de meilleures performances.

Cette bonne résilience des fonds ESG s’explique notamment par le panel d’entreprises qui composent ce type de placement. En effet, les secteurs sous pression très représentés en bourse, comme les énergies fossiles, sont souvent exclus de la gestion ISR. Inversement, les secteurs liés à la santé, très bien notés, dans le système ESG, ont connu de belles performances en raison du contexte sanitaire. Il est donc clair que la résistance des fonds ESG s’inscrit dans une conjoncture favorable à son développement, mais une logique de tendances structurelles porte aussi le mouvement sur les marchés financiers.

La conversion des investisseurs se confirme

Les derniers résultats de la gestion ISR ont donc fini de convaincre les investisseurs encore hésitants. Les thèmes d’investissement liés à la durabilité (atténuation des effets liés au changement climatique, gestion des déchets,…) sont désormais au centre des stratégies. Un portefeuille ESG laisse la place aux entreprises mettant en avant des valeurs de qualité et de croissance durable. Si, auparavant, ces arguments ne séduisaient qu’une petite partie d’épargnants convaincus, les récentes performances de ces fonds ont démontré le potentiel de la gestion ISR. La capacité d’adaptation de l’entreprise est également devenue un critère important, car elle garantit une choc moindre en cas de chute des marchés.

+ 46 milliards de dollars

C’est le montant global engendré par les stratégies ESG au premier trimestre 2020, contre 285 milliards de retraits nets enregistrés par les sociétés de gestion d’actifs, selon Nicolas Deblauwe, responsable pays Benelux et France chez JP Morgan AM.

L’environnement au cœur des préoccupations des entreprises

L’attrait grandissant des investisseurs pour la finance verte vient révolutionner les règles de la finance. À l’image de la Convention citoyenne pour le climat, où les citoyens prennent la parole pour tenter d’influer sur la politique, les investisseurs s’appliquent à donner la mesure aux entreprises. Ainsi, un groupement de onze investisseurs a réussi à faire mettre au vote une résolution demandant à Total de communiquer sa stratégie d’alignement avec les objectifs de limitation du réchauffement climatique. Un autre investisseur influent a recommandé, avec succès, à ce géant du secteur pétrolier, d’inscrire dans ses statuts sa responsabilité sociale et environnementale. Des avancées minimes qui marquent un tournant important. Une logique de dialogue semble se mettre en place entre les différents acteurs pour ajuster les besoins de chacun.

Ainsi, la nouvelle dynamique consiste à accompagner les entreprises dans les changements qui les attendent plutôt que de les punir en retirant leur argent. Une démarche qui, à terme, peut redéfinir complètement l’offre sur les marchés financiers et orienter les stratégies économiques définies des grands groupes. Il semblerait que les entreprises aient doucement conscience de cette transition et commencent à prendre en compte les critères environnementaux et sociaux dans leurs choix politiques. Ce qui était l’exception, il y a encore quelques années, semble dorénavant s’imposer comme la norme.

En résumé

  • La gestion ISR a bien résisté aux montagnes russes des marchés financiers pendant l’épidémie de Coronavirus. Ces résultats viennent asseoir le succès des fonds ESG. Depuis 5 ans, la finance verte ne cesse de se développer. Ces performances au sortir de la crise sanitaire ajoutent aux arguments de développement durable et de prise de conscience celui de la performance.
  • Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers une gestion ISR. L’offre s’étoffe et les possibilités sont multiples. Le contexte actuel n’a fait que renforcer la conviction des épargnants de parier sur l’avenir.
  • Cette dynamique, insufflée par les investisseurs, obligent les entreprises à suivre le mouvement. Ce sont d’ailleurs ces mêmes investisseurs qui poussent les entreprises à la transition en les enjoignant à modifier leurs politiques et leurs pratiques. Un espace de dialogue s’est créé et ouvre la voie à l’instauration des critères ISG dans de nombreux secteurs.

Partager

Julie François

Rédactrice web pour plusieurs supports Selexium.com

Découvrir cet auteurIcone Lien (Plus)

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

PEA : les frais désormais plafonnés

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Découvrir toutes les actualités Icone Lien (Plus)

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra