Le succès du PER en 2023 : Bercy fait un tabac et double ses objectifs

Publié le 11 Oct 2023

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Elodie Fuentes

Thématique : Actualités

Partager

Bruno Le Maire communiquait la semaine dernière les résultats du PER pour lequel les chiffres du premier trimestre 2023 sont excellents. Avec une hausse des épargnants de +1,8 millions, mais également des versements en cours en pleine expansion, le plan d’épargne retraite lancé il y a 4 ans dépasse les attentes du Gouvernement.

Quels sont les chiffres du PER ?

Depuis sa sortie en 2019, le PER, ce nouveau plan d’épargne retraite successeur du PERP et de la loi Madelin, ne cesse de faire parler de lui. Initié par la loi Pacte, le PER avait pour ambition de populariser le livret d’épargne retraite au plus grand nombre, en assouplissant certaines de ses conditions. Quatre ans plus tard, le ministre de l’Économie dévoile, non sans fierté, les résultats du PER à la fin du 1er trimestre 2023. En un an, le nouveau plan d’épargne retraite a augmenté le montant des placements en cours de 30 %, pour atteindre les 85 milliards € à fin mars 2023. Quant au nombre d’épargnants, il a bondi de +1,8 millions € en 1 an. 

7,4 millions

Le nombre d’épargnants en PER à la fin du mois de mars 2023.

Pour rappel, Bercy s’était fixé le seuil des 3,5 millions de détenteurs de PER à la fin de l’année 2022. Un an plus tard, les chiffres s’emballent pour atteindre plus du double de souscripteurs avec ses 7,4 millions.

Pourquoi ce plan d’épargne retraite plait-il autant ?

La réforme des retraites 2023 a chamboulé les repères et mis à mal la confiance des Français en leur avenir. Durcissements des conditions, prolongement de l’âge de départ à 64 ans, sans parler de l’allongement des cotisations, sont tant de facteurs qui renforcent le sentiment d’inquiétude générale et ce, dès le plus jeune âge. Les Français n’ont plus foi dans le système général des retraites et 3 d’entre eux sur 4 pensent qu’ils seront en difficulté financière une fois à la retraite (d’après un sondage du Cercle de l’Épargne).  

Une fiscalité avantageuse

Outre l’anticipation d’un avenir compromis par une réforme des retraites plus sévère, les Français sont attirés par le PER pour ses avantages inédits dans l’histoire du placement d’épargne. Parmi les mesures les plus attrayantes, la défiscalisation du PER est un appât alléchant. Les versements libres du PER sont déductibles à hauteur de 10 % sur les revenus imposables dans la limite de 32 908 €. Le gain fiscal avec un PER dépend des revenus imposables du détenteur du contrat et peut atteindre 2 250 € selon le taux marginal du contribuable. Mais les atouts du PER ne se réduisent pas à sa fiscalité. En autorisant pour la première fois le choix entre le déblocage de son plan d’épargne en rente ou en capital, mais également en permettant le déblocage anticipé en cas de coup dur, le PER fait preuve de flexibilité et rassure les épargnants. 

Qui sont les épargnants du PER ?

Avant la création du PER, son ancêtre le PERP comptabilisait majoritairement un public de plus de 50 ans. Depuis, le plan d’épargne retraite séduit une tranche de souscripteurs bien plus large, dont les jeunes. En nuançant ses conditions, notamment en permettant aux épargnants de retirer leur capital en cas d’achat immobilier (pour la résidence principale), l’épargne retraite attire les jeunes salariés désireux de placer de l’argent. D’après Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Épargne, une partie des encours du PER sont en réalité le transfert des placements autrefois effectués sur les livrets d’épargne salariale. Plus l’investissement dans un PER intervient tôt dans l’âge du souscripteur, plus il capitalise pour sa retraite. Cet argument de poids encourage la jeune génération à se projeter dans la préparation de leur retraite, tout en bénéficiant des avantages fiscaux du dispositif. 

Le PER bientôt interdit pour les mineurs ?

Alors que le projet de loi de finances pour 2024 commence son examen parlementaire ce jour, l’interdiction du PER pour les jeunes est dans les clous dans l’article 3 du projet de loi. Le Gouvernement risque de geler les versements jusqu’à cette échéance pour les PER ouverts pour des mineurs avant 2024. En contrepartie, Bercy prévoit la création d’un plan d’épargne avenir climat (PEAC). Après un premier examen en lecture par le sénat au mois de juin dernier, le PEAC se destine justement à l’épargne des mineurs en se basant sur le fonctionnement de son cousin le PER. Ce nouveau plan d’épargne vert se dessine dans le cadre du projet de loi industrie verte puisqu’il permettra de financer une partie de la transition écologique des entreprises. De son côté, le PEAC ne permettra pas de bénéficier d’une déduction fiscale annuelle, mais offrira une exonération d’impôt sur la plus-value à la sortie. Pouvant être ouvert dès la naissance, ce plan d’épargne vert pour les jeunes a pour but de faciliter le passage financier à la vie adulte, soit à 18 ans, l’âge maximum légal pour les versements. 

En résumé

  • Le Gouvernement s’était fixé pour objectif d’atteindre 3,5 millions de souscripteurs de PER en 2022 ;
  • En 2023, le nombre de PER ouverts est de 7,4 millions ;
  • Grâce à ses avantages, comme sa fiscalité attrayante, mais également suite à la réforme des retraites, le PER séduit de plus en plus de Français ;
  • Autrefois destiné aux plus de 50 ans, le nouveau plan d’épargne retraite convainc également les plus jeunes ;
  • À partir de 2024, le PER sera interdit aux moins de 18 ans qui pourront, en revanche, se tourner vers le PEAC, le plan d’épargne avenir climat.

Partager

Elodie Fuentes

Rédactrice web, spécialisée en économie, finance et gestion de patrimoine

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Crise du Logement : le rapport d’une mission d’information sénatoriale appelle une action forte et rapide de la part du gouvernement

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : le succès de l’application mobile de la DGFiP

Lire l'article

Crédit immobilier : cette proposition de loi pourrait bien relancer le marché immobilier

Lire l'article

Ne pas déclarer son impôt sur le revenu : quels risques ?

Lire l'article

Crédit immobilier : la BCE est prête à baisser ses taux dès le mois de juin

Lire l'article

Crise du logement : le nouveau projet de loi présenté au Conseil des ministres vendredi dernier

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot