L’e-monnaie au cœur des expérimentations des banques centrales

Publié le 18 Juin 2020

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Jean-Baptiste Da Mota

Thématique : Placements financiers

Partager

La banque centrale française a expérimenté, le 14 mai, l’usage de l’euro digital pour régler une émission de titres financiers de la Société Générale, une première dans la zone euro qui ouvre une nouvelle voie dans le système de règlement interbancaire. Explications.

La banque centrale française, pionnière de la zone euro

Avez-vous entendu parler de « MDBD » ? Sous ce sigle se cache la nouvelle technologie de la banque centrale française plus connue sous le nom de « monnaie digitale de banque centrale ». Si le projet était officiel depuis le début de l’année, la banque centrale française est passée, le 14 mai, de la théorie à la pratique. Pour régler des titres financiers émis par la Société Générale Forge a utilisé, avec succès, cette innovation pour la première fois dans l’histoire de la zone euro. Il s’agit d’une monnaie virtuelle dont le cours est fixe et qui repose sur la technologie de la blockchain.

L’idée est d’utiliser la blockchain, technologie sécurisée de transmission d’informations destinée à réaliser des paiements, pour réaliser des paiements interbancaires, dits « transactions de gros ». Le but de cette expérimentation est de développer un « stablecoin », une monnaie virtuelle fixe destinée à optimiser les transactions au niveau européen. Dix autres expérimentations sont prévues dès le mois de juillet avec des partenaires.

La monnaie centrale digitale, une priorité stratégique

Pour les banques centrales, l’enjeu de la monnaie digitale est double. Pratique et économique, cette e-monnaie permettrait de gagner en efficacité, mais aussi de réduire les coûts liés aux intermédiaires tout en proposant un système d’échange d’avoirs contre une monnaie légale. La monnaie digitale offre donc aux banques centrales une opportunité de s’adapter à l’évolution des usages.

Cependant, derrière l’argument technologique, apparaît un enjeu géopolitique de taille. La MDBD est pensée comme une réponse de taille aux initiatives privées. En effet, dans le viseur des institutions depuis quelques années, la montée en puissance du Bitcoin et de la Libra inquiète, car le succès de ces e-monnaies pourrait venir perturber le fonctionnement traditionnel des politiques monétaires. L’émergence d’une monnaie centrale digitale est donc nécessaire pour les régulateurs financiers.

80 %

des banques centrales de la planète étudient la possibilité de créer une monnaie digitale, selon la Banque des règlements internationaux.

Le début de la fin du cash ?

L’émergence d’une e-monnaie à l’échelle des institutions étatiques ne sera pas sans conséquence pour le cash. La banque centrale de France distingue deux types de MDBD : celui servant pour les transactions de gros et l’autre destiné au grand public, venant compléter le cash. L’e-monnaie est donc également pensée pour révolutionner nos habitudes de paiement en proposant un système aussi fiable qu’un billet, mais plus sécurisé et sans intermédiaire. On parle de « MDBD de détail ». Cette idée est à l’étude au sein de la Banque centrale européenne (BCE). Ce nouvel outil vient donner le coup de grâce au cash mis à mal par la crise du Covid-19.

La crypto-monnaie légale a déjà fait un bon bout de chemin dans certains pays. En Equateur, l' »e-peso » a déjà débuté sa phase test. Il permet des paiements par SMS depuis un porte-feuille numérique. La Suède, quant à elle, planche sur l' »e-couronne » destinée à remplacer les pièces de monnaie et les billets de banque. Depuis avril, la Chine expérimente le yuan digital dans quatre villes (Shenzhen, Xiongan, Chengdu et Suzhou) et projette d’étendre l’expérience dès 2022. Ces initiatives pourraient remettre en cause la suprématie du dollar comme monnaie d’échange et redistribuer les cartes à l’international.

En résumé

  • La Banque de France a expérimenté, pour la première fois, le règlement interbancaire via une monnaie digitale par l’intermédiaire de la blockchain. Une première dans la zone euro.
  • L’émergence d’une monnaie digitale de banque centrale est devenu un enjeu majeur pour toutes les banques centrales de la planète. Afin de peser face aux e-monnaies telles que le Bitcoin et la Libra, les institutions ont mis au point une monnaie virtuelle permettant de sécuriser les transactions entre banques. L’usage de cette innovation est destiné à s’étendre également aux particuliers.
  • De nombreux pays travaillent sur des projets de monnaie digitale dont la France, la Suède ou encore la Chine. L’émergence de cette nouvelle pratique pourrait avoir un impact majeur sur le système financier économique et international.

Partager

Jean-Baptiste Da Mota

Ingénieur Patrimonial

Découvrir cet auteurIcone Lien (Plus)

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

PEA : les frais désormais plafonnés

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Lire l'article arrow

Découvrir toutes les actualités Icone Lien (Plus)

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra