Covid-19 : les mesures pour sauver l’économie

Publié le 25 Mar 2020

Rédigé par Julie François

Patrimoine

La crise sanitaire qui touche de nombreux pays dans le monde entier se transforme, jour après jour, en une crise économique. Pour éviter d’en arriver là, les chefs d’Etat comme les institutions économiques et politiques mettent tout en œuvre pour tenter de sauver le système. Retour sur les mesures prises ces dernières semaines.

Partagez l'article :

Qui veut la fin, se donne les moyens

« Nous sommes en guerre ». Emmanuel Macron l’a affirmé plusieurs fois lors de son discours officiel, le 12 mars dernier. Mais, ce n’est pas le seul à avoir dégainé l’artillerie lourde pour lutter contre la pandémie du Coronavirus. Lundi 23 mars, le Premier ministre, Edouard Philippe, a de nouveau durci les règles concernant les sorties pendant la période de confinement. Depuis mardi matin, la France est officiellement passée en état d’urgence sanitaire, et ce, pour les deux mois à venir.

Sur le plan économique, le chef de l’Etat a promis une série de mesures de soutien aux entreprises afin d’éviter l’effondrement du tissu économique français, au ralenti depuis le début du confinement. Selon Bruno Lemaire, ministre de l’Économie et des Finances, l’industrie française n’a tourné qu’à 25 % de ses capacités la semaine dernière.

Certains politiques expliquent ce fort ralentissement par le flottement créé par le message du Président lors de son allocution. Ainsi, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a, lundi, clarifié la situation pour les entreprises en indiquant qu’il était tout à fait possible de travailler si les conditions de sécurité sanitaires étaient respectées. En effet, Emmanuel Macron a réfuté l’idée d’un confinement total. Malgré ces encouragements, les prévisions économiques ne sont pas optimistes. La banque UBS envisage une chute du PIB de la zone euro de 4,5 % cette année et de 4,3 % pour la France.

« Je n’imagine pas que du jour au lendemain, après un choc d’une telle violence, l’activité économique va revenir à la normale. Il faudra accompagner la reprise.»

Bruno Lemaire lors de son discours mardi 24 mars 2020.

Le coup de pouce des institutions européennes

Lors de son discours, ce mardi, le « locataire de Bercy » a d’ailleurs fait appel à la solidarité des pays voisins afin de trouver une « réponse européenne massive » à cette crise. Dans ce sens, la France s’est dite favorable à l’émission d’euro-bonds, des obligations émises au niveau européen, afin de soutenir économiquement les différents pays européens embourbés dans cette crise. Pour le moment, certains pays se montrent réticents à cette idée…

La présidente de la Commission européenne a, d’ailleurs, agi dans ce sens en annonçant dans une courte vidéo la suspension des règles budgétaires imposés aux Etats de l’Union européenne. Cette mesure inédite laisse la voie libre aux Etats pour dépenser autant que nécessaire afin de lutter contre le coronavirus. Ursula Von der Leyen a également évoqué la mise à disposition par Bruxelles de 37 milliards d’euros.

De son côté, la Banque centrale européenne semble avoir pris au pied de la lettre les paroles du président de la République française et a dégainé un véritable bazooka monétaire : un programme d’urgence de 750 milliards d’euros pour apaiser les marchés européens qui ne cessent d’enfoncer le plancher depuis le début de l’épidémie du Covid-19.

Les Bourses reprennent du poil de la bête

Outre-Atlantique, la Réserve fédérale a, à son tour, lancé une bouée de sauvetage en annonçant, lundi, de nouvelles mesures destinées à soutenir l’économie et à assurer la liquidité des marchés. Conséquence directe, les places boursières sont reparties à la hausse en début de semaine. Mardi matin, le CAC 40 gagnait près de 5 %, tandis que le Dax, à Francfort, progressait de 6,4 % et que le FTSE à Londres dépassait 4,2 %. L’Euro STOXX 50, l’indice européen, était en hausse, lui, de 5,2 %.

Si les analystes s’accordent pour dire que l’effet yo-yo des marchés n’est pas tout à fait terminé, il s’agit de la première bonne nouvelle depuis le début de l’épidémie. L’incertitude quant à l’évolution de la pandémie reste bien présente dans les esprits. Alors que l’Europe est sur le point d’atteindre le pic, la Chine commence doucement à se relever. Une autre bonne nouvelle qui permet d’entrevoir la fin de cette guerre.

En résumé

  • La crise sanitaire que traverse la France impacte durablement l’économie française. Le ministre de l’Economie et des Finances s’est exprimé pour aborder les mesures prises par le gouvernement et rassurer les Français.
  • Les institutions européennes ont, elles aussi, pris une série de décisions afin de soutenir les pays en difficultés.
  • En début de semaine, les bourses sont reparties à la hausse après deux semaines de chute vertigineuse. Une bonne nouvelle portée par les programmes d’urgence de la BCE et de la Fed.

Partagez l'article :

Julie François

Rédactrice web pour plusieurs supports Selexium.com

Découvrir cet auteurlink-cross

obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Découvrir toutes les actualités link-cross

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra