Chef d’entreprise et dirigeant : comment calculer sa retraite ?

Pris par le développement de l’activité de son entreprise, le dirigeant néglige parfois la préparation de sa retraite. En effet, lors de la cessation de son activité, il pourra bénéficier d’une pension de retraite, mais le montant de celle-ci dépend de divers facteurs, notamment son statut et sa durée de cotisation. Mieux vaut anticiper et prévoir sa retraite dès la création de son entreprise. Voici quelques pistes pour calculer sa retraite lorsque l’on dirige une société.

Calcul de la retraite : distinguer retraite de base et retraite complémentaire

Le dirigeant d’entreprise, qu’il soit assimilé salarié ou travailleur non-salarié, s’acquitte de cotisations sociales lui donnant droit à une pension de retraite lorsqu’il cessera son activité. Durant sa durée d’exercice, il cotise obligatoirement à un système de retraite composé de deux volets : la retraite de base et la retraite complémentaire. Le dirigeant cotise proportionnellement aux revenus perçus issus de son activité. Chaque cotisation est affectée à des taux de cotisations. Ces taux diffèrent selon qu’il s’agisse de la retraite de base ou de la retraite complémentaire.

La retraite de base

La retraite obligatoire de base est calculée de la même façon que le dirigeant soit affilié au régime général de la Sécurité sociale ou au régime de la Sécurité sociale des indépendants (SSI). La subtile différence réside dans les taux appliqués. Pour rappel, la retraite de base constitue le socle du système des retraites en France. Les cotisations au régime de retraite de base servent à financer les pensions de retraite des actuels retraités et ouvrent des droits au cotisant pour sa future pension.

À savoir

Le droit à la retraite de base à taux plein est attribué aux assurés qui totalisent le nombre de trimestres requis et ont au moins 62 ans. Dans le cas où le chef d’entreprise retraité n’a pas suffisamment de trimestres à son compte, il sera amené à attendre l’âge de 65 ans pour pouvoir toucher un taux plein.

La retraite complémentaire

Le dirigeant assimilé salarié, comme le dirigeant TNS, doivent obligatoirement cotiser à un régime de retraite complémentaire. Le système est sensiblement le même. Il se base sur un système de points avec une valeur de point attribuée. Toutefois, les statuts d’assimilé salarié et de TNS diffèrent lorsqu’il s’agit de retraite complémentaire. En effet, les chefs d’entreprise assimilés salariés sont rattachés à la caisse AGIRC-ARRCO, alors que les travailleurs non-salariés (TNS) dépendent de la Sécurité sociale des Indépendants (SSI) pour leur retraite complémentaire. Au sein des TNS, les professions libérales sont rattachées à une caisse propre, la Caisse nationale d’assurance-vieillesse pour les professions libérales (CNAVPL). Par conséquent, le montant de la retraite complémentaire dépend de la profession exercée et de la caisse à laquelle le retraité est rattaché.

La retraite supplémentaire

La retraite supplémentaire vient s’ajouter à la retraite de base et à la retraite complémentaire. À l’inverse de ces dernières, elle n’est pas obligatoire. Il s’agit d’un complément qui peut être envisagé par le dirigeant d’entreprise pour augmenter ses revenus au moment de son départ à la retraite. Parmi les solutions de retraite supplémentaire souvent citées, on retrouve le plan d’épargne retraite. Ce type de contrat offre la possibilité au souscripteur de profiter d’une rente supplémentaire au moment de son départ à la retraite.

Comment calculer la retraite du dirigeant d’entreprise ?

Attention

Un projet de loi instituant un système universel de retraite est en cours d’examen au Parlement. Les règles relatives à la retraite sont susceptibles d’être modifiées.

Si les formules de calcul pour la retraite des chefs d’entreprise assimilés salariés et TNS sont identiques. La subtile différence réside dans les taux utilisés pour ces calculs. Cette différence est à l’origine de l’écart existant entre le montant d’une pension de retraite d’un assimilé-salarié et celle d’un TNS. Pour connaître le montant de votre retraite en quelques clics, utilisez notre simulateur.

À noter

Une surcote ou une décote peut être appliquée en cas de majoration (au-delà du nombre de trimestres nécessaires) ou de minoration de la pension (en cas de trimestres manquants).

Calcul de la retraite du dirigeant assimilé salarié

Le calcul de la retraite de base s’obtient en faisant le produit du salaire annuel moyen du dirigeant, du taux de la pension et de la durée d’assurance au régime divisé par le nombre de trimestres requis. Le salaire annuel moyen est déterminé en calculant la moyenne des salaires bruts ayant donné lieu à cotisation au régime général durant les 25 années les plus avantageuses de votre carrière. Le taux de pension maximum est fixé à 50 %. Il varie en fonction de plusieurs critères (durée d’assurance-vieillesse tous régimes de base confondus, éventuelles périodes reconnues équivalentes, âge de départ à la retraite).

La retraite complémentaire est obtenue en multipliant le nombre de points obtenus par la valeur du point à la date de départ à la retraite. Ce montant est ensuite converti en euros. Ce sont les cotisations retraite complémentaire durant sa période d’activité qui permettent au chef d’entreprise d’accumuler des points.

Calcul de la retraite du dirigeant TNS

Les formules de calcul appliquées aux TNS varient en fonction de la profession du dirigeant. Il existe ainsi trois sous-régimes de retraite : les professions libérales, les chefs d’entreprise, artisans et commerçants et les exploitants agricoles. Auparavant, soumis à un régime de points, la retraite de base des TNS (chefs d’entreprise, artisans et commerçants) est désormais calculée sur le même modèle que celle des assimilés salariés. Le revenu annuel moyen correspond alors à la moyenne des meilleurs revenus cotisés, pendant les meilleures années d’activité, dans la limite du P.A.S.S. Le taux de pension est, quant à lui, étroitement lié à la durée de cotisation.

La retraite complémentaire d’un dirigeant TNS se calcule de la même façon que celle d’un assimilé salarié. Il s’agit du produit entre le nombre de points acquis et la valeur du point.

Calcul de la retraite des professions libérales

Les professions libérales qui sont exclues du régime de la Sécurité sociale des Indépendants ont un fonctionnement différent et, par conséquent, d’autres méthodes de calcul. Le calcul de la retraite des professions libérales repose sur un système de points lié aux cotisations. Les cotisations sont proportionnelles au revenu de l’activité indépendante, avec un montant minimal en cas de revenu faible ou déficitaire.

Le montant de la retraite complémentaire des professionnels libéraux sera calculé en fonction de la caisse dont il dépend et donc de sa profession. Il est toutefois calculé de la même manière que les autres statuts.

Tableau récapitulatif

Régime des assimilés-salariésRégime des TNSRégime des professions libérales
Retraite de basePension = salaire annuel moyen x taux de la pension x (durée de cotisations/nombre de trimestres requis)Pension = nombre de points x valeur de point x taux de liquidation
Retraite complémentairePension = nombre de points x valeur du point

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra