• Accueil
  • Actualités
  • Comment gérer son épargne salariale durant l’épidémie de Covid-19 ?

Comment gérer son épargne salariale durant l’épidémie de Covid-19 ?

Publié le 05 Mai 2020

horloge Lecture de 4 min.

Rédigé par Julie François

Thématique : Patrimoine

Partager

La crise sanitaire actuelle causée par le Coronavirus a eu un fort impact sur l’économie mondiale. Alors que les places boursières peinent à se stabiliser, les Français essuient une baisse de revenus liée au confinement. Côté épargne, il est plus difficile d’anticiper les effets de la crise. Voici quelques pistes pour vous aider à gérer votre épargne salariale et retraite à l’heure du confinement.

Les résultats encourageant de la loi Pacte

Comme de nombreux épargnants, vos yeux sont probablement rivés sur les annonces gouvernementales concernant le « déconfinement ». Vous avez donc peut-être manqué la bonne nouvelle. L’épargne salariale est en hausse. L’Association Française de Gestion financière (AFG) a publié son enquête sur l’épargne salariale pour l’année 2019. L’encours a progressé de 15 %. La collecte en 2019 sur les PEE et les PERCO a encore augmenté par rapport à l’année dernière pour atteindre 15,5 milliards d’euros.

La loi Pacte semble donc porter ses fruits. En effet, auparavant la hausse du nombre d’entreprises disposant d’un dispositif d’épargne salariale ne dépassait pas les 3 %. En 2019, selon l’AFG, ce chiffre a explosé : 378 000 entreprises sont équipées d’un dispositif PEE (+11 %) et 264 000 entreprises sont équipées d’un dispositif PERCO ou du nouveau PER Collectif (+22 %). La suppression du forfait social instaurée par la loi Pacte a eu un effet levier important. Des premiers résultats encourageants pour les mesures destinées à favoriser l’épargne retraite.

Plus de 100 000 entreprises et 320 000 salariés

bénéficient du nouveau dispositif PER Collectif pour un encours de plus de 3 milliards d’€ depuis l’entrée en vigueur de la réforme de l’épargne retraite au 1er octobre 2019, selon l’enquête de l’AFG publiée en avril 2020.

Epargne salariale : des retards de versement pour cause de Coronavirus

Généralement, le printemps rime avec le versement des primes d’intéressement et de participation par les entreprises proposant un dispositif d’épargne salariale. Selon le code du travail, les versements peuvent s’étaler jusqu’au « dernier jour du cinquième mois » suivant la clôture de l’exercice, soit généralement le 31 mai. En cas de retard, des intérêts sont dus.

Le contexte lié à la crise du Coronavirus est venu bouleverser cette logique. Une ordonnance parue le 26 mars au Journal Officiel, prise en application de la « loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 » du 23 mars, octroie un délai supplémentaire. Cette année, exceptionnellement, les entreprises auront jusqu’au 31 décembre 2019 pour réaliser les versements sans intérêt de retard. Les salariés devront donc patienter plus longtemps avant de toucher leur intéressement ou leur participation.

Ce report des versements n’est pas systématique. De nombreuses entreprises ont choisi de maintenir leur calendrier habituel. En juin 2019, l’épargne salariale concernait 11 millions de salariés. Le secteur reste dans l’expectative de réponses pratiques du gouvernement, notamment concernant les modalités de versement.

Que faire de son épargne retraite pendant l’épidémie de Coronavirus ?    

La crise liée au Covid-19 pousse donc les Français à s’interroger sur leur épargne salariale et retraite. Faut-il la réorienter, sortir des plans d’épargne ? Ces questionnements se justifient puisque plus de la moitié des encours de l’épargne salariale ont été investi en actions en 2019. Point important, aucune perte n’existe réellement tant que les fonds ne sont pas vendus. Conclusion, pour le moment, rien n’affirme que le krach boursier puisse avoir un impact sur l’épargne salariale ou l’épargne retraite.

Bien évidemment, les indicateurs de performance ne sont probablement pas au meilleur de leur forme, aussi si vous le souhaitez, vous pouvez changer de stratégie. Toutefois, il est important de rappeler que la crise actuelle possède de multiples inconnues que ce soit sur l’évolution de l’épidémie, comme sur l’éventuelle reprise économique. Rien ne présage que les mauvaises performances actuelles vont durer ou repartir à la hausse dès la fin du confinement. Le Plan d’épargne retraite (PER) tout comme le Plan d’épargne entreprise (PEE) ne sont pas destinés à boursicoter. Aussi, ne suivez pas la tendance en vendant sur un coup de tête. Il faut penser ces placements sur du long terme. Vous pouvez, toutefois, choisir de toucher directement votre prime plutôt que de réaliser un versement. Attention, cette somme sera imposable.

À savoir

La crise sanitaire et économique provoquée par le Coronavirus n’est, pour le moment, pas un motif de déblocage anticipé de l’épargne salariale.

La stratégie à adopter en temps de crise est la même qu’en temps normal lorsqu’il s’agit de gérer son épargne : il faut diversifier ses placements. Pour le moment, si l’envie de prendre des risques n’est pas au rendez-vous, vous pouvez vous contenter de réorganiser votre gestion de l’épargne. Concernant l’épargne salariale, pensez à bien échelonner vos versements. En versant régulièrement vos primes d’intéressement et de participation, vous minimisez les fluctuations des marchés et ainsi lissez le risque sur le long terme. Vous pouvez confier la gestion de votre plan d’épargne à un expert qui saura minimiser les risques.

L’épargne des Français protégée ?

Pour finir de rassurer les épargnants, il existe plusieurs dispositifs de protection de l’épargne en France, créés par la loi sur la sécurité financière du 25 juin 1999. Ainsi, même en cas de faillite du système bancaire et sur demande de l’Autorité de contrôle et de supervision des banques et des sociétés d’assurances (ACPR), des boucliers sont déployés pour indemniser les clients.

Le premier dispositif est connu sous le nom de « garantie des dépôts » et est assuré par le Fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR). Il permet aux clients des banques adhérente au FGDR, en faillite, d’indemniser les clients sous 7 jours dans le cas où leur épargne ne serait plus disponible. L’autre dispositif instauré par cette loi est le Fonds de garantie des assurances de personnes (FGAP) qui intervient en cas de défaillance d’une société d’assurances de personnes.

Pour les contrats d’épargne retraite individuels (PER, contrat Madelin, PERP…) mais aussi les contrats d’entreprise (PERCO), c’est la FGAP qui s’applique comme pour les contrats d’assurance vie qui est plafonnée à 70 000 € en cas de faillite de l’assureur.

En résumé

  • En 2019, l’épargne salariale a augmenté de 11 %. Une hausse plus importante que les années précédentes due essentiellement à la loi Pacte.
  • L’épidémie de Covid-19 n’est pas sans impact sur l’épargne salariale et retraite. En effet, les versements des primes d’intéressement et de participation, généralement réalisés en mars, peuvent, cette année, être retardés. Une ordonnance permet aux entreprises d’effectuer les versements jusqu’à la fin de l’année.
  • Bien que les performances de l’épargne salariale sont en baisse dues aux fluctuations des places financières, il ne vaut mieux ne pas se précipiter, mais ne pas perdre de vue que l’épargne salariale ou retraite s’étale sur le long terme.
  • Des dispositifs de protection de l’épargne existent et sont destinés à protéger le portefeuille des épargnants en cas de défaillance du système bancaire.

Partager

Julie François

Rédactrice web pour plusieurs supports Selexium.com

Découvrir cet auteurlink-cross

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Découvrir toutes les actualités link-cross

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra