Placements financiers : comment éviter les arnaques

Publié le 29 Mar 2021

Rédigé par Julie François

Placements financiers

La crise sanitaire et économique a créé un terrain propice au développement des arnaques aux placements financiers. Le télétravail, la persistance des taux bas et le contexte de chômage partiel sont autant de raisons qui poussent les épargnants à rechercher des placements promettant des rendements alléchants. Gare aux arnaques qui se multiplient. Selexium vous donne quelques conseils pour les éviter.

En bref

La recrudescence des arnaques aux placements financiers est devenue alarmante. Malgré la surveillance accrue des instances de contrôles, de nombreux sites internet proposent des placements aux rendements attractifs.

La crise sanitaire et économique est un contexte propice au développement de ces escroqueries. Les épargnants sont donc appelés à redoubler de vigilance et à se faire accompagner dans leurs décisions de placements financiers uniquement par des experts reconnus et autorisés.

Le chiffre clé

28 % des Français

ont déjà été démarchés « par des sociétés proposant notamment des investissements dans les placements atypiques, le Forex ou les options binaires », selon l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Le chiffre clé

Plus de 1080 sites frauduleux

ont été ajoutés à la liste noire de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) en 2020.

Le chiffre clé

90 000 victimes d’arnaques

ont été assistées par la plateforme gouvernementale Cybermalveillance en 2019, soit une augmentation de 210 % par rapport à l’année précédente.

Repérer une arnaque aux placements financiers

Les situations de crise ont toujours été des terreaux fertiles pour les arnaqueurs. L’année 2020 ne fait pas exception à la règle. La crise sanitaire liée au Covid-19 a permis aux escrocs de développer leurs activités profitant de l’explosion du télétravail et donc, de la baisse de vigilance et de sécurité informatique des particuliers et des entreprises. De plus, le contexte des taux toujours plus bas rend les placements d’épargne classique (livret A, PEL, assurance-vie en fonds euros,…) moins attractifs pour les épargnants en quête de bons rendements pour arrondir les fins de mois.

Les arnaques aux placements financiers sont un phénomène planétaire qui ne cesse de se développer depuis quelques années. Le SIRASCO financier, organe de lutte contre la criminalité financière a observé une hausse de 25 % des faits de fraude financière commis entre 2020 (116 millions €) et 2019 (90 millions €) sur la seule base des plaintes effectuées. Il ne s’agit là que de la partie immergée de l’iceberg que représentent les arnaques financières.

En tant qu’épargnant, il est facile de tomber dans le piège. Si vous avez recherché à placer votre argent en naviguant sur Internet, vos êtes susceptibles de vous faire démarcher par un escroc. Une des difficultés souvent rencontrées par les victimes est de repérer les éléments qui différencient les véritables professionnels des arnaqueurs. En effet, les techniques d’approche sont identiques. À l’instar des professionnels du conseil en placements financiers, les escrocs mettent en place des sites internet rassurants et des publicités alléchantes. Certains vont même jusqu’à fournir de fausses preuves d’affiliation à des organismes officiels. Pour pouvoir distinguer les vrais experts des charlatans, il ne faut donc pas se fier à la forme, mais plutôt au fond, c’est-à-dire aux services et offres proposés.

Les types d’arnaques les plus courantes

Voici la typologie des arnaques aux placements financiers les plus courantes :

  • Du trading en ligne dans le Forex (Foreign Exchange Market), le marché non-régulé d’échange des devises, ou les options binaires (instruments financiers permettant de spéculer sur l’évolution d’un titre dans un court laps de temps).
  • Des placements avec promesse de remboursement des fonds investis.
  • Des placements atypiques avec des rendements alléchants.
  • L’usurpation d’identité de professionnels reconnus (les escrocs se font passer pour des professionnels en utilisant le nom d’entités existantes).

Les nouvelles arnaques

Avec la persistance des taux bas, les nouveaux escrocs ont revu leur offre à la baisse et promettent désormais des rendements moins hauts, plus en accord avec le marché actuel. L’épargnant peut donc tomber dans le piège aisément. Toutefois, il faut garder en tête qu’un placement financier ne peut pas à la fois offrir de bons rendements sans être risqué, c’est-à-dire en garantir le capital. Aujourd’hui, les arnaques se déploient essentiellement sur Internet (via les moteurs de recherche) et les réseaux sociaux (à travers du contenu sponsorisé).

En cas de démarchage, l’épargnant doit donc s’attarder sur le type d’offre proposée. Cette dernière sera un bon indice en cas d’arnaque. Si elle correspond à un placement à la mode, la vigilance est de mise. Dernièrement, les arnaques aux placements financiers décelées proposaient d’investir dans les diamants, les cryptomonnaies (notamment le Bitcoin), le cannabis thérapeutique ou encore les EHPADs. En somme des sujets d’actualité. Toutefois, d’autres arnaques dénoncées concernaient aussi des produits plus communs comme les placements en vin, whisky ou champagne, les investissements dans les forêts ou encore dans les vaches laitières.

Déceler les méthodes douteuses

Il faut garder à l’esprit que les escrocs sont des experts de la manipulation. Tous les particuliers, qu’ils aient peu ou beaucoup d’argent sont susceptibles de se faire piéger. En effet, les méthodes utilisées par ces faux spécialistes en placements financiers sont bien rodées et répondent toujours à la même logique. L’argumentaire et les subterfuges employés pour atteindre l’objectif peuvent toutefois varier. Généralement, l’approche est réalisée à distance. Le faux conseiller contacte ses futures victimes par mail ou par téléphone et ne propose jamais de rendez-vous physique à ses clients. Il met en place un suivi quasi-quotidien qui permet d’établir une relation de confiance avec le client. Il n’est pas rare que les escrocs opèrent directement depuis l’étranger. Voici les méthodes d’hameçonnage les plus courantes.

À savoir

En matière de placements financiers, il n’existe pas de solutions miracles. Les placements qui offrent de bons rendements, supérieurs aux rendements des placements traditionnels, tout en garantissant les sommes investies sont à fuir.

Méthode 1

Le pseudo-expert commence par demander à l’épargnant d’investir une petite somme d’argent en lui promettant de hauts rendements. Cette technique permet de rassurer le client qui investit. Par la suite, l’épargnant perçoit effectivement des gains correspondant à la promesse. L’escroc lui demande alors d’injecter des sommes de plus en plus élevées. Mis en confiance par le succès de la première opération, l’épargnant ne se méfie plus et verse de grosses sommes d’argent dans l’espoir de récolter des gains encore plus importants. L’escroc disparaît ensuite de la circulation avec les sommes récoltées.

Méthode 2

Une autre méthode couramment utilisée consiste à demander dès le début une grosse somme d’argent pour la placer. L’épargnant va naturellement refuser. L’escroc va alors diminuer le montant du ticket d’entrée du placement jusqu’à ce que le client accepte. Une fois, les premières sommes investies, le stratagème est sensiblement le même. Par la suite, il va lui demander d’investir des sommes de plus en plus conséquentes.

Méthode 3

L’escroc fait croire à l’épargnant qu’il est l’heureux élu d’un placement au rendement exceptionnel, uniquement réservé à quelques privilégiés du monde de la finance. À cet argument flatteur s’ajoute parfois une offre limitée dans le temps. Or, les placements financiers ne connaissent pas les périodes de soldes ou de remises. Aucune limite de temps ne s’applique sur un produit financier.

Méthode 4

En échange d’une certaine somme fixée au préalable, l’escroc promet à l’épargnant des avantages particuliers (cours de trading en ligne, carte bancaire gratuite, formations, …). En réalité, l’escroc disparaît avec l’argent sans fournir les services promis.

Rechercher Zoom sur … la pyramide de Ponzi

L’un des systèmes les plus connus, notamment grâce à Bernard Madoff, est la pyramide de Ponzi. La plupart des arnaques aux placements financiers reposent sur ce système imaginé au début du siècle par un escroc, Charles Ponzi. Le système est relativement simple. L’escroc promet de forts rendements rapidement aux épargnants. Ponzi promettait à ses clients un taux à 50 % par an ! Attirés, les particuliers investissent, sauf que l’argent n’est jamais réellement investi dans des fonds. Avec l’argent du second client, il rémunère le premier comme promis et prend au passage sa part. Les fonds injectés par le troisième client permettront de rémunérer le second et ainsi de suite, sans que l’argent ne soit jamais investi. Le problème se pose lorsque les nouveaux clients se font rares et que les sommes ne permettent plus de rémunérer les clients. C’est généralement à ce moment-là que l’escroc disparaît dans la nature. Si la pyramide de Ponzi fonctionne, c’est qu’elle répond aux attentes des épargnants en quête de rendements exceptionnels.

Victime d’une arnaque aux placements financiers : comment réagir ?

La méfiance de certains épargnants ne suffit pas toujours à déjouer les stratagèmes de certains arnaqueurs. Si vous pensez être victime d’une arnaque aux placements financiers, réagissez sans attendre ! Certaines victimes se taisent par honte ou peur des conséquences. Malgré le sentiment d’impuissance, il faut, toutefois, alerter pour que ces escroqueries cessent. Voici les démarchés à réaliser en cas d’arnaque.

Mener sa petite enquête

Vous commencez à avoir des doutes sur la fiabilité de votre nouveau « conseiller » qui vous fait investir des sommes toujours plus conséquentes sur des placements atypiques ? Peut-être avez-vous raison. Malgré les appels téléphoniques destinés à faire pression, prenez le temps de réfléchir avant d’investir plus. Une application en ligne « Protection Épargne« , créée par l’AMF, vous pose une série de questions sur les techniques employées par votre interlocuteur. Ce baromètre évalue le risque potentiel d’arnaque.

Laissez-vous du temps pour récolter davantage de renseignements sur l’entreprise et le type de placement. Pour ce faire, vous pouvez consulter la liste des interlocuteurs autorisés par l’AMF, mais aussi ceux déjà dans le viseur de la « police de la finance » (de nombreuses listes noires sont disponibles sur le site). Pour plus de sécurité, vérifiez également que l’entreprise ou le cabinet qui vous a démarché apparaisse sur le site ORIAS (pour les intermédiaires en assurance, banque et finance) ou REGAFI (pour les agents financiers).

Autre outil mis en place par le gouvernement : le site cybermalveillance.gouv.fr. Il s’agit d’un dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance. Ce site internet regorge d’informations sur les menaces et les bonnes pratiques à adopter. La plateforme propose également aux victimes d’arnaques d’entrer en relation avec des spécialistes et organismes compétents en la matière.

Dénoncer l’arnaque

Vous êtes sûr d’avoir été victime d’une arnaque aux placements financiers ? Deux choses à faire : alerter et dénoncer. Dans un premier temps, faites connaître l’escroc à l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) ou l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR). L’objectif : que ces organismes puissent mener leur enquête et ajouter les entreprises visées sur leur liste noire. Cette liste est régulièrement mise à jour et permet également d’éviter à d’autres épargnants de tomber dans le piège.

Quelle que soit l’ampleur de l’arnaque dont vous avez été victime, il est conseillé de porter plainte. Veillez à bien documenter votre plainte en fournissant des preuves (relevés bancaires avec les sommes prélevées, contrats signés, documentation fournie par l’escroc, etc.). Ces éléments pourront aider les services compétents dans leur recherche des criminels. Il faut toutefois noter que les plaintes individuelles sont rarement couronnées de succès une fois la procédure judiciaire enclenchée. Pour plus de chances de réussite, pensez à entrer en contact avec d’autres victimes du même type d’arnaque. Une page Facebook, une association ou un cabinet d’avocats regroupant ce type de plaintes peut vous permettre de donner du poids à votre dossier. Il faut savoir que les chances d’obtenir une condamnation pénale et un remboursement de l’argent perdu sont plus fortes si les escrocs sont localisés en France ou dans l’Union européenne.

Enfin, si vos opérations et transferts d’argent ont eu lieu par une banque intermédiaire, vous êtes également en droit de dénoncer l’établissement pour manquement à son devoir de vigilance. Il est d’ailleurs conseillé de mener les deux de front. Si l’identification des escrocs est complexe et peu certaine, l’identité de la banque intermédiaire est facilement détectable. Votre démarche peut contribuer à l’assainissement du système.

Rechercher Zoom sur … Le Loup de Wall Street dans le viseur des autorités américaines

En décembre 2020, aux Etats-Unis, la commission fédérale du commerce a porté plainte contre RagingBull, une société de coaching de traders, qui a recruté récemment Jordan Belfort, l’ex-trader qui a inspiré le film « Le Loup de Wall Street ». La plateforme de coaching vantait des méthodes infaillibles pour gagner beaucoup d’argent rapidement sur les marchés financiers. La commission fédérale accuse l’institut de formation de pratiques commerciales trompeuses. Les fondateurs promettaient à leurs clients de doubler ou tripler leurs mises grâce à des formules de trading. De faux témoignages de clients devenus riches ont été utilisés pour attirer la clientèle, sans oublier le coup de pub phénoménal suite au recrutement du « Loup de wall Street ». La société a profité du contexte de chômage et d’anxiété lié au Covid-19 pour attirer de nouveaux clients. En 2020, aux Etats-Unis, les arnaques aux placements financiers sur Internet ont causé 336,5 millions de dollars de pertes à près de 8 800 victimes, selon l’Internet Crime Report du Federal Bureau of Investigation (FBI).

En résumé

  • Le phénomène de recrudescence des arnaques aux placements financiers est directement lié au contexte de crise sanitaire et économique que nous traversons. La hausse du télétravail, le sentiment d’incertitude face à l’avenir et les taux bas sont autant de facteurs qui créent un terrain propice. Les épargnants cherchent des placements financiers offrant des rendements attractifs.
  • Les arnaques aux placements financiers présentent des caractéristiques propres qui doivent mettre la puce à l’oreille.
  • Bien que leurs méthodes se perfectionnent sans cesse, les escrocs utilisent un panel de stratégies facilement identifiable.
  • Les autorités redoublent de vigilance fasse à ce phénomène international. De nombreux services d’assistance aux victimes et d’aide permettent de dénoncer facilement les arnaques aux placements financiers.

Dernières actualités

De nouveaux indicateurs pour une meilleure lecture des rendements des SCPI

Lire l'article

Réserve héréditaire : l’État étend la mesure aux successions transfrontalières

Lire l'article

Comment protéger son patrimoine numérique ?

Lire l'article

SFDR : plus d’exigences pour la finance durable

Lire l'article

Septembre 2021 : les taux d’intérêt sont plus qu’intéressants pour la rentrée !

Lire l'article

Plan d’épargne logement : le taux des anciens PEL sera-t-il abaissé ?

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra