Assurance-vie : faut-il miser sur le fonds euro en 2022 ?

Publié le 31 Mar 2022

horloge Lecture de 4 min.

Rédigé par Emilie Gardes

Thématique : Assurance vie

Partager

Avec un encours évalué à 1 300 milliards d’euros en 2021 contre 500 milliards d’euros pour les unités de compte, le fonds euro reste le véhicule financier préféré des épargnants au sein d’un contrat d’assurance-vie.

PODCAST #6 : Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Good Value for Money

« Le fonds euro est l’essence même de l’assurance-vie »

Cyrille Chartier-Kastler - Fondateur de Good Value for Money

horloge Durée Podcast 9:51 min.

De janvier à mars, comme chaque premier trimestre de nouvelle année, l’assurance-vie dresse son bilan sur la collecte et les performances qu’elle a pu enregistrer lors des douze derniers mois écoulés. L’occasion d’analyser comment le fonds euro, très apprécié des Français, a pu se comporter sur la période observée et d’anticiper quelles tendances il pourrait emprunter à court voire moyen terme.

Rendements 2021 des fonds euros : états des lieux

Pour 2021, les assureurs ont servi à leurs épargnants des rendements timides sur leurs fonds euros. Un taux de 1,1 % en moyenne actuellement (1,3 % en 2020, 1,46 % en 2019, 1,7 % en 2018 et 2017), même si tous les acteurs du marché n’ont pas encore communiqué l’intégralité de leurs résultats. Un pourcentage auquel il est ensuite nécessaire, pour dégager la rémunération nette, d’ôter les prélèvements sociaux (17,2 %) ainsi que l’inflation (1,6 % en 2021).

Dans le détail, on constate des rentabilités peu homogènes, passant du simple au triple en fonction du pilote qui opère le contrat. Pour les souscriptions les plus à la peine, la performance annuelle a pu parfois plier sous la barre de 1 %, jusqu’au seuil peu engageant de 0,50 %. A l’inverse, les supports les plus efficients ont grimpé à 2,75 %. Comment expliquer de tels contrastes ? Pourquoi un fonds euro se démontre-t-il plus rémunérateur chez un professionnel plutôt qu’un autre ?

Performance du fonds euro : explications

Deux raisons entrent en ligne de compte pour expliquer les différences de performances des fonds euros. La première, soulignée par Cyrille Chartier-Kastler – fondateur du site Good Value for Money qui a passé au crible plus de 600 contrats d’assurance-vie début mars, tient indubitablement à la nature de l’assureur. Si la forme juridique de ce dernier le fait courber sous l’obligation de distribuer des dividendes à ses actionnaires, il doit alors comprimer les rendements octroyés à ses épargnants sur le fonds euro pour respecter la norme prudentielle de solvabilité qui encadre ses activités. Une règle stricte et protectrice du consommateur qui contraint les opérateurs à détenir un certain niveau de fonds propres au sein de leurs caisses. Afin de pouvoir toujours honorer auprès de leurs clients le service financier pour lequel ils sont employés et, surtout, pour ne pas frôler la banqueroute. Certains acteurs de la place, déchargés de cet impératif de délivrance de bénéfices à leurs actionnaires, peuvent se permettre de récompenser leurs épargnants de taux de rendement beaucoup plus alléchants sur leurs fonds euros.

Seconde cause, la composition même du fonds euro sur lequel son argent est investi. Ils ne sont pas toujours uniquement structurés d’obligations (OAT – Obligations Assimilables du Trésor) et peuvent se démontrer panachés d’une part d’unités de compte (support financier investi sur l’immobilier et les marchés boursiers). Egalement nommé plus communément action, ce produit plus risqué en raison de sa volatilité est de plus en plus inséré par les assureurs aux côtés du fonds euro afin de dynamiser la rentabilité de l’enveloppe assurance-vie. Pour ne pas perdre la salutaire garantie en capital offerte par les fonds euros et sécuriser leurs clients, les professionnels n’intègrent en moyenne que moins de 20 % d’unités de compte.

Le fonds euro, toujours une valeur sure en 2022 ?

Si la performance des fonds euros s’est affaiblie au fil des années, mise à mal par des évènements conjoncturels marquants (crise économique des subprimes nord-américaines, récession française, terrorisme, Covid 19, …), l’instrument d’investissement ne s’en retrouve pas pour autant boudé par les Français. Bien au contraire. Sur 1 800 milliards d’euros placés sur l’assurance-vie, 1 300 milliards d’euros sont fléchés vers le fonds euro, soit un peu plus de 72 %.

Les épargnants ont-ils néanmoins toujours raison de se focaliser sur lui à la lueur de ses taux de rendement au ralenti ? « Le fonds euro se porte tout à fait correctement, rassure Cyrille Chartier-Kastler. Le secteur dispose en moyenne de réserves extrêmement importantes au travers de la provision pour participation aux bénéfices (PPB) d’une part, de la réserve de capitalisation d’autre part, et enfin de toutes les plus-values latentes sur les actions ou sur l’immobilier » poursuit-il.

Le fondateur de Good Value for Money se montre toutefois prudent, rappelant qu’aucun placement financier ne présente de risque nul : « Aujourd’hui, nous voyons que les taux d’intérêt remontent assez rapidement. Ils sont actuellement de l’ordre de 0,90 % à 1 % pour l’OAT à 10 ans. Il est évident que si l’OAT à 10 ans remontait à 1,5 % ou 2 % d’ici fin 2022, le fonds en euro pourrait avoir des soucis. Mais tous les dispositifs de sécurisation du fonds euro, et donc de préservation des intérêts des épargnants, existent.« 

Guerre en Ukraine : peut-elle menacer le fonds euro ?

Un épisode dramatique captant l’attention de la scène internationale se déroule en cet instant précis : la guerre en Ukraine. A l’image des précédents bouleversements d’importance qui ont fragilisé par cycles l’économie mondiale, ce conflit armé entre l’Ukraine et la Russie pourrait faire peser une menace sur le fonds euro. « La guerre en Ukraine a un impact de manière assez directe », explique Cyrille Chartier-Kastler. Une incidence engendrée par la volonté de l’Europe et des Etats-Unis de sanctionner le régime de Vladimir Poutine en stoppant les importations de gaz, de pétrole, et de céréales émanant de Russie. « La conséquence immédiate est une explosion de l’inflation en zone euro », qui se chiffrerait actuellement dans l’Hexagone entre 5 % et 7 %, indique le créateur de Good Value for Money. « Derrière, la remontée des taux d’intérêt, si elle se démontre importante, ne sera pas neutre pour les fonds euro qui sont à 80 % composés d’obligations. Mais je ne suis pas inquiet. Il y a deux choses importantes dans la réglementation française : d’une part les dispositifs de lissage de réserves qui permettent d’amortir les chocs financiers, et deuxièmement les réserves propres des compagnies qui représentent tout de même 12 % des encours », termine-t-il.

En résumé

  • Le taux de rendement moyen du fonds euro s’est établi à 1,1 % en 2021 contre 1,3 % en 2020
  • Les performances des fonds euros passent du simple au triple en fonction des opérateurs qui le pilotent et de sa composition (pourcentages d’obligations et d’actions)
  • Sur 1 800 milliards d’euros placés en assurance-vie, 1 300 milliards d’euros le sont sur le fonds euro
  • Le fonds euro reste un véhicule de placement adapté et sécuritaire pour 2022
  • La guerre en Ukraine menace la bonne tenue du fonds euros mais l’impact restera moindre grâce aux dispositifs réglementaires français qui le protègent

Partager

Emilie Gardes

Rédactrice spécialisée en Economie, Finance et Immobilier

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Assurance-vie : Pôle emploi peut désormais contrôler les données des chômeurs

Lire l'article

Emmanuel Macron : quels vont être les grands axes de sa nouvelle politique du Logement ?

Lire l'article

Bourse : peu d’introductions au premier trimestre 2022

Lire l'article

Déclaration d’impôt : ce qui change en 2022

Lire l'article

Placements : quelles sont les préférences des Français et les intentions d’épargne retraite pour 2022 ?

Lire l'article

Assurance-vie et PER : leurs frais bientôt maîtrisés et encadrés

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra