• Accueil
  • Actualités
  • Marché boursier 2023 : entre craintes et lueurs d’espoir, le CAC 40 marche-t-il sur des œufs ?

Marché boursier 2023 : entre craintes et lueurs d’espoir, le CAC 40 marche-t-il sur des œufs ?

Publié le 17 Jan 2023

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Elodie Fuentes

Thématique : Placements financiers

Partager

Le CAC 40 a passé une année 2022 difficile et démarre celle-ci sur les chapeaux de roue, en remontant à 6 860,95 points en seulement une semaine. Ce regain d’énergie doit tout de même appeler à la prudence. Face aux nombreux barrages attendus cette année, ce beau démarrage pourrait rapidement s’estomper. Restrictions monétaires, pénurie énergétique, hausse des coûts pour les entreprises, quelles sont les prédictions boursières pour 2023 ?

2022, l’année de toutes les désillusions ?

Après une année 2021 clôturée en grande pompe, la pilule fut d’autant plus difficile à avaler pour les investisseurs en bourse l’année suivante. En effet, en 20 ans, le marché boursier ne s’était jamais aussi bien porté qu’en 2021. Les + 28,9 % d’indice du CAC 40 en un an, marquaient au fer rouge la relance de l’économie, après des mois d’arrêt induits par l’apparition du Covid. Emporté par des chiffres boursiers spectaculaires, le mois de janvier 2022 ouvrait à son tour une nouvelle ère boursière porteuse de beaux présages. Forts d’un record, une fois encore, inédit, avec 7.400 points pour le CAC 40 au 5 janvier 2022, les investisseurs en bourse n’ont pas vu le vent tourner. La Guerre en Ukraine provoquera un mois plus tard la chute des bourses mondiales, responsable d’une poussée de fièvre inflationniste inattendue et incontrôlable. Le 24 février 2022 signe la date de fin des envolées des indices du CAC 40, qui perdra -10 % cette année-là, pour passer sous la barre des 6 500 points. Un coup dur pour les marchés actions qui enregistreront leur plus mauvaise performance en 2022 depuis 2018.

La lutte contre l’inflation en ligne de mire

Mois après mois, la persistance de l’inflation aura érigé un voile menaçant sur le secteur boursier. Bien qu’anticipée par ses propres acteurs, la normalisation des politiques budgétaires et monétaires induite pour contrer la montée inflationniste n’aura pas été sans conséquence, pénalisant fortement les marchés boursiers. La politique acharnée des banques centrales à coup de remontée des taux d’intérêt, sur fond de durcissement des politiques monétaires aura entraîné inéluctablement la chute du CAC 40 à 9,5 %

Comment la bourse européenne redore-t-elle son blason en 2023 ?

Exit 2022, la première semaine de l’année 2023 démarre sur les chapeaux de roues pour les Bourses européennes, en raflant en une semaine seulement, les prédictions établies sur une année entière. Le CAC 40 en France fanfaronne en affichant sa plus belle remontée effectuée en 1 semaine depuis 2020. Et son engouement est contagieux avec des chiffres probants sur le reste du continent européen : 

  • Le Stoxx 600 européen : + 4,6 %
  • Le Dax allemand : + 4,93 %
  • Le Footsie britannique : + 3,32 %

La Guerre en Ukraine, ayant renversé la vapeur en 2022, demeure le point de repère boursier depuis des mois. Il a fallut presque un an d’écoulé pour voir enfin l’indice de référence de la Place parisienne entrer dans une tendance haussière, et terminer cette première semaine de l’année à 6 860,95 points. Accalmie de la montée de l’inflation en Europe et baisse de la hausse des salaires aux Etats-Unis, ont permis au marché boursier de reprendre confiance. 

Prudence et modération sont de mise

Même si cette mise en bouche redonne goût aux investisseurs, le menu 2023 n’est pas inscrit à l’encre indélébile. Certes, les taux se détendent de manière inattendue, avec un Bund allemand au rendement à 2,21 %, 36 points de base inférieurs à celui de la fin 2022 et avec 2,27 % (-40 pb) pour l’OAT française, mais l’avenir du marché boursier s’aborde encore avec des pincettes. Cependant, les actions américaines semblent perdre de la vitesse face au marché boursier européen bousculant les repères boursiers mondiaux de ces 15 dernières années. Avec une progression du CAC de 20,9 %, contre 9 % pour S & P 500 depuis le mois de septembre dernier, les stratégies financières mondiales semblent s’inverser en faveur de la bourse européenne. 

La bourse échapera-t-elle à la récession ?

Les résultats probants des entreprises en 2022 ont permis de tenir la récession hors de portée de nuire du CAC 40. Résistantes face à l’augmentation des coûts impulsée par le conflit ukrainien, les entreprises vont devoir relever le défit de la baisse de la demande en 2023. Le FMI (Fonds Monétaire International), prévoit des éclaboussures sur près d’un tiers des secteurs économiques mondiaux dans les mois à venir. Sans omettre l’éventualité d’une contraction du marché durant deux trimestres d’affilée, le FMI assume son optimisme et compte sur l’artère pulmonaire du marché du travail pour éviter la récession.

Le marché européen, quant à lui, déambule sur un fil rouge. Les ficelles menaçantes des restrictions de la BCE et des dépendances énergétiques risquent, en effet, de fragiliser le contexte macroéconomique du continent. L’augmentation du coût de l’énergie, ébranlé par la sévérité des banques centrales européennes, menace le paysage financier des entreprises. 

Les investisseurs boursiers sont amenés à jouer des coudes pour privilégier les placements les plus porteurs en ces temps changeants. Le secteur de l’énergie, de la défense ou encore de la pharmacie, grands vainqueurs de l’année 2022, demeurent dans les petits papiers des experts en bourse. 

En résumé :

  • En 2022, la bourse a subi les répercutions du déclenchement de la Guerre en Ukraine. Le CAC 40 a perdu -10 % en un an et est passé en dessous des 6 500 points.
  • Les mesures pour contrer l’inflation ont fortement contribué au déclin du marché boursier en 2022.
  • La bourse européenne remonte à 6 860,95 point dès la première semaine de l’année 2023.
  • Épongée jusqu’alors, la hausse des coûts pourrait pénaliser les entreprises en 2023. Les problématiques d’approvisionnement énergétique et les restrictions de la Banque centrale européenne pourraient favoriser le terrain pour une récession.
  • Les placements boursiers prometteurs en 2023 demeurent l’énergie, le secteur de la défense et du milieu pharmaceutique.

Partager

Elodie Fuentes

Rédactrice web, spécialisée en économie, finance et gestion de patrimoine

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Optimisez votre patrimoine grâce à nos experts

Nos experts et notre bilan patrimonial gratuit vous aident à y voir plus clair.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Lire l'article

Le livret A champion des placements en 2022

Lire l'article

Lire l'article

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : le départ à 64 ans accentue-t-il les inégalités ?

Lire l'article

Nouvelle déclaration d’impôt obligatoire pour les propriétaires avant cet été

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : comment prendre sa retraite à 40 ans ?

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : départ à 64 ans, qui est concerné ?

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : et si le départ à 64 ans était moins intéressant qu’à 65 ?

Lire l'article

Réforme des retraites 2023 : à quelle date sera-t-elle votée ?

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra