Charles III : de quel patrimoine hérite le nouveau roi ?

Publié le 23 Sep 2022

horloge Lecture de 4 min.

Rédigé par Natacha Piquemal

Thématique : Patrimoine

Partager

Alors que la reine Elizabeth II s’est éteinte le 8 septembre dernier dans son château de Balmoral en Écosse, c’est son fils aîné, Charles, qui a immédiatement été amené à lui succéder à la tête de la monarchie Britannique. Au-delà du rôle et de la couronne que celui-ci porte désormais, il a également hérité instantanément de la quasi-totalité de la fortune colossale de sa mère. Nous faisons le point sur cette succession hors du commun.

Quels droits de succesion pour le roi Charles III ?

Si pour le commun des mortels, lors d’une succession, il est d’usage de payer un certain nombre de taxes à l’état avant d’acquérir son nouveau patrimoine (environ 40 % du montant hérité au Royaume-Uni), cela ne concernera que de façon anecdotique le nouveau roi Charles III.

En effet, c’est en 1993 que la législation anglaise a décidé de mettre en place cette exemption au moment de la succession entre l’ancien souverain et le nouveau. Son but ? Éviter que, si deux monarques venaient à mourir à très peu de temps d’intervalle l’un de l’autre, le patrimoine royal ne soit fortement amputé, voire même quasi-réduit à néant.

De nouvelles fonctions et un nouveau trône pour Charles donc, mais aussi un patrimoine largement enrichi non-soumis à l’imposition successorale, venant compléter sa fortune personnelle, elle-même récemment établie à 100 millions d’euros.

Un avantage conséquent octroyé au nouveau roi, mais qui ne sera pas appliqué aux autres membres de la famille royale d’Angleterre. De leur côté, ils devraient probablement recevoir de petites sommes laissées par la reine Elizabeth II par le biais d’un testament.

Immobilier, allocation du Trésor, joyaux : quel héritage pour Charles III ?

Si jusque-là le Prince Charles, également Duc de Cornouailles, faisait principalement fructifier son patrimoine via les revenus issus de son duché, c’est désormais son fils William qui en récupérera les fruits. Pour exemple, l’an passé, les 570 km² de terres agricoles, ainsi que les commerces et les propriétés du duché ont rapporté la somme de 20 millions de livres, soit 23 millions d’euros, au désormais nouveau roi.

Si le roi Charles III abandonne dorénavant ces revenus au profit de son fils ainé et de sa famille, il ne perd pas pour autant au change. En effet, la reine Elizabeth II lui a transmis, dès sa mort, un patrimoine impressionnant, à la fois privé et public. En effet, durant ses 70 ans de règne, la monarque a accumulé une fortune personnelle avoisinant les 370 millions de livres selon les experts. Une somme estimée, car, si une partie de son patrimoine était bien connue du grand public, et géré par le Gouvernement anglais, l’autre est toujours restée de l’ordre du domaine privé.

Dès l’annonce de sa mort, c’est donc le roi Charles III qui a hérité de la grande majorité de ce patrimoine.

Propriétés immobilières privées

Si beaucoup ont en tête le palais londonien de Buckingham lorsque l’on évoque la famille royale d’Angleterre ou encore le château de Windsor, peu savent que ceux-ci appartiennent en réalité à l’état. Point d’héritage de ce côté-là pour le nouveau roi donc.

En revanche, Charles III est bien devenu propriétaire du château de Balmoral, en Écosse, dans lequel la famille royale a pour habitude de se retrouver l’été et estimé à 100 millions de livres. Il compte également désormais dans son patrimoine le palais de Sandringham, situé dans la région du Norfolk et évalué, pour sa part, à 50 millions de livres, où la reine Elizabeth et sa famille ont eu pour habitude de passer les fêtes de fin d’année ces dernières décennies. Sans oublier l’écurie personnelle de chevaux de courses de la défunte reine, qui lui a fait gagner la coquette somme de 7 millions de livres durant ces dernières années.

La bourse privée du souverain

Représentant jusque-là les revenus personnels de la reine, la bourse privée rassemblera donc désormais les revenus du roi Charles III. Lors du dernier relevé fiscal, ils s’élevaient approximativement à 24 millions de livres, issus des bénéfices tirés de nombreux terrains et de 315 biens immobiliers (propriétés résidentielles ou commerciales) haut de gamme du Duché de Lancaster, propriété de la famille royale depuis le Moyen-âge.

Soumis à l’impôt, ces revenus n’ont pas à être utilisés par le nouveau souverain pour ses frais de représentation. La reine Elizabeth II en distribuait jusque-là une partie à plusieurs membres non-actifs de la famille royale.

L’allocation souveraine du Trésor public

Afin de subventionner les dépenses officielles supportées par le souverain et les membres actifs de la famille royale, le roi Charles va également “hériter” de l’allocation souveraine, ou “sovereign grant” du Trésor public anglais.

Cette allocation équivaut à 15 % des revenus du patrimoine de la couronne ou “Crown Estate”, composé d’un important parc foncier, ainsi que d’un parc éolien d’autant plus important, et dont les bénéfices sont reversés au Trésor Public depuis 1760. Pour l’année 2020-2021, l’allocation souveraine a représenté l’équivalent de 99 millions d’euros, dédiés donc aux activités officielles des membres actifs de la famille royale.

Portefeuille d’actions, joyaux, timbres : le patrimoine éclectique d’Elizabeth II

Au-delà des dotations officielles et des biens immobiliers de la reine, le nouveau roi Charles III va également hériter d’une partie plus éclectique du patrimoine de sa mère. La reine Elizabeth possédait notamment un portefeuille d’actions conséquent, ainsi qu’une collection royale de timbres dont la valeur est actuellement estimée à 100 millions de livres.

Sans oublier les Joyaux de la couronne, dont la valeur s’élèverait à 3 milliards de livres et appartenant symboliquement à la reine. Et donc désormais au roi Charles III.

Cygnes, baleines : l’héritage insolite de Charles III

Si le patrimoine dont vient d’hériter le nouveau roi Charles III a de quoi faire tourner les têtes, il revêt également un caractère insolite.

En effet, au Moyen-âge, alors qu’il était bien plus difficile de s’alimenter que de nos jours, le monarque en place devenait également le propriétaire de tous les cygnes, baleines, esturgeons et poissons du royaume. Si de nos jours, les problématiques alimentaires en lien avec ces espèces sont depuis longtemps réglées, il n’en reste pas moins que Charles III est bien devenu leur propriétaire au moment du décès de sa mère. Permettant ainsi de protéger ces espèces présentent au Royaume-Uni ou au large de ses côtes.

En résumé

  • Le nouveau roi d’Angleterre, Charles III hérite de la quasi-totalité du patrimoine de sa défunte mère, la reine Elizabeth II.
  • Une loi promulguée en 1993 exempte le nouveau roi de frais de succession sur cet héritage.
  • Patrimoine immobilier colossal, bourse privée, allocation du Trésor public et autres investissements plus éclectiques composent désormais le patrimoine du nouveau roi.

Partager

Natacha Piquemal

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Logement étudiant : louer ou acheter pour son enfant, quelle est la meilleure stratégie ?

Lire l'article

Épargne salariale : le Sénat vote le déblocage de 10 000 € pour aider les Français

Lire l'article

Bourse : comment aborder cette rentrée 2022 ?

Lire l'article

Réforme de la fiscalité immobilière : quelles sont les pistes soulevées par l’OCDE ?

Lire l'article

Finance verte : les assureurs-vie épinglés pour greenwashing outrancier

Lire l'article

Crédit d’impôt “Avance immédiate” : comment en bénéficier dès la rentrée ?

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra