Jusqu’à 4 % de rendement : un nouveau fonds en euros ambitieux

Publié le 12 Juil 2023

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Maëva Floricourt

Thématique : Actualités

Partager

Depuis le 3 juillet, l’assureur Corum intègre un nouvel instrument financier à son contrat d’assurance vie. La compagnie qui proposait jusqu’à présent exclusivement des unités de compte, introduit désormais un fonds en euros, baptisé Corum EuroLife. Ce support d’investissement ajoute un nouvel argument commercial à l’offre de l’assureur : proposer aux assurés de sécuriser une partie de leur capital. Argument qui a de quoi convaincre, car, avec ce nouveau fonds, Corum ambitionne de « faire mieux que le taux du Livret A ».

Un fonds en euros qui intègre des parts d’entreprises à haut rendement

Pour rappel, le fonds en euros repose sur une diversification des investissements. Les primes versées permettent aux assureurs d’investir dans différents actifs financiers (des obligations d’État ou d’entreprises, des actions, des placements immobiliers, etc.), ce qui permet de répartir les risques et donc d’assurer une certaine stabilité des rendements. En moyenne, un fonds en euros est composé entre 75 % et 80 % d’obligations peu risquées, dont environ la moitié qui concerne des obligations d’État et l’autre moitié des obligations émises par des sociétés européennes bien notées. 

Des obligations qui génèrent jusqu’à 9 % de rendement

Avec le lancement de ce nouveau fonds, Corum conserve sa ligne directrice : proposer de la performance à ses assurés. Impossible donc d’investir plus de 25 % de ses en cours sur le fonds en euros. Le ticket d’entrée s’élève à 50 € seulement et son argument commercial fait mouche, car Corum vise un rendement entre 3 et 4 % en 2023. 

Comment ? En proposant un portefeuille d’investissement composé de parts d’entreprises qui peuvent générer jusqu’à 8 à 9 % de rendement. Avec la hausse des taux d’intérêt, les nouvelles émissions obligataires offrent, en effet, des rémunérations plus attractives aux nouveaux investisseurs, ce qui leur permet de constituer un portefeuille obligataire performant, tout en minimisant les risques. 

Le chiffre clé

25 %

Maximum d’en cours à investir sur le fonds en euros Corum EuroLife

Le chiffre clé

3 et 4 %

Objectif de rendement du fonds Corum EuroLife

Un contexte favorable pour lancer un nouveau fonds en euros

Les fonds en euros sont depuis plusieurs années en perte de vitesse. Leur rendement est aujourd’hui inférieur à l’inflation et ils continuent d’enregistrer une collecte négative. Cela indique que les Français récupèrent plus d’argent de ces produits d’épargne qu’ils n’en déposent. Selon France Assureurs, l’assurance-vie a connu sa pire décollecte depuis mai 2020, avec une sortie nette de plus de 12 milliards d’euros sur les fonds en euros depuis le début de l’année. C’est précisément dans ce contexte que l’assureur Corum compte bien tirer parti de la nouvelle donne obligataire.

En partant de zéro et en constituant un nouveau portefeuille, l’assureur profite d’une fenêtre favorable. En effet, lorsque les taux d’intérêt augmentent, le rendement des nouvelles obligations émises sur le marché augmente aussi. Cependant, les fonds en euros sont généralement investis dans des obligations à taux fixe et lorsque les taux augmentent, la valeur des obligations existantes, elle, diminue. En d’autres termes, les obligations achetées précédemment à des taux d’intérêt plus bas bénéficient d’un rendement inférieur par rapport aux nouvelles obligations.

12 milliards d’euros

Sortie nette sur les fonds en euros depuis début 2023

Plus de rendement, mais pour un fonds moins diversifié

Les perspectives de rendement de ce nouveau fonds en euros suscitent l’intérêt, mais elles soulèvent également des préoccupations au sein de la concurrence. 

« Ils ne permettent pas de construire un fonds diversifié. Sur le long terme, ce type de produit, essentiellement investi en obligations, risque de s’essouffler. »

Guillaume Rosenwald, directeur général de MASCF épargne retraite

En effet, le fonds Corum EuroLife se compose à 75 % d’investissements sur le marché obligataire et les 25 % restants sont issus d’actifs immobiliers et d’obligations à haut rendement. Autre inconvénient de ces nouveaux produits : ils ont généralement des réserves et des fonds propres moins élevés que les contrats plus anciens.

Un taux de rachats qui risque de flamber

Le risque pour la concurrence est la possibilité de sorties massives de fonds. Ce scénario les contraindrait à liquider les anciens actifs à des prix inférieurs à leur valeur d’achat. Pour éviter cette situation, les assureurs cherchent des stratégies pour maintenir leur liquidité.

Si certains ont déjà renouvelé leurs investissements avec des obligations à haut rendement, certains n’ont pas cette agilité et mettront plusieurs années à renouveler les anciennes obligations achetées dans des conditions moins favorables.

Le 30 juin dernier, la Banque de France a alerté les assureurs sur le risque de liquidité. Les rachats, sur tout support d’assurance-vie confondu, ont, en effet, atteint un niveau inédit depuis 10 ans, soit près de 6 %. 

En France, en revanche, le secteur dispose de garde-fous et notamment la loi Sapin 2 qui prévoit, entre autres, le blocage des rachats et des arbitrages des fonds en euros dans le but d’éviter des sorties massives de capitaux. 

« Les fonds en euros concurrents vont devoir gérer le risque de rachat. Pour autant, nous n’anticipons pas de mouvement massif de retraits sur les anciens fonds en euros. Mais si les taux se maintiennent à leur niveau actuel, les épargnants seront de plus en plus nombreux à se poser des questions. »

Frédéric Puzin, fondateur de Corum

De plus, le fonds en euros s’inscrit généralement dans une logique de transmission et les épargnants l’utilisent comme un investissement à long terme. Si la vigilance est de mise, la perspective d’une crise majeure n’est donc pas encore d’actualité.

En résumé

  • L’assureur Corum lance son fonds en euros, baptisé Corum EuroLife qui vise à dépasser le taux de rendement du Livret A ;
  • Si l’assurance-vie est en perte de vitesse à cause de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt, Corum tire parti de ce contexte pour proposer un portefeuille d’investissement à haut rendement ;
  • Le secteur a enregistré une sortie nette de plus de 12 milliards d’euros sur les fonds en euros depuis le début de l’année ;
  • La Banque de France a alerté les assureurs sur un potentiel risque de liquidité ;
  • Grâce à la loi Sapin 2, le taux de rachat des anciennes obligations semble toutefois être contenu.

Partager

Maëva Floricourt

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Logement : le gouvernement mobilise 1 milliard € en faveur du logement intermédiaire

Lire l'article

Rénovation énergétique : la simplification de MaPrimeRenov’ est enfin officielle

Lire l'article

Fraude fiscale : le fisc va infiltrer les réseaux sociaux pour débusquer les fraudeurs

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : les dates limites pour déclarer vos revenus

Lire l'article

Patrimoine : les frais bancaires pour les successions de moins de 5 000 €, c’est fini !

Lire l'article

Tout savoir sur la déclaration obligatoire de vos biens immobiliers en 2024

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot