• Accueil
  • Actualités
  • Élections Législatives 2024 : le coût des programmes économiques des 3 principaux partis

Élections Législatives 2024 : le coût des programmes économiques des 3 principaux partis

Publié le 02 Juil 2024

horloge Lecture de 3 min.

Thématique : Actualités

Rédigé par Maeva FLORICOURT

Partager

Pouvoir d’achat, retraite, fiscalité, les programmes des trois principaux partis en lice pour les élections législatives 2024 s’attaquent aux grands enjeux du moment. Si chacun bataille pour convaincre les Français, la campagne 2024 va sans nul doute s’intensifier après l’annonce des résultats du premier tour. Pour autant, derrière ces orientations économiques, la question du coût des différents programmes politiques est déterminante. Pour rappel, en 2023, le déficit public de la France a atteint 5,5 % du PIB et la dette publique, 110,6 % du PIB. Alors, que sait-on aujourd’hui du coût des programmes économiques des trois principales forces politiques du pays ?

125 milliards € pour les dépenses publiques du Nouveau Front Populaire pour 2024 et 2025

Dès juillet, le Nouveau Front Populaire prévoit une série de mesures d’urgence qui totalisera 25 milliards €. L’objectif ? Répondre aux besoins immédiats des Français et renforcer leur pouvoir d’achat. Parmi ces mesures, on compte notamment :

  • L’augmentation du SMIC à 1 600 € net.
  • La revalorisation de 10 % du point d’indice des fonctionnaires.
  • La gratuité de l’éducation publique, autrement dit, la coalition propose la gratuité des fournitures scolaires, de la cantine et des activités périscolaires.
  • L’augmentation des aides au logement de 10 %.
  • L’abrogation des réformes des retraites et de l’assurance chômage ; le NFP entend annuler les réformes mises en place lors du deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, en rétablissant notamment l’âge de départ à la retraite à 60 ans.
  • La construction de logements sociaux ; le parti candidat aux législatives 2024 souhaite revenir sur les différentes coupes budgétaires du gouvernement en place pour les organismes HLM équivalentes à 1,4 milliard € annuel.

Pour 2025, la dépense publique pourrait atteindre 100 milliards € toujours selon le NFP. Quant aux recettes, elles devraient être équivalentes aux dépenses grâce à une réforme fiscale. Pour cette deuxième étape, le parti s’attaque à des mesures de long terme, notamment pour renforcer les infrastructures et les services publics. Une grande loi pour le pouvoir d’achat est également à l’ordre du jour, avec l’indexation des salaires sur l’inflation, l’abolition de la taxe de 10 % sur les factures d’énergie, le plafond des frais bancaires, etc. Il est également question de réintroduire l’ISF qui devrait rapporter 15 milliards €. Autre poste de recettes : la taxe sur les superprofits qui permettra la récupération de 15 milliards € supplémentaires en taxant les profits excessifs des grandes entreprises, en particulier dans les secteurs de l’énergie et de l’agroalimentaire.

Parmi ces autres mesures phares, on compte également :

  • L’embauche de nouveaux enseignants, de professionnels de la santé et du médico-social.
  • Une intensification des efforts de rénovation thermique.
  • Une garantie d’autonomie pour les jeunes, avec la mise en place d’un revenu minimal.
  • L’abolition de la « flat tax ».
  • La suppression des niches fiscales jugées inefficaces, injustes et polluantes, qui générera environ 28 milliards €.
  • Une réforme de l’impôt sur le revenu avec l’introduction de 14 tranches d’imposition au lieu de 5.
  • L’instauration d’une CSG évolutive selon les revenus.

À SAVOIR

Pour la période 2026-2027, qualifiée de « transformation » par les membres du NFP, les recettes sont estimées à 150 milliards €. Pour l’heure, aucune précision sur les chiffres relatifs aux dépenses n’a été fournie.

RN : un programme difficilement chiffrable

Si le Rassemblement National (RN) a également présenté son programme économique pour les élections législatives de 2024, le parti a en revanche fourni peu de détails chiffrés. Parmi les mesures phares annoncées par le RN :

  • La suppression de l’impôt sur les revenus des jeunes de moins de 30 ans.
  • La mise en place d’une part fiscale complète dès le deuxième enfant.
  • Un plan de relance du nucléaire et la rénovation du réseau de distribution de l’eau.
  • La suppression des impôts sur l’héritage direct pour les classes moyennes.

Jordan Bardella a toutefois fourni quelques chiffres lors de sa conférence de presse donnée le 24 juin dernier :

  • La diminution de la TVA sur les produits énergétiques, dont le coût est estimé à 17 milliards € à l’horizon 2027.
  • Le rabais sur la contribution de la France au budget européen de 2 milliards €.
  • L’augmentation de la contribution sur les rentes inframarginales des producteurs d’électricité, estimée à 3 milliards €.

Le RN compte également sur des économies liées à l’immigration et sur un audit des comptes publics pour trouver des marges de manœuvre budgétaires.

Un programme qui ne s’écarte pas de la trajectoire budgétaire actuelle de la France pour la majorité

La majorité présidentielle, représentée par le parti Ensemble pour la République, a présenté un programme économique qui s’inscrit dans la même lignée que le budget déjà voté. En effet, de nombreuses mesures annoncées sont déjà inscrites au budget.

Parmi les mesures principales se trouvent :

  • L’indexation des pensions, déjà prévue dans la trajectoire budgétaire.
  • Le remboursement des fauteuils roulants et la lutte contre les heures d’enseignement non remplacées, deux mesures déjà budgétées.
  • La réforme de l’indemnisation chômage au 1er juillet, mesure qui permettra de générer 4,4 milliards € d’économies.

À SAVOIR

La réforme de l’assurance chômage a été suspendue à la suite des résultats du premier tour des législatives. Selon le Premier ministre, cette suspension était nécessaire afin de « faciliter des reports de voix de gauche pour le second tour des législatives ».

Le programme du camp présidentiel comporte néanmoins quelques nouveautés. Parmi elles :

  • La suppression des frais de notaire pour les primo-accédants.
  • L’augmentation du montant de donations ou des successions exonérées en ligne directe.
  • L’augmentation de la prime Macron, jusqu’à 10 000 €.

Selon la Fondation IFRAP, le programme de la majorité prévoirait 2,1 milliards € de dépenses et 1,9 milliard € de recettes.

En résumé

  • Le Nouveau Front Populaire prévoit un programme de 125 milliards € pour 2024-2025, notamment avec la mise en place d’un SMIC à 1 600 €, la revalorisation des fonctionnaires, la gratuité de l’éducation et des aides au logement.
  • Le Rassemblement National propose, quant à lui, la suppression de l’impôt sur les revenus des jeunes et une TVA réduite sur les produits énergétiques, mais n’a pas entièrement chiffré son programme.
  • Ensemble pour la République aligne son programme sur le budget actuel, avec l’indexation des pensions et une réforme de l’indemnisation chômage. Selon les données de l’IFRAP, celui-ci impliquerait 2,1 milliards € de dépenses et 1,9 milliard € de recettes.

Partager

Maeva FLORICOURT

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cette auteure

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Le Conseil d’État annule le maintien de la niche fiscale Airbnb

Lire l'article

Impôts : ces 4 échéances fiscales de juillet 2024 à retenir

Lire l'article

Crédit immobilier : la baisse des taux se poursuit en juillet malgré un contexte politique agité

Lire l'article

Élections législatives 2024 : ces partis qui promettent de supprimer l’impôt sur l’héritage direct

Lire l'article

Élections législatives 2024 : le sort de la dernière réforme des retraites selon les partis

Lire l'article

Sobriété énergétique : le Conseil d’analyse économique juge la rénovation des logements indispensable

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot