Bourse : le champagne, ce placement très rentable que l’on oublie

Publié le 14 Avr 2023

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Emilie Gardes

Thématique : Actualités

Partager

Lors des années 2021 et 2022, l’indice de référence du champagne a affiché des performances bien plus élevées que celles des indices boursiers traditionnels. Le Footsie, le S&P 500 ou encore l’or se sont fait distancer par les prestigieux millésimes champenois. Un créneau à saisir pour les investisseurs en recherche de belles rentabilités.

Le champagne, plus rémunérateur que les actions en bourse

Voilà une information qui devrait plus griser les propriétaires de champagne que les fines bulles de leurs grands millésimes. Le Liv-Ex Champagne 50 Index, sacro-saint indice boursier britannique compilant le prix des plus prestigieux noms de Champagne, s’est envolé en 2021 et 2022. Ainsi, pour un boursicoteur, il était bien plus lucratif d’investir dans du champagne plutôt que dans des actions traditionnelles lors des 2 années passées.

Si l’on y regarde de plus près : en 2 ans, le Champagne 50 Index a fait grimper sa valeur de + 56 %. Par comparaison, sur la même période, le Footsie londonien, le FTSE 100 n’a progressé que de + 10 %. Le S&P 500 américain, lui, ne s’est réhaussé que de + 1,1 %.

Auparavant, le champagne pesait assez peu dans le Liv-Ex (estimé comme l’indice boursier international des vignerons). Il n’accaparait que 2 % de son chiffre d’affaires. Aujourd’hui, grâce à l’explosion des prix des grands crus champenois de 2020 à 2022, il occupe une part de plus de 12 % au sein du Liv-Ex.

À savoir

Après les réputés vins de Bordeaux et de Bourgogne, le champagne s’est intronisé 3e source de revenus du Liv-Ex en 2021 et 2022.

Des prix boostés par une demande considérable

Alors que le monde tremblait de frayeur lors des 2 années de crise sanitaire, le champagne, lui, vivait sa meilleure vie. Les commandes ont été considérables. Producteurs et revendeurs ont su profiter de cette manne lucrative, avant que les prix ne retombent début 2023.

« En 2022, les acheteurs avaient beaucoup d’argent à dépenser, donc ont été très demandeurs de champagnes haut de gamme. Le fait que les prix se stabilisent à la baisse montre aussi que le marché n’était pas sain, en un sens »

Romain Grudzinzki, account manager chez Liv-Ex, dans les Échos

Maisons de niche et nouveaux acheteurs

Si le coût du champagne a été conséquemment dopé par une forte demande, d’autres facteurs ont également pesé dans l’envolée des prix de cet illustre produit. Ainsi, plusieurs maisons de niche ont eu la surprise de voir le prix de leurs bouteilles côtoyer les sommets. Certains crus champenois se sont écoulés avec des prix réhaussés de 140 % en seulement 2 ans. Imaginons ainsi qu’une bouteille au prix initial de 500 €, s’est vendue à 1 200 € entre 2020 et 2022. Une évolution stupéfiante !

En outre, le marché du champagne a également accueilli une nouvelle clientèle. De nouveaux acheteurs tout droit venus du continent asiatique et en particulier de Singapour, Hong Kong et Taïwan. Ils se sont entichés du champagne de prestige et ont dépensé des sommes scandaleusement élevées pour acquérir les plus grands crus. Ces nouveaux entrants ont naturellement tiré les prix vers le très haut.

La bourse en 2023 : des investisseurs en quête de rareté

Depuis le début de cette année 2023, le prix du champagne repart à la baisse. Mais l’engouement pour ce produit de prestige reste intact. Les grands collectionneurs et investisseurs recherchent désormais la singularité. Ils la trouvent dans les bouteilles millésimées. Ces cuvées, qui ne se dénichent pas facilement, sont uniquement et très exclusivement conçues avec le raisin d’une année spécifique. À la différence, la grande majorité des champagnes, dits « bruts », ne contiennent que des mélanges : raisin de l’année en cours + vins de réserve.

Et la rareté, forcément, se monnaye cher. Établi par les fabricants eux-mêmes, le prix d’une bouteille de champagne est déterminé en fonction de la quantité qui va être commercialisée. Un champagne traditionnel se conserve 15 mois avant d’être vendu, alors qu’un millésime se garde 36 mois. Des éléments qui contribuent à augmenter la rareté et le caractère exceptionnel des millésimes.

En résumé

  • De 2020 à 2022, le Liv-Ex Champagne 50 Index a progressé de 56 %, faisant du champagne un placement plus rentable que l’or ou les actions traditionnelles ;
  • Lors des années de crise sanitaire liées au Covid, le prix du champagne a considérablement grimpé, porté par une forte demande et de nouveaux acheteurs asiatiques ;
  • Alors que les prix redescendent, l’appétence pour le champagne ne décroche pas ;
  • Les investisseurs et grands collectionneurs recherchent la rareté avec l’acquisition de bouteilles millésimées.

Partager

Emilie Gardes

Rédactrice spécialisée en Economie, Finance et Immobilier

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Faites le point sur vos placements financiers

Les conseillers en gestion de patrimoine Selexium vous conseille via la réalisation de votre bilan patrimonial.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Logement : le gouvernement mobilise 1 milliard € en faveur du logement intermédiaire

Lire l'article

Rénovation énergétique : la simplification de MaPrimeRenov’ est enfin officielle

Lire l'article

Fraude fiscale : le fisc va infiltrer les réseaux sociaux pour débusquer les fraudeurs

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : les dates limites pour déclarer vos revenus

Lire l'article

Patrimoine : les frais bancaires pour les successions de moins de 5 000 €, c’est fini !

Lire l'article

Tout savoir sur la déclaration obligatoire de vos biens immobiliers en 2024

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot