Juin 2021 : des taux d’intérêt qui battent des records

Publié le 18 Juin 2021

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Aurélie Prats

Thématique : Crédit

Partager

Les conditions d’emprunt n’ont jamais été aussi favorables avec un taux moyen qui atteint 1,07 % toutes durées de crédit confondues. Les taux d’intérêt ont donc atteint un niveau plancher historique et la production de crédits immobiliers bat son plein. Attention, toutefois, le vent pourrait bien tourner. Analyse.

Crédit immobilier : les taux sous la barre de 1 %

Depuis près d’un an, les taux d’intérêt des crédits immobiliers étaient « au plus bas », selon l’expression consacrée et pourtant, ils sont descendus un cran en-dessous. Selon la Banque de France, qui a publié le 8 juin dernier, les chiffres du mois d’avril, les taux accordés pour les crédits à l’habitat étaient en moyenne à 1,15 %, contre 1,18 % en mars dernier. Au mois de mai, le taux moyen enregistré par l’Observatoire du Crédit Logement/CSA s’établissait à 1,07 %. Les taux d’intérêt ont donc encore abaissé la barre et atteint leur niveau historique le plus bas.

Quel que soit le revenu de l’emprunteur, les experts estiment que le taux de crédit moyen a perdu 18 points de vase depuis l’année dernière et 9 points de base depuis le mois de décembre. Il s’agit donc de conditions extrêmement favorables aux emprunteurs qui d’ailleurs savent en profiter. En effet, la production de crédits immobiliers a repris tambour battant, soutenue par des établissements bancaires qui maintiennent des conditions d’octroi de crédit relativement souples. La Banque de France estime la production mensuelle de crédit à l’habitat hors renégociations à 19,4 milliards €, soit une croissance de 5,9 % en avril (contre 5,2 % en mars).

Taux bas mais durée d’emprunt plus longue

Si les professionnels ont craint que la remontée des taux d’intérêt à long terme sur les marchés en début d’année se répercute sur les taux d’intérêt de crédit, il n’en est rien. Les vannes du crédit immobilier sont, pour le moment, ouvertes, ce qui explique également l’effervescence observée sur le marché de l’immobilier français.

Toutefois, les taux d’intérêt en baisse ne sont pas la seule variable à prendre en compte pour ce mois de juin. La durée d’emprunt a, elle aussi, évolué et dans le sens inverse. Elle s’établit en moyenne à 236 mois en mai. En effet, les emprunteurs souscrivent des crédits immobiliers sur une durée plus longue. Les prêts compris entre 20 et 25 ans représentent 56,3 % de la production totale, un niveau historique. Cette hausse de la durée de crédit permet d’absorber la hausse de prix des logements. Pour investir dans l’immobilier, les Français choisissent donc d’emprunter plus longtemps mais augmentent aussi le montant de leur apport personnel (+11,5 % en 2021).

Ce qui pourrait changer

Les vents sont donc très favorables aux candidats au crédit immobilier mais certains experts entrevoient déjà quelques nuages à l’horizon. Certes, les taux d’intérêt ne laissent rien transparaître pour le moment. Il semblerait que les indicateurs soient plus discrets, voire invisibles pour les non-aguerris. Parmi les premiers signaux justifiant la méfiance de certains professionnels, on note le comportement hétérogène des acteurs du secteur du crédit. Les taux d’intérêt sont globalement à la baisse mais la réaction des différents établissements bancaires varie. Certains augmentent leurs taux, d’autres les baissent. Le mois suivant, inversement. Une certaine instabilité qui laisse présager une tendance de fond à la hausse.

Autre signal annonçant un potentiel durcissement : la volonté du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) de rendre contraignantes ses recommandations afin de mieux encadrer les conditions d’octroi de crédit. Cette décision, si elle est appliquée, donnerait un véritable coup de frein à la production de prêts immobiliers. Un retour de l’inflation pourrait également impacter durablement les taux d’intérêt. Depuis le début de l’année, malgré une légère hausse, l’inflation reste à des niveaux très faibles. Cependant, un mouvement haussier entraînerait automatiquement une hausse des taux de crédit immobilier. À l’approche de l’été et alors que la France semble alléger progressivement les mesures sanitaires, la vigilance reste de mise côté crédit.

En résumé

  • Ces derniers mois, les taux d’intérêt ont atteint un nouveau record historique, avoisinant le 1 % toutes durées confondues.
  • La baisse des taux s’accompagne d’un allongement de la durée d’emprunt. Pour faire face à la hausse des prix de l’immobilier, les emprunteurs souscrivent des prêts plus longs.
  • Si tous les feux sont au vert, les conditions pourraient être moins favorables dans les prochains mois. Certains signaux appellent à la vigilance.

Partager

Aurélie Prats

Directrice Pôle Courtage

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

De nouveaux indicateurs pour une meilleure lecture des rendements des SCPI

Lire l'article

Réserve héréditaire : l’État étend la mesure aux successions transfrontalières

Lire l'article

Comment protéger son patrimoine numérique ?

Lire l'article

SFDR : plus d’exigences pour la finance durable

Lire l'article

Septembre 2021 : les taux d’intérêt sont plus qu’intéressants pour la rentrée !

Lire l'article

Plan d’épargne logement : le taux des anciens PEL sera-t-il abaissé ?

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra