• Accueil
  • Actualités
  • Immobilier : la hausse des taux amputerait 70 % des projets pour une résidence secondaire

Immobilier : la hausse des taux amputerait 70 % des projets pour une résidence secondaire

Publié le 03 Avr 2023

horloge Lecture de 4 min.

Thématique : Actualités

Rédigé par Elodie Fuentes

Partager

Estimés en moyenne à 3 % contre 1 % il y a seulement un an en arrière, l’augmentation des taux d’intérêt complique la tâche des projets d’achat de résidences secondaires, la plupart des propriétaires intéressés étant déjà détenteurs d’un crédit immobilier. La majorité d’entre eux sont contraints de reculer devant la maison de vacances de leurs rêves face aux restrictions bancaires. Et si une solution leur permettait d’obtenir leur prêt et de réaliser leur projet malgré la hausse des taux ?

Pourquoi c’est plus difficile d’obtenir un prêt pour une résidence secondaire ?

Quand les temps actuels mènent la vie dure aux emprunteurs immobiliers, les projets d’achat de résidence secondaire ne sont pas épargnés par la situation. Financées pour la plupart à crédit, les résidences secondaires subissent, elles aussi, les embûches d’un marché immobilier perturbé dans un contexte économique retourné par la montée de l’inflation. Selon une étude menée par la plateforme en ligne Pretto, la baisse du nombre d’emprunts immobiliers pour une résidence secondaire exclut 1 dossier sur 2 sur les 50 % encore finançables au mois d’avril 2022. Avant la remontée des taux d’emprunt, sur 100 demandes de financements à crédit de résidence secondaire, la moitié obtenait gain de cause. Aujourd’hui, seulement 25 réussissent à passer l’épreuve du feu des banques.

Le chiffre clé

50 %

Le nombre de profils emprunteurs acceptés en avril 2022

Le chiffre clé

25

Dossiers sur 100 sont acceptés par les banques en 2023

Les restrictions bancaires mènent la vie dure aux emprunteurs

Les dernières restrictions bancaires, dont la limite d’emprunt à 25 ans, le taux strict d’endettement à 35 %, l’apport personnel de plus en plus conséquent et le fameux taux d’usure tant redouté, réduisent les jokers financiers des emprunteurs souhaitant acquérir une résidence principale. 

Ce profil, de prime abord plus complexe que celui d’une résidence principale ou d’un investissement locatif, l’est donc d’autant plus de nos jours. Déjà détenteurs d’un crédit immobilier pour la majorité d’entre eux, les candidats à l’emprunt pour une résidence secondaire se retrouvent coincés par les nouvelles mesures bancaires, leur laissant peu d’alternatives. Et malgré un taux d’usure désormais révisé tous les mois, les banques peinent à ouvrir de nouvelles fenêtres de tir aux projets d’achats de maisons de vacances.

La montée des taux réduit le pouvoir d’achat immobilier

Souvent évoquée pour parler des difficultés des primo-accédants ou des investisseurs immobiliers locatifs, la remontée des taux initiée depuis avril 2022 touche aussi les acheteurs de résidences secondaires. Au début de la même époque, les taux avoisinaient les 1,1 % contre 2,82 % en moyenne aujourd’hui. Emprunter coûte donc désormais plus cher aux Français, pour qui le financement, à crédit, d’une résidence secondaire, ne passe plus pour une grande majorité d’entre eux. 

Hélas, cette hausse des taux d’emprunt n’est malheureusement pas prête de s’arrêter, comme le démontrent les chiffres du mois dernier. En mars, les valeurs des crédits d’emprunt avaient augmenté à nouveau entre 10 et 20 centimes de plus selon les durées choisies. Les crédits délivrés sur 25 ans dépassent désormais la barre fatidique des 3 %, poussant les emprunteurs à faire définitivement le deuil d’une époque révolue ou les taux à 1 % étaient délivrés en masse.

Comment rentabiliser son projet de résidence secondaire ?

Malgré les difficultés rencontrées par les emprunteurs, leur volonté d’investir dans la pierre reste intacte. L’immobilier demeure une valeur refuge pour la majorité des Français qui lui offrent la deuxième position du classement de leurs placements de prédilection. Alors si l’investissement locatif continue à motiver les banques à financer leurs acquéreurs, les projets de résidences secondaires n’auraient-ils pas tout intérêt à s’en inspirer ? Car pour rappel, il est possible de louer sa résidence secondaire via le statut locatif LMNP (loueur en meublé non-professionnel). 

Ce dispositif permet de louer son bien dans la limite de 23 000 € de revenus locatifs par an ou 50 % des revenus fiscaux du propriétaire, dans une limite de 120 jours par an. Cerise sur le gâteau, le statut LMNP permet de bénéficier d’un abattement fiscal de 50 % sur les recettes provenant des loyers perçus, pouvant même augmenter sa part en choisissant le régime réel. Une stratégie qui permettrait de concrétiser l’achat d’une résidence secondaire pour certains emprunteurs immobiliers dont la motivation s’est accentuée depuis l’apparition du Covid et la démocratisation du télétravail en France.

Préparer un dossier pour convaincre les banques

Les établissements bancaires sont particulièrement attentifs aux profils emprunteurs avec un projet sérieux et solide. Et si louer sa résidence secondaire permettait d’obtenir son crédit immobilier ? Pour réussir à convaincre les banques sur votre projet de location saisonnière, il faudra avoir planché sur le sujet avant votre rendez-vous avec un conseiller bancaire. Pour étudier la faisabilité du projet locatif, prenez le temps d’évaluer le potentiel locatif de votre résidence secondaire et les revenus envisagés pour cette opération financière.

Vous pouvez, par ailleurs, vous faire accompagner par des professionnels de l’immobilier pour vous aider à calculer le rendement locatif du projet, en passant par une agence immobilière, un courtier ou un conseiller en gestion de patrimoine. Cela vous permettra d’obtenir autant d’arguments dans votre poche qui feront le poids face aux banques pour obtenir un crédit pour financer votre résidence secondaire.

En résumé

  • Au printemps 2022, la moitié des emprunteurs pour des résidences secondaires obtenait leur prêt immobilier. Aujourd’hui, sur ces 50%, ils ne sont plus qu’un sur deux à être financés par les banques ;
  • Le durcissement des conditions bancaires et la montée des taux rend l’obtention des prêts pour les résidences secondaires de plus en plus difficile ;
  • Monter un projet de location de sa résidence secondaire via le statut LMNP peut aider les acquéreurs à obtenir leur prêt en rassurant les banques.

Partager

Elodie Fuentes

Rédactrice web, spécialisée en économie, finance et gestion de patrimoine

Découvrir cette auteure

bulle des outils

Votre bilan patrimonial gratuit

Les conseillers en gestion de patrimoine Selexium vous aident à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Impôts : une nouvelle loi pour mieux encadrer la fiscalité des couples séparés

Lire l'article

Crédit immobilier : la Banque de France confirme la reprise

Lire l'article

Immobilier ancien : la baisse des prix se généralise en France en 2024

Lire l'article

La BCE baisse enfin ses taux directeurs de 25 points de base 

Lire l'article

Déclaration des biens immobiliers : un système qui n’est toujours pas au point

Lire l'article

Taxe d’habitation : Le Fisc a réclamé 724 millions € en trop aux Français en 2023

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot