Crédit immobilier : feu vert pour les emprunteurs

Publié le 20 Jan 2021

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Aurélie Prats

Thématique : Crédit

Partager

La nouvelle année démarre sur les chapeaux de roues côté crédit immobilier. Les taux d’intérêt du mois de janvier frôlent des records de baisse. Une bonne nouvelle qui vient s’ajouter aux décisions d’assouplissement des conditions d’octroi annoncées à la fin de l’année 2020 par le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF). Le point sur la situation en ce début d’année.

Des taux d’intérêt en route vers des records

L’évolution des taux d’intérêt joue en faveur des emprunteurs en 2021. Selon les experts du crédit immobilier, ce mois de janvier accueille la plus forte baisse des taux. Bien que ces derniers pointaient déjà vers le bas en fin d’année, la tendance semble se poursuivre, et même, s’accélérer en 2021. Il est donc désormais possible d’emprunter à 0.60 % sur 15 ans, 0.70 % sur 20 ans et 0.95 % sur 25 ans. Des niveaux au plus bas depuis l’automne 2019.

Autre point assez rare pour être souligné : la baisse concerne ce mois-ci toutes les durées de crédit, mais également tous les profils d’emprunteurs, de quoi séduire de nombreux prétendants au crédit immobilier. Cette tendance pourrait être une aubaine pour les établissements bancaires puisque le taux d’usure revu à la hausse va leur permettre d’accepter davantage de dossiers ne respectant pas nécessairement tous les critères. Pour le 1er trimestre 2021, par exemple, le taux d’usure pour les prêts à taux fixe d’une durée de 20 ans et plus, est fixé à 2,67 % contre 2 % au 4ème trimestre 2020.

Des règles assouplies pour les emprunteurs

Dans un contexte où le marché du crédit était en berne, ces deux tendances vont favoriser l’ouverture des banques à tous les candidats. Jusqu’à présent les établissements prêteurs privilégiaient, par sécurité, les projets concernant une résidence principale. Désormais, les dossiers prévoyant l’acquisition d’un investissement locatif ou d’une résidence secondaire ne sont plus mis de côté.

La baisse des taux n’est pas la seule raison de ce nouvel élan. L’assouplissement des recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), demandé par tous les professionnels du secteur, a largement contribué à réouvrir les vannes du crédit. L’allongement de la durée d’emprunt qui passe de 25 à 27 ans et l’augmentation du taux d’endettement maximal accepté (de 33 % à 35 %) devraient permettre à de nombreux emprunteurs, qui ont essuyé des refus l’année dernière, de décrocher un crédit cette année. Ces nouvelles règles devraient favoriser surtout les jeunes ménages.

Exemple

Pour un couple présentant des revenus mensuels de 3 000 €, la hausse du taux d’endettement leur permet d’augmenter leur mensualité de prêt de 60 € et donc par exemple, de viser un bien un peu plus cher.

Vers de nouvelles conditions d’octroi ?

Attention, il ne faut pas se réjouir trop vite. Le Haut Conseil a, certes, donné un peu de lest, mais les banques, de leur côté, risquent de poser leurs propres conditions pour éviter de mauvaises surprises. En effet, face à une crise sanitaire et économique qui s’installe dans le temps, il est fort probable que les établissements prêteurs se prémunissent davantage. L’apport personnel est l’un des garde-fous que brandissent actuellement la plupart des banques. Selon le journal Les Echos citant Empruntis, l’apport requis est en hausse constante, « l’apport nécessaire pour régler les frais a augmenté de plus de 9 000 € à Lyon et de plus 7 000 € à Bordeaux entre 2016 et 2020 ».

Autre méthode mise en place par les banques depuis 2020 et le premier confinement, l’étude scrupuleuse de la situation professionnelle du candidat à l’emprunt. Si cette pratique est, depuis longtemps, monnaie courante, elle a évolué avec la crise du Covid-19. Aujourd’hui, les établissements bancaires ne regardent pas uniquement la profession de l’emprunteur, mais ils s’intéressent également à l’entreprise, dont il dépend. Sont ainsi exclus de fait du crédit immobilier les profils exerçant dans des secteurs économiques fragilisés par le contexte actuel.

En résumé

  • Les emprunteurs se réjouiront de découvrir des taux d’intérêt toujours plus bas. En ce mois de janvier, une baisse aussi significative qu’inattendue a été constatée.
  • La chute des taux s’accompagne de règles d’octroi de crédit beaucoup plus souples. Une situation qui devrait permettre à de nombreux emprunteurs exclus en 2020 de retenter leur chance.
  • Si tous les feux sont au vert, il faut tout de même s’assurer de la solidité de son dossier. Les banques prennent davantage de précaution avant de donner leur accord en cette période de crise sanitaire.

Partager

Aurélie Prats

Directrice Pôle Courtage

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Lire l'article Flèche

Lire l'article Flèche

Lire l'article Flèche

Lire l'article Flèche

Un quatuor aux couleurs de Selexium pour courir le Marathon de Toulouse Métropole

Lire l'article Flèche

Réforme de l’ISF, « flat tax »: qui sont les gagnants et les perdants ?

Lire l'article Flèche

La notion d’abus de droit renforcée : Quelles conséquences ?

Lire l'article Flèche

Le capital-investissement, la stratégie de demain

Lire l'article Flèche

Les seniors face à la baisse du taux d’usure

Lire l'article Flèche

Finance verte : quand « rentable » rime avec « responsable »

Lire l'article Flèche

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra