• Accueil
  • Actualités
  • Inflation : quand les épargnants ne savent plus quels placements choisir

Inflation : quand les épargnants ne savent plus quels placements choisir

Publié le 20 Déc 2022

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Emilie Gardes

Thématique : Placements financiers

Partager

Publiée début décembre, l’analyse internationale “Global Investor Study” de Schroders révèle que les épargnants se retrouvent actuellement désorientés sur leurs placements financiers. Face à l’inflation et aux vents contraires de la Bourse, ils sont incapables de définir quels investissements privilégier.

Les investisseurs dans le tourbillon inflationniste

Dans l’ultime volet de son baromètre économique mondial “Global Investor Study“, le gestionnaire d’actifs Shroders met en exergue la tourmente qui malmène actuellement les investisseurs particuliers*. Déboussolés par une inflation effrayante et jusqu’au boutiste en apparence, ils ne savent plus vers quels placements se diriger. Quels sont les meilleurs choix pour ce mois de décembre clôturant une année 2022 difficile ? Quels sont les plus stables et ceux qui se dévalueront le moins ? N’est-il pas plus raisonnable de placer son épargne dans la pierre plutôt que dans des placements financiers ? Autant de questions qui parasitent présentement leurs choix.

Il faut dire que les épargnants ne sont pas coutumiers de voir l’inflation autant s’emballer. Equilibrée lors des précédentes années, elle n’avait pas joué de turpitudes depuis fort longtemps. Et si l’étude de Schroders ne se concentre que sur la période du 18 février au 7 avril 2022, alors que la guerre en Ukraine commençait à peine et que les prix ne faisaient qu’amorcer leur ascension, elle démontre déjà bien le désarroi des particuliers face au début du phénomène.

Quelles stratégies ont été mises en place par les investisseurs ?

Sur 24 000 épargnants sondés par Schroders à travers le globe, la grande majorité déclare avoir préféré rester impassible sur la posture à adopter face à la hausse des taux d’intérêt. Une position d’attentisme qui rappelle que cette situation avait déjà été observée, mais avec des proportions différentes, lors de l’épisode du Covid.

En définitive, seuls 36 % des répondants ont opté pour une modification de leur stratégie d’investissement pour profiter des changements apportés par ce contexte. Enfin, 55 % des interrogés dans l’Hexagone ont tout de même effectué quelques arbitrages sur leur patrimoine investi.

Un climat généralisé de perplexité ambiante

Si les investisseurs se sentent aujourd’hui si dépassés, c’est car ils peinent à décrypter les rouages de la bourse et ses mouvements haussiers inattendus. Les places financières majeures avaient grandement décroché au premier semestre 2022, chamboulées par l’inflation, le conflit russo-ukrainien et le durcissement national de certaines politiques monétaires.

Et pourtant, depuis octobre, virage d’envergure. Alors même que les perspectives de croissance ont été revues à la baisse pour 2023 et que la BCE a opté pour trois relèvements successifs de ses taux directeurs, les marchés boursiers rebondissent. Pour exemples, entre fin septembre et fin novembre 2022, le CAC 40 a grimpé de 17 % et l‘Eurostoxx (indice boursier européen) de 18 %. Des tendances à contre-sens qui mettent à mal les capacités d’analyse des épargnants. Un constat confirmé par la BPCE.

Une perplexité qui pourrait se mettre à peser conséquemment dans la balance. 56 % des épargnants français estiment que leur bien-être mental est corrélé à la performance de leurs placements. D’où tout l’intérêt de bien choisir sa stratégie patrimoniale pour se sentir sécurisé.

Un intérêt marqué pour le recours à un conseiller financier

Démunis par le trouble qui les anime, les épargnants se montrent de plus en plus enclins à vouloir être accompagnés par un conseiller financier. En France, 43 % des répondants pressentent que la gestion financière active va évoluer en raison de ce contexte, et 37 % se disent prompts à être guidés par un spécialiste expert en placements.

En résumé

  • Avec l’évolution de l’inflation, 36 % des particuliers ont préféré réorienter leurs stratégie d’investissement, quand 55 % ont pratiqué quelques arbitrages ;
  • Les mouvements de la Bourse rendent les investisseurs perplexes ;
  • Les épargnants désirent de plus en plus être conseillés par un expert financier.

* Les investisseurs étudiés au sein du “Global Investor Study” de Schroders sont ceux qui prévoient de placer au moins 10 000 € lors des 12 prochains mois.

Partager

Emilie Gardes

Rédactrice spécialisée en Economie, Finance et Immobilier

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Besoin d'aide pour investir ? Réalisez votre bilan patrimonial

Nos experts et notre bilan patrimonial gratuit sont là, pour vous.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Lire l'article

Lire l'article

Le livret A champion des placements en 2022

Lire l'article

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : le départ à 64 ans accentue-t-il les inégalités ?

Lire l'article

Nouvelle déclaration d’impôt obligatoire pour les propriétaires avant cet été

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : comment prendre sa retraite à 40 ans ?

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : départ à 64 ans, qui est concerné ?

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : et si le départ à 64 ans était moins intéressant qu’à 65 ?

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : à quelle date sera-t-elle votée ?

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra