• Accueil
  • Actualités
  • Épargne : les Français toujours plus prudents au détriment de la croissance

Épargne : les Français toujours plus prudents au détriment de la croissance

Publié le 06 Juil 2023

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Thomas Saint-Antonin

Thématique : Actualités

Partager

Déjà élevé avant la crise du Covid, le taux d’épargne des Français n’en finit plus de flamber. Un certain excès de prudence qui freine la croissance en 2023 d’après les dernières études de l’Insee.

L’épargne de précaution atteint un niveau record

La France demeure l’un des pays où les ménages épargnent le plus. Et la tendance se confirme au premier trimestre 2023 : le taux d’épargne des foyers tricolores atteint 18,3 % de leur revenu disponible. Un indicateur trois fois supérieur à ce qui pouvait être observé avant la crise sanitaire en 2019, dernière année pouvant faire office de « référence ». Peu à peu, l’épargne de précaution s’est développée pour devenir un vaste matelas anti coup dur, voire un réel capital pour une certaine catégorie sociale plutôt aisée. La guerre en Ukraine, l’inflation élevée et, plus largement, un climat économique incertain, peuvent notamment expliquer cet engouement assez inédit pour l’épargne, à l’excès.

Ralentissement de la croissance et excès d’épargne étroitement liés

Un taux d’épargne aussi élevé ne fait pas bon ménage avec la croissance. La consommation des ménages représentant plus de la moitié du PIB, elle est fortement amputée en raison de la frilosité des ménages qui préfèrent mettre au chaud leurs économies ces derniers mois. Les dépenses des Français pourraient même diminuer de 0,2 % sur l’ensemble de l’année 2023 selon les dernières prévisions de l’Insee, du jamais vu depuis 2012.

Le chiffre clé

6 000 milliards €

Le montant de l’épargne financière totale des ménages en fin d’année 2022.

Toutefois, attention à ne pas céder au catastrophisme. L’institut de statistiques prévoit un lent redémarrage pour les troisième et quatrième trimestres de l’année, avec une hausse de la consommation autour de + 0,2 %. Une éventuelle baisse des taux d’emprunt pourrait aussi donner un coup de fouet à la consommation des ménages français. Malheureusement, ces fameux taux immobiliers devraient plutôt effectuer le chemin inverse et grimper jusqu’à 5 % à l’horizon 2024. Autrement dit, la consommation ne devra pas compter sur une baisse des taux pour tenter de se refaire une santé.

Des inégalités révélatrices

L’indicateur mesurant le moral des ménages reste en berne. Malgré un léger regain d’énergie (+2 points en juin 2023), il reste bien en dessous de sa moyenne de longue période, 100, entre janvier 1987 et décembre 2022. Dans le même temps, le solde d’opinion de l’Insee relatif à la capacité d’épargne future gagne un point et reste au dessus de sa moyenne de longue durée. Aussi, la part des ménages estimant qu’il est opportun d’épargner augmente légèrement en juin 2023 (+1 point). Alors, malgré un contexte économique tendu et un marché immobilier à l’arrêt, la propension des ménages à épargner ne flanche pas. Le rendement réel du livret A (3 %), lui, reste négatif, car l’inflation atteint 4,5 % en juin 2023 sur un an. Ce qui ne semble pas non plus refroidir les ardeurs des épargnants.

Le chiffre clé

2,47 milliards €

Soit la collecte du livret A au mois de mai 2023. C’est plus qu’en avril (2,33 milliards €).

Un autre phénomène peut aussi expliquer le ralentissement de la consommation en France : les inégalités. Les foyers les plus modestes ont dernièrement été contraints de puiser dans leur épargne pour faire face à la hausse des prix à la consommation, notamment dans le secteur alimentaire. En 2021, déjà, les 20 % des ménages les plus modestes avaient quasiment consommé la totalité de l’épargne générée pendant la crise sanitaire. À l’inverse, les 10 % des ménages les plus aisés n’ont pas eu besoin de le faire. Problème, c’est cette catégorie qui dispose de la majorité de l’épargne financière et qui, de facto, contribue plus largement à un accroissement de l’excès d’épargne sur le premier trimestre 2023.

En résumé

  • Le taux d’épargne des ménages français atteint 18,3 % de leur revenu disponible en 2023 ;
  • Sur l’année 2023, la consommation des ménages devrait diminuer de 0,2 % ;
  • La flambée des taux d’emprunt devrait renforcer le phénomène d’excès d’épargne pendant les prochains mois.

Partager

Thomas Saint-Antonin

Rédacteur web, spécialisé en économie et gestion de patrimoine.

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Crise du Logement : le rapport d’une mission d’information sénatoriale appelle une action forte et rapide de la part du gouvernement

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : le succès de l’application mobile de la DGFiP

Lire l'article

Crédit immobilier : cette proposition de loi pourrait bien relancer le marché immobilier

Lire l'article

Ne pas déclarer son impôt sur le revenu : quels risques ?

Lire l'article

Crédit immobilier : la BCE est prête à baisser ses taux dès le mois de juin

Lire l'article

Crise du logement : le nouveau projet de loi présenté au Conseil des ministres vendredi dernier

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot