Inflation 2023 : à quelle sauce seront mangés les Français ?

Publié le 06 Jan 2023

horloge Lecture de 4 min.

Rédigé par Elodie Fuentes

Thématique : Actualités

Partager

Les sujets sur l’augmentation du taux de l’inflation en 2022 auront donné du grain à moudre aux économistes. Ils s’expriment désormais sur les 3 années à venir, et annoncent des prévisions plus douces pour 2025, qui sembleraient marquer le retour des températures clémentes en matière d’inflation.

Pouvons-nous échapper à la récession en 2023 ?

Remisés au placard, les décorations de Noël et les cotillons laissent place au bilan inflationniste 2022, suivi des projections économiques pour cette rentrée.

Si l’année passée marque le grand retour de l’inflation, avec un pic qui atteint les 10,6 % dans la zone euro fin novembre, l’heure est aux prévisions économiques avec un horizon dessiné sur 3 ans. En effet, 2025 semble se positionner comme LA date phare du retour à la normale pour l’inflation, mais elle n’en reste pas moins tributaire d’un contexte encore incertain. Les principaux indices surveillés par les macroéconomistes y sont pour beaucoup. Le prix du gaz et son approvisionnement pouvant défier toute prédiction sur la baisse de l’inflation dans les mois, voire, les années à venir. La menace des coupures d’électricité, entrainant un ralentissement de l’économie, pourraient également contredire les chiffres annoncés par les experts.

Si la Banque de France n’écarte pas la possibilité d’une récession en France en 2023, elle reste toutefois prudente sur la durée et l’impact qu’elle pourrait avoir sur le pays, sans que celle-ci ne soit alarmante pour autant.

Que dit le PIB sur la situation d’ici 3 ans ?

Comme placé sur manège à sensations, le PIB joue actuellement avec les émotions des Français. Périodes de relances et de déclin s’enchaînent, toujours dictées par les événements climatiques, économiques et politiques pouvant faire vaciller les prédictions à son sujet.

Après une croissance du PIB à 2,6 %, une baisse est attendue pour 2023, pouvant atteindre les 0,3 %. Selon les économistes, 2024 et 2025 seraient porteurs d’espoir, annonçant le retour à la hausse du PIB à 1,2 % puis 1,8 % dans trois ans. La Banque de France fait preuve de prudence dans ses prévisions, s’accordant une marge de manœuvre comprise entre -0,3 % et -0,8 % concernant la croissance du PIB 2023.

Le taux de chômage quant à lui devrait augmenter d’un point d’ici 2024, pour atteindre les 8,3 %, contre 7,3 % en 2022.

L’inflation va-t-elle baisser dans les prochains mois ?

Deux années se sont écoulées depuis le début de la montée de l’inflation telle que nous la connaissons aujourd’hui. Les prévisions diffèrent sur le sujet, mais le terme d' »inflation transitoire » remonte à la surface, laissant perplexe la sphère économique. Bien qu’appuyée par le président de la Fed, la notion d’inflation transitoire doit être abordée avec des pincettes, selon les économistes. Si elle confère un sentiment rassurant, elle pourrait paraître également réductrice, voire simpliste, face à la situation qui s’annonce encore corsée dans les prochains mois. Que doit-on espérer de l’évolution de l’inflation à moyen et court terme

Des signes encourageants fin 2022

Amorcée en juin 2021, l’inflation a enfin montré des signes motivants de ralentissement en fin d’année 2022. De 10,6 % à 10 %, la baisse du taux d’inflation encourage, mais reste timorée. La Banque de France annonce, par ailleurs, des prix à la consommation encore en hausse en 2023 pour les ménages français, avec un indice prévu autour des 6 %, avant de profiter d’une accalmie en 2024 (indice à 2,5 %) et en 2025 (indice à 2,1 %). Cependant, si les prix ont prévu d’augmenter à nouveau en 2023, la courbe annoncée sera bien moins agressive qu’en 2022. 

Un pic du taux d’inflation en France est annoncé en 2023, dont les répercutions ne sont pas pour autant égales d’un département à un autre. Des villes comme Paris, Lyon ou encore Marseille seront plus durement touchées par l’inflation, quand l’ouest et notamment la Vendée, profiteront des taux les plus bas.

Le pouvoir d’achat des Français devrait quant à lui se stabiliser en 2023, après une chute observée en 2022, induite par l’augmentation des prix alimentaires et des factures énergétiques. 2024 et 2025, si l’on suit la logique énoncée par les économistes, seront donc portées par une augmentation du pouvoir d’achat

3 scénarios d’inflation envisagés entre 2023 et 2024

Les facteurs d’activité économique, de politique monétaire, combinés aux chantiers en cours de transition énergétique et d’approvisionnement mondiaux, le tout sur fond de conflits géopolitiques, peuvent laisser présager 3 scénarios selon l’économiste Mohamed El-Arian pour le magazine « Les Échos ». Avec un climat inflationniste s’installant plus longtemps que prévu et de façon plus drastique qu’attendu, le terme « d’inflation transitoire » est fortement discuté par ce dernier. 

  • En premier lieu, Mohamed El-Arian penche pour un script basé autour de la désinflation ordonnée ou « immaculée ». Dans ce tableau, la baisse de l’inflation s’opérerait de façon progressive, jusqu’au fameux Graal tant attendu des 2 %. Dans ce cas, la croissance et l’économie des États-Unis seraient préservées.
  • Deuxième hypothèse énoncée par l’économiste, une inflation incompressible. Ici, la diminution de l’inflation aurait également bien lieu mais elle subirait un frein aux alentours des 3 à 4 %, pour se stopper net, d’ici la moitié de l’année 2023.
  • Et pour terminer sur ses prévisions, Mohamed El-Arian nous parle d’une possible inflation en U pour laquelle les prix continueraient d’augmenter fin 2023 et jusqu’en 2024, induits directement par les politiques économiques étrangères. La Chine retrouverait un rythme de croisière économique, et les Etats-Unis quant à eux, afficheraient une ligne de conduite stable concernant le marché du travail.

Le chiffre clé

2,5 %

L’indice des prix à la consommation prévus en 2024

Le chiffre clé

2,1 %

L’indice des prix à la consommation prévus en 2025

Qu’en est-il de l’inflation alimentaire ?

Après avoir affolé les tickets de caisse des ménages français, le prix des matières premières semblent se stabiliser, présageant des notes de courses moins impactées dans quelques mois.

Invité par France Info, Emmanuel Fournet, directeur analytique chez Nielsen IQ, donne rendez-vous, en milieu d’année 2023, pour constater une baisse des prix alimentaires. Selon ses dires, l’inflation dans l’alimentation prévoit de continuer d’augmenter jusqu’au mois d’avril prochain. Il justifie la positivité de cette projection, par la baisse des coûts des matières premières dans le milieu agricole, ressentie depuis le milieu d’année 2022. Emmanuel Fournet souligne à ce sujet « La matière première agricole n’augmente plus depuis la mi 2022 et en règle générale, les impacts se font sentir jusqu’à un an après en rayon ». Ainsi, les prévisionnistes envisagent une baisse de l’inflation alimentaire à 5 % d’ici la mi 2023.

En résumé :

  • Une récession pourrait être écartée en France, ou très faiblement impactante selon les économistes.
  • L’augmentation du PIB dans l’hexagone pourrait atteindre les +1,8 % d’ici 2025.
  • L’inflation pourrait baisser progressivement, mais cela n’aura pas d’impact immédiat sur les prix à la consommation.
  • Les prix des denrées alimentaires sont attendus à la baisse d’ici le milieu d’année 2023.

Partager

Elodie Fuentes

Rédactrice web, spécialisée en économie, finance et gestion de patrimoine

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Optimisez votre patrimoine grâce à nos experts sont là

Selexium vous accompagne dans vos projets d'investissement et vous propose un bilan patrimonial gratuit.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Crise du Logement : le rapport d’une mission d’information sénatoriale appelle une action forte et rapide de la part du gouvernement

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : le succès de l’application mobile de la DGFiP

Lire l'article

Crédit immobilier : cette proposition de loi pourrait bien relancer le marché immobilier

Lire l'article

Ne pas déclarer son impôt sur le revenu : quels risques ?

Lire l'article

Crédit immobilier : la BCE est prête à baisser ses taux dès le mois de juin

Lire l'article

Crise du logement : le nouveau projet de loi présenté au Conseil des ministres vendredi dernier

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot