Crédit immobilier : le retour des taux bas

Publié le 15 Août 2020

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Julie François

Thématique : Crédit

Partager

La baisse des taux donne de l’espoir aux futurs investisseurs. Plutôt inattendu, le retour vers les planchers historiques connus au début de l’année qui se profile vient embellir l’avenir du marché de l’immobilier. Les professionnels espèrent que ce « retour à la normale » permettra de relancer le secteur. Le point sur la situation côté crédit.

L’après-confinement, un retour au monde d’avant ?

Et si le monde de l’après Covid-19 était aussi bien que le monde d’avant ? C’est en tout cas l’impression que donnent les analyses de l’évolution des taux d’intérêt de nos courtiers Selexium. Pour les particuliers ayant un projet immobilier, les conditions sont très bonnes, quasiment aussi favorables qu’en début d’année. En effet, les taux moyens proposés au niveau national se rapprochent du 1 %. On estime, en moyenne, pour le mois d’août, qu’un emprunteur peut se voir proposer un taux avoisinant 1.05 % pour un prêt sur 15 ans, 1.30 % sur 20 ans et 1.45 % sur 25 ans. Après un pic au mois de juin, la courbe des taux d’intérêt fléchit et retrouve des valeurs proches de celles du mois d’avril 2020. Une bonne nouvelle pour les emprunteurs et le secteur de l’immobilier.

Des taux attractifs, mais un volume de crédits en berne

Si les taux d’intérêt redeviennent intéressants, les établissements bancaires restent, toutefois, frileux au moment d’octroyer des prêts immobiliers. Suivant au pied de la lettre, les recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), les banques ne s’intéressent plus au reste à vivre des demandeurs de crédit, mais au taux d’endettement. La règle du 33 % est dorénavant strictement respectée. Un taux d’usure bas tel qu’il l’était ces derniers mois ne permettait pas à certains épargnants de respecter le seuil d’endettement de 33 %. Conséquence directe, le nombre de crédits immobiliers octroyés est moins importants qu’au premier trimestre 2020. Ainsi, fin juin 2020, 9,8 % des dossiers de financement ont été refusés contre 6,6 % en mai. Il est, dans ce contexte, judicieux de solder tous vos crédits en cours avant de déposer votre dossier, quitte à amputer votre apport personnel.

De leur côté, les banques disposent d’une marge de manœuvre leur permettant de déroger à la règle des 33 % et ainsi gonfler le volume de crédits accordés dans le but d’atteindre les objectifs annuels. Le taux d’endettement peut être supérieur à 33 % pour 15 % de leurs clients à condition que ces dérogations bénéficient pour 75 % à des primo-accédants. En clair, la qualité du dossier compte.

Le bon moment pour renégocier son prêt immobilier

La baisse des taux n’est pas seulement une bonne nouvelle pour ceux qui envisagent d’acquérir un bien immobilier dans les prochains mois. Les autres, ceux qui ont déjà signé l’offre de crédit, avant ou pendant le confinement, peuvent également profiter de ce renversement de situation pour renégocier leur crédit immobilier. Attention, toutefois, tout n’est pas prétexte à négociation. Les experts considèrent qu’il faut un point d’écart entre le taux du crédit à renégocier et les taux actuels pour que l’économie générée rende l’opération intéressante en tenant compte des frais engendrés. Autrement dit, un crédit signé à un taux à plus de 2 % est éventuellement renégociable actuellement. La porte des renégociations est donc ouverte aux crédits récents, dont le montant dépasse 300 000 € ou souscrits sur plus de vingt ans. Il reste sage de se renseigner auprès d’un expert avant de se lancer dans une telle entreprise.

En résumé

  • Les taux de l’été rappellent ceux proposés par les banques avant la crise économique et sanitaire liée au Covid-19. Une bonne nouvelle pour les acquéreurs, mais aussi pour les professionnels de l’immobilier qui cherchent à booster les transactions.
  • Cependant, des taux attractifs ne suffisent pas à inverser la tendance. Les critères de sélection des dossiers restent stricts conformément aux recommandations faites fin 2019 par le HCSF. Les banques tentent toutefois des stratégies d’évitement pour continuer d’attirer les clients.
  • Les taux bas annonçant un retour à une situation propice aux investissements immobiliers sont également une opportunité pour ceux qui souhaitent renégocier le taux de leur prêt immobilier.

Partager

Julie François

Rédactrice spécialisée en gestion de patrimoine, économie, finances

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Finance : les Français en manque de repères

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

paperclip Dossier

Lire l'article arrow

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra