• Accueil
  • Actualités
  • La baisse des taux immobiliers est bien prévue cette année selon le gouverneur de la Banque de France

La baisse des taux immobiliers est bien prévue cette année selon le gouverneur de la Banque de France

Publié le 22 Fév 2024

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Maëva Floricourt

Thématique : Actualités

Partager

Si le marché de l’emprunt voit une légère amélioration ces dernières semaines, la tension reste encore palpable. Les dernières mesures politiques tardent à faire leur effet et les prix de l’immobilier restent stoïques. Pour autant, l’envie des Français d’accéder à la propriété ne flanche pas. C’est dans ce contexte que vendredi dernier, François Villeroy de Galhau a confirmé une bonne nouvelle : l’année 2024 connaîtra une baisse des taux d’emprunt. L’enjeu des instances sera toutefois d’entamer ce cycle baissier avec prudence, ni trop tard ni trop tôt, au risque d’assister au retour ou à la persistance de l’inflation.

Une baisse des taux graduelle prévue en 2024

C’est confirmé, les taux d’intérêt entrent enfin dans un cycle de baisse en 2024. Une bonne nouvelle pour les porteurs de projets immobiliers. Cette annonce du gouverneur de la Banque de France arrive toutefois avec quelques précautions. 

Il ne s’agit pas de se précipiter ; mais agir avec gradualisme et pragmatisme peut être préférable à décider trop tardivement et devoir ensuite surajuster.

François Villeroy de Galhau

Cette baisse des taux d’emprunt se fera donc avec la plus grande prudence, ni trop tôt ni trop tard. L’idée sera de trouver le bon curseur afin d’éviter que l’inflation ne reparte ou que le marché ne s’enlise encore plus. 

Nous resterons guidés par les données, et il ne sera pas question à mon sens de donner à nouveau une « forward guidance ».

François Villeroy de Galhau

La « forward guidance » est outil utilisé par les banques centrales pour communiquer leurs intentions futures en matière de politique monétaire aux marchés financiers, aux entreprises et au grand public. La première phase de cet assouplissement pourrait être mise en place assez rapidement. Ce sera donc à la BCE de donner son go. Pour rappel, celle-ci a la liberté de déterminer le moment, la cadence et le niveau de cette phase baissière.

Le fait de disposer de ces trois degrés de liberté successifs peut être un argument de plus pour ne pas différer exagérément la première baisse.

François Villeroy de Galhau

La BCE appelle encore une fois à la prudence

Christine Lagarde, présidente de la BCE, a récemment rappelé que le choix de la politique monétaire menée jusque-là était nécessaire. Le risque du retour de l’inflation plane encore. Il est donc justifié de ne pas abaisser les taux de manière précoce, ce qui pourrait contraindre la banque centrale à resserrer à nouveau sa politique monétaire.

Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, a également averti lors d’un discours à Florence vendredi que la politique monétaire de la BCE doit demeurer restrictive. Elle souligne le véritable défi auquel la zone euro est confrontée : le manque de productivité en Europe. Selon l’économiste allemande, cela accroît le risque que les entreprises répercutent l’augmentation des coûts salariaux sur les consommateurs, retardant ainsi le retour de l’inflation à l’objectif de 2 % de la BCE

La croissance de la productivité, toujours faible, voire négative depuis peu, exacerbe les effets de la forte croissance actuelle des salaires nominaux sur les coûts unitaires de main-d’œuvre des entreprises.

Isabel Schnabel

Autrement dit, les autorités monétaires redoutent un effet de spirale. Si la patience est donc de rigueur, l’exemple de nos voisins outre-Rhin pourrait ramener un peu d’optimisme. Les taux d’emprunt y ont déjà atteint un niveau inférieur à celui observé en France, soit 3 % sur 20 ans. Un signal encourageant d’une détente progressive des conditions d’emprunt pour les prétendants à l’acquisition.

En résumé

  • François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, confirme une baisse des taux d’emprunt pour 2024.
  • L’annonce est toutefois assortie de précautions pour éviter des répercussions négatives et notamment la persistance de l’inflation.
  • La BCE devra déterminer le moment et la cadence de cette baisse.

Partager

Maëva Floricourt

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Déclaration d’impôt 2024 : date d’ouverture et tutoriel pour déclarer ses revenus

Lire l'article

Logement : 800 communes vont être reclassées en zone tendue dès le mois de juin

Lire l'article

Logement : le gouvernement mobilise 1 milliard € en faveur du logement intermédiaire

Lire l'article

Rénovation énergétique : la simplification de MaPrimeRenov’ est enfin officielle

Lire l'article

Fraude fiscale : le fisc va infiltrer les réseaux sociaux pour débusquer les fraudeurs

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : les dates limites pour déclarer vos revenus

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot