Comment passer un ordre en bourse ?

Vous détenez enfin un PEA et désirez acheter des actions ? Pour un investisseur novice, il est nécessaire de comprendre le fonctionnement de la bourse et suivre des indications spécifiques. Afin d’acquérir des titres sur les marchés boursiers, il vous faut comprendre comment passer un ordre en bourse, les données nécessaires et les différents types d’ordre existants.

Du système à la criée au système de cotation informatisé

Pour comprendre le fonctionnement du système boursier actuel, il est nécessaire de connaître son histoire. Aujourd’hui, les places boursières sont virtuelles et les bâtiments n’accueillent que quelques curieux et des bureaux. Néanmoins, à l’origine, les achats et ventes d’actions à la bourse de Paris étaient effectués au sein du Palais Brongniart, dans un lieu dédié : le parquet du Palais Brongniart. Le fonctionnement reposait sur les agents de change, au centre du parquet dans la corbeille. Les actions des plus grandes capitalisations boursières étaient échangées directement par les agents de change, suppléés de leurs assistants nommés « barreurs ». On parle alors de cotation à la criée.

L’avènement de l’informatique et d’Internet a amené le changement de ce mode de cotation à la criée à un mode de cotation électronique, appelé pour la bourse de Paris « cotation assistée en continu » (CAC). Le changement fut opéré au cours des années 1980 et 1990, pour finalement remplacer totalement la criée en 1998. Le principal changement amené par la cotation électronique est la fixation des cours des capitalisations en continu, aux heures d’ouverture de la bourse. Dans le modèle de cotation à la criée, les cours n’étaient cotés que quelques fois par jours.

Les prérequis pour passer un ordre en bourse

Un investisseur souhaitant acquérir des titres boursiers doit respecter certaines conditions. Dans un premier temps, il doit posséder une enveloppe fiscale permettant de détenir des titres et d’effectuer des transactions. Cette enveloppe peut prendre la forme d’un PEA ou d’un compte-titres. En fonction de votre situation, des opérations que vous souhaitez mener et de la fiscalité, il convient de choisir l’enveloppe fiscale adaptée.

Une fois votre enveloppe fiscale détenue, vous pouvez acquérir des actions en bourse. Pour ce faire, il vous faut passer des ordres d’achat auprès de votre intermédiaire financier (courtier, banquier, etc.). Pour vous séparer d’un titre, vous devez passer des ordres de vente. Toutefois, les variations sur les marchés boursiers nécessitent que les investisseurs fassent preuve d’une grande prudence : avant de passer un ordre en bourse, on se doit de vérifier l’absence de variations brutales sur le cours de l’action concernée.

Afin de prendre la décision de passer un ordre au marché boursier, l’investisseur peut s’appuyer sur différentes données fournies sur les plateformes :

  • Le dernier cours de l’action.
  • Le cours le plus haut et celui le plus bas sur la séance en cours.
  • Le nombre de titres échangés au cours de la séance.

Les différentes étapes d’un ordre en bourse

Lorsqu’un investisseur émet un ordre de vente ou d’achat en bourse, un certain nombre d’étapes sont effectuées. Le circuit d’un ordre en bourse est le suivant :

  1. L’investisseur informe son intermédiaire qu’il souhaite acquérir ou vendre des actions d’une société : il transmet un ordre en bourse.
  2. Un courtier mandaté par l’intermédiaire transmet l’information à la bourse sur laquelle évolue la société. Pour une action d’une société française, telle qu’Airbus Group, l’information est transmise à Euronext Paris.
  3. La typologie de l’ordre en bourse ainsi que la confrontation entre l’offre et la demande de titres sur la place boursière résulte de la vente ou l’achat des actions à un certain prix.
  4. La chambre des compensations garantit la bonne réalisation des ordres.
  5. L’investisseur reçoit ses titres sur son enveloppe fiscale ou les liquidités sur son compte-espèces. La procédure est supervisée par le dépositaire central. Pour la Bourse de Paris, le dépositaire est Euroclear.

Afin qu’un ordre du jour soit traité par l’intermédiaire financier, l’émetteur doit fournir certaines informations : le type d’ordre (achat ou vente), le code mnémonique ou ISIN de la société concernée, le nombre de titres, le prix désiré et le mode de règlement (différé ou comptant). Une mention de validité doit également être comprise dans l’ordre d’achat ou de vente. Cette mention donne la durée au cours de laquelle l’ordre est valide. Il est conseillé d’émettre des ordres avec une validité courte afin de ne pas les oublier.

Les ordres simples

Pour vendre ou acheter des actions, l’investisseur passe un ordre en bourse. Il existe plusieurs types d’ordres, permettant des actions différentes en fonction de la finalité désirée. On distingue deux grandes catégories d’ordres : les ordres simples et les ordres complexes. On compte quatre ordres simples : l’ordre au marché, l’ordre à cours limité, l’ordre à la première limite et l’ordre à déclenchement.

Ordre au marché

L’ordre au marché, également appelé « ordre à tout prix », est celui ayant la priorité sur tous les autres. Vendre ou acheter avec l’ordre au marché revient à vendre au prix le plus haut et acheter au prix le plus bas, c’est-à-dire au meilleur prix. Cela nécessite donc une utilisation avec la plus grande prudence afin d’éviter les déconvenues liées à une variation trop importante du cours. Son utilisation est donc préconisée pour les grandes capitalisations boursières, peu sujettes à d’importantes fluctuations de leur valeur.

Ordre à cours limité

L’ordre à cours limité est une solution à l’insécurité des prix : le prix désiré est fixé lors de l’émission de l’ordre. Il limite donc les mésaventures avec la détermination d’un prix plancher de vente et d’un prix plafond d’achat. Néanmoins, si le nombre d’actions nécessaire à la réalisation de l’ordre n’est pas atteint, ce dernier ne sera pas réalisé ou seulement en partie.

Ordre à la meilleure limite

Ce type d’ordre et un savant mélange des deux précédents : l’ordre au marché et l’ordre à cours limité. Cet ordre est émis, sans aucune information relative au prix : le prix d’achat ou de vente est déterminé en fonction du meilleur prix actuel sur le marché. Une fois l’ordre passé au meilleur prix actuel, l’ordre devient un ordre à cours limité : il ne se réalisera que pour le meilleur prix. L’ordre à la meilleure limite n’est pas prioritaire sur les autres ordres, ce qui peut résulter en une réalisation partielle.

Ordre à déclenchement

Le principe de cet ordre est simple : l’investisseur anticipe une opération intéressante si le cours de l’action dépasse un certain seuil, à la hausse comme à la baisse. L’ordre, aussi appelé « ordre stop », prévoit un achat ou une vente si le cours passe au-dessus ou en-dessous d’un certain montant.

À savoir : la réalisation de la condition transforme l’ordre à déclenchement en un ordre au marché : le prix n’est pas totalement garantit. Pour pallier à cette différence, il est possible de passer un ordre à seuil de déclenchement, où la réalisation dépend d’un segment de prix. Il est également possible de fournir un seuil de non-déclenchement.

Les ordres en bourse complexes

Les ordres en bourse cités précédemment sont des ordres simples, utilisés principalement pour leur rapidité d’exécution. Néanmoins, mener des actions plus délicates en bourse nécessite d’autres outils, notamment pour des opérations à très court terme. On recense alors 4 ordres complexes permettant la réalisation de ces transactions : les ordres séquentiels, alternatifs, triples et indexés.

Ordre séquentiel

L’ordre séquentiel se caractérise par son action en deux parties :

  • Dans un premier temps, l’ordre se réalise comme un ordre d’achat à cours limité. Si le cours passe en dessous d’un certain seuil, l’ordre se déclenche et l’investisseur acquiert des parts de la société.
  • Si la première partie s’est réalisée, un ordre de vente à cours limité est passé. Lorsque le cours dépassera un certain montant, les actions seront vendues.

Cet ordre séquentiel permet d’effectuer des opérations sereinement, en clôturant une position facilement. Afin de minimiser les potentielles pertes, un « ordre stop » peut être passé en lieu et place de l’ordre de vente, afin de vous séparer des parts si le cours connaît une trop forte baisse.

Ordre en bourse séquentiel

Ordre alternatif

L’ordre alternatif vous permet de passer simultanément deux ordres, dont un seul sera réalisé si sa condition de déclenchement est atteinte. Vous passez donc deux ordres :

  • Un ordre de vente à cours limité ; si le cours dépasse un seuil prédéfini, la vente de vos titres sera effective.
  • Un ordre stop ; si le cours chute brutalement, vos actions seront vendues pour minimiser les pertes.
Ordre en bourse alternatif

Ordre triple

Cet ordre est utilisé pour maximiser les gains et minimiser les risques. Vous passez à la fois un ordre d’achat à cours limité et un ordre alternatif.

Par exemple, vous souhaitez acquérir une action cotée sur Euronext Paris. Votre analyse vous indique que si le cours dépasse 40 €, il continue sa croissance jusqu’à 45 €. Également, s’il passe en-dessous de 35 €, il continuera sa chute. Le cours est actuellement à 38 €, vous passez donc un ordre triple, composé d’un ordre d’achat à cours limité pour un seuil de 40 € et d’un ordre alternatif. L’ordre alternatif se compose d’un ordre stop à 35 €, vous permettant de limiter les pertes si le cours diminue, et d’un ordre de vente à cours limité à 45 €. Dès que le cours de l’action dépasse 40 €, votre ordre d’achat à cours limité se déclenche et vous passez automatiquement un ordre alternatif. Si le cours retombe à 35 €, votre ordre stop se déclenche pour minimiser vos pertes et si le cours dépasse 45 € l’ordre de vente se déclenche afin de maximiser vos profits.

Ordre en bourse triple

Ordre indexé

L’ordre indexé se rapproche d’un ordre à seuil de déclenchement de par son fonctionnement. La différence réside dans des seuils de déclenchement variables, en lieu et place des seuils fixes. L’investisseur sélectionne un niveau en pourcentage ou en point, appelé « écart », à partir duquel la vente des actions doit être effectuée. Si le cours de l’action augmente, le seuil augmente également. Prenons l’exemple d’une action acquise à 50 €. Vous définissez un écart à 5 € : si le cours baisse, votre action est vendue dès lors que le cours atteint 45 €. Mais si le cours de l’action augmente et atteint 60 €, alors le nouveau seuil de vente est fixé à 55 €.

Le Système de Règlement Différé pour les investisseurs expérimentés

Passer des ordres en bourse et acquérir des titres nécessite une contrepartie financière. En règle générale, l’acquisition de titres se fait par un paiement au comptant : le montant de la transaction est déduit sous trois jours. Le Système de Règlement Différé (SRD) est une solution permettant l’achat et la vente à crédit de titres boursiers. Ainsi, vous pouvez acquérir des titres sans avancer de liquidités. Le fonctionnement repose sur l’intermédiaire financier : il avance les fonds nécessaires pour que l’investisseur puisse acquérir les titres. Ce système est principalement utilisé en début de mois, les fonds devant être remboursés par l’investisseur le jour de liquidation défini 4 jours avant la fin du mois calendaire.

L’acquisition de titres au SRD permet de profiter d’avantages tels que l’effet de levier ou le report de position. Néanmoins, tous les titres ne sont pas éligibles au SRD : des conditions de capitalisation et de volume d’échange sont imposées par les marchés boursiers.

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra