• Accueil
  • Actualités
  • 90 000 € d’apport personnel : les nouvelles conditions pour devenir propriétaire

90 000 € d’apport personnel : les nouvelles conditions pour devenir propriétaire

Publié le 04 Juil 2023

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Maëva Floricourt

Thématique : Actualités

Partager

Comment mettre toutes les chances de son côté pour obtenir un crédit en 2023 ? Depuis près d’un an et demi, la courbe des taux d’intérêt ne fléchit pas. Elle est passée de 1 % en janvier 2022 à une moyenne de 3,72 % en juin 2023 pour un prêt sur 20 ans. Les banques exigent désormais un apport personnel qui équivaut à environ 35 % du prix d’achat, contre 10 % en 2021. Associée à la résistance du prix de la pierre, la situation semble complexe pour les futurs propriétaires. Pourtant, le désir d’acheter est toujours présent. Si le marché n’est pas encore prêt à s’assouplir, l’heure est en revanche aux solutions.

Faire des compromis sur la superficie

Dans ce contexte, les acheteurs ont fait le choix d’adapter leurs attentes en termes de superficie. Selon les données publiées par Century 21, en France, la taille moyenne des biens immobiliers achetés a diminué d’environ 1,6 % pour les maisons et de 1,9 % pour les appartements sur une période d’un an. Les chiffres révèlent également que les Français ont perdu en moyenne 25 m2 de superficie entre janvier 2020 et juin 2023.

Augmenter le montant de son apport personnel

Cependant, se contenter d’acheter plus petit ne suffit pas toujours. Les banques sont de plus en plus réticentes à accorder des prêts, bien qu’elles retrouvent une marge « convenable » dès juillet pour prêter aux ménages. 

Face à ces nouvelles exigences, augmenter le montant de son apport personnel devient un critère concurrentiel de taille pour les candidats au prêt immobilier. Ce montant n’est, en revanche, plus le même. En 2021, il représentait 10 % du montant total du bien concerné. Désormais, il avoisine les 35 %, soit 89 000 € pour un bien d’une valeur de 257 497 €. De plus, selon le réseau d’agences immobilières, on assiste à une augmentation de plus de 60 % de l’apport personnel exigé entre les premiers semestres de 2022 et 2023.

Le chiffre clé

35 %

Taux d’apport personnel exigé pour un achat immobilier en 2023.

Faut-il attendre une baisse des prix de l’immobilier ?

Dans ces conditions, tous les aspirants propriétaires ne peuvent pas fournir un tel apport. La question fatidique se pose donc : faut-il attendre une baisse des prix de l’immobilier et reporter son projet d’achat ? Bonne nouvelle, cette baisse commence déjà à se manifester. Pas partout, certes, mais les prémices sont là et notamment avec une diminution moyenne de 1,7 % du prix moyen par mètre carré, soit près de 4 198 euros sur 12 mois. 

Cette tendance est, en revanche, plus marquée dans certaines localités : 

  • – 3,9 % pour les maisons et – 4,2 % pour les appartements, en Île-de-France ;
  • – 7,6 % pour les maisons et – 5,8 % pour les appartements dans les Hauts-de-Seine ; 
  • – 4,2 % pour les maisons dans le Val-d’Oise ;
  • – 8,6 % dans l’Essonne ;
  • – 6,1 % sur les 12 derniers mois pour Paris, avec un prix au mètre carré qui atteint désormais 9 843 € au 1er semestre 2023.

Force est de constater que l’écart se creuse de plus en plus avec les autres régions, comme Amiens qui connaît une augmentation de 10,7 % pour les appartements anciens, Evreux qui voit ses prix bondir de 11,9 % et la Rochelle qui subit, quant à elle, une hausse de 13,7 %. La localisation d’un bien n’aura jamais eu autant d’impact sur la rentabilité d’un projet immobilier.

Le chiffre clé

4 198 €

Diminution moyenne du prix moyen des biens sur les 12 derniers mois.

En résumé

  • L’apport personnel exigé par les banques est passé à 35 % du prix d’achat, soit près de 90 000 € pour un bien d’une valeur de 257 497 € ;
  • Les acquéreurs font de plus en plus l’impasse sur le critère de la superficie pour compenser le prix de l’immobilier et celui des taux d’intérêt ;
  • Les prix des biens commencent tout doucement à diminuer dans certaines régions, jusqu’à atteindre une baisse de – 8,6 % en Essonne ;
  • L’écart se creuse entre la région parisienne et les autres régions, avec par exemple une augmentation du prix de l’immobilier atteignant 13,7 % à la Rochelle.

Partager

Maëva Floricourt

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Déclaration d’impôt 2024 : date d’ouverture et tutoriel pour déclarer ses revenus

Lire l'article

Logement : 800 communes vont être reclassées en zone tendue dès le mois de juin

Lire l'article

Logement : le gouvernement mobilise 1 milliard € en faveur du logement intermédiaire

Lire l'article

Rénovation énergétique : la simplification de MaPrimeRenov’ est enfin officielle

Lire l'article

Fraude fiscale : le fisc va infiltrer les réseaux sociaux pour débusquer les fraudeurs

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : les dates limites pour déclarer vos revenus

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot