• Accueil
  • Actualités
  • Retraite : les stratégies des Français qui veulent partir avant 64 ans

Retraite : les stratégies des Français qui veulent partir avant 64 ans

Publié le 30 Juil 2021

horloge Lecture de 4 min.

Rédigé par Julie François

Thématique : Retraite

Partager

Alors que la réforme des retraites est, à nouveau, au cœur de l’actualité, divers sondages montrent que les Français veulent partir plus tôt à la retraite. Pour atteindre cet objectif, ils sont même prêts à renoncer au taux plein. Analyse d’un phénomène qui pose une question essentielle : quelle stratégie pour partir à la retraite plus tôt sans perdre trop ?

Réforme des retraites : ce qui pourrait changer

Avec le retour de la réforme des retraites, l’âge pivot de départ à la retraite est à nouveau sous le feu des projecteurs. Pour rappel, la réforme envisage de remplacer l’âge minimum légal de 62 ans par un âge pivot unique fixe de 64 ans. Première conséquence, les Français travailleraient plus longtemps et cotiseraient plus. Mais ce recul du départ à la retraite permettrait, toujours selon les estimations, d’augmenter le niveau des pensions de retraite, avec un montant minimum à 85 % du SMIC, au lieu de 81 % actuellement.

Autre conséquence de cette réforme, la suppression du malus temporaire de 10 % appliqué sur la pension versée par le régime complémentaire (Agirc-Arcco). Ce malus s’étale actuellement sur une durée de 3 ans, sauf si la date de départ à la retraite est décalée d’un an, soit un départ à 63 ans. Avec un départ à la retraite normalisé à 64 ans, cette pratique devrait disparaître. La pension versée au moment du départ du salarié devrait correspondre au montant total perçu tout au long de la retraite.

Bien que l’ombre de la réforme des retraites fasse couler beaucoup d’encre, de nombreuses questions restent en suspens concernant sa mise en application et le traitement des cas particuliers comme : les départs en retraite anticipés, les rachats de trimestres, etc. À ces zones floues s’ajoute un certain rejet de cette réforme par de nombreux Français. Selon une étude Happydemics pour Aviva, seulement 11 % de la population pense qu’elle pourrait « améliorer le niveau des pensions du régime général ».

Partir plus tôt à la retraite : à quel prix ?

Le recul de l’âge de départ à la retraite ne fait pas vraiment d’heureux parmi la population. En effet, selon l’étude d’Aviva, les Français voudraient, en moyenne, partir plus tôt : les 25-34 ans souhaiteraient prendre leur retraite à 56 ans, alors que les 50-64 ans visent un départ à 60 ans. Concrètement, cette décision implique de perdre des années de cotisations et donc de partir à la retraite avec une pension moindre.

Le revers de la médaille d’un départ à la retraite anticipée est de perdre en qualité de vie. En choisissant de cotiser moins longtemps, les Français prennent donc la décision de revoir leurs revenus à la baisse au moment de la retraite. Malgré l’existence de solutions d’épargne pour compléter ses revenus, ils restent peu nombreux à envisager cette option. L’étude démontre que la préparation de la retraite reste « à la marge des préoccupations pour les Français » : seul un quart des sondés (25 %) dit épargner spécifiquement en vue de la retraite. La retraite n’est donc clairement pas la priorité des Français. 29 % de la population totale estime « ne pas avoir les moyens d’épargner pour la retraite ». Un constat qui est difficilement compatible avec un départ à la retraite avant 64 ans.

De nouveaux comportements d’épargne se dessinent

Si les Français semblent toujours éloignés de ces préoccupations, de nouveaux comportement émergent, notamment suite à l’épidémie de Covid-19 et à la simplification des produits d’épargne retraite.

L’impact du Covid-19

Durant cette période exceptionnelle, les Français ont davantage épargné. Plus de la moitié des personnes ayant pu réaliser des économies pendant la crise sanitaire ont déclaré vouloir les utiliser pour leur retraite. Toutefois, il ne s’agit que de déclarations, reste à voir si l’on observe un passage à l’acte. Pour le moment, les Français continuent de privilégier les livrets d’épargne pour accumuler leurs économies, plutôt que de miser sur le plan épargne retraite (PER).

On constate cependant, une forte croissance du marché des PER en 2021. Selon les chiffres de la Fédération française de l’Assurance, cumulés de janvier à mai 2021, les versements atteignent près de 7 milliards €, dont près de 1,9 milliards € au titre des cotisations pour le PER. À la fin mai, les PER comptabilisaient 1.7 millions d’assurés. Le dernier-né des produits d’épargne retraite semble séduire le public. En effet, sa souplesse et sa fiscalité attrayantes en font une solution idéale pour épargner en vue de la retraite. Le 3ème Baromètre 2021 de l’Épargne en France et en régions d’Altaprofits, réalisé par l’Ifop, révèle que 28 % des Français déclarent vouloir souscrire un plan épargne retraite (PER).

La prise de conscience des jeunes

Parmi les sondés du Baromètre 2021 de l’Épargne en France et en régions, les jeunes générations semblent être plus conscientes de la nécessité d’épargner en vue de la retraite. Selon l’étude, 38 % des moins de 26 ans et 42 % des 26-41 ans sont les plus motivés par l’idée d’ouvrir un PER. Pour la grande majorité, l’objectif est de disposer d’un complément de revenus. 72 % des 26-41 ans espèrent que l’ouverture d’un PER leur permettra de partir plus tôt à la retraite. Les jeunes ont donc mieux intégré la nécessité de trouver des solutions d’épargne individuelles afin de partir à la retraite avant l’âge légal envisagé.

Pour rappel, les solutions pour préparer sa retraite sont multiples. Si le PER constitue un produit d’épargne adapté à tous les profils d’épargnant, d’autres options existent et peuvent constituer des compléments de revenus intéressants comme l’investissement locatif par exemple. Quel que soit l’âge de départ à la retraite envisagé, se constituer une stratégie patrimoniale solide est un atout pour bien vivre sa retraite. Si vous souhaitez être accompagné dans le montage de votre stratégie, n’hésitez pas à contacter nos conseillers en gestion de patrimoine Selexium.

En résumé

  • Alors que la France sort doucement de l’épidémie de Covid-19, le dossier de la réforme des retraites revient sur le haut de la pile. Avec un départ à la retraite envisagé à 64 ans, cette réforme va à contre-courant des envies des Français.
  • Si la majorité des Français souhaitent partir à la retraite avant 60 ans, ils ne sont pas tous prêts à compenser les trimestres non-cotisés ou à envisager une solution d’épargne.
  • Les comportements liés à l’épargne retraite semblent, toutefois, évoluer. Ce sont les jeunes générations qui, paradoxalement, paraissent plus sensibles au sujet et envisagent déjà des solutions d’épargne pour la retraite.

Partager

Julie François

Rédactrice spécialisée en gestion de patrimoine, économie, finances

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Lire l'article

Lire l'article

Vers des PER plus verts ?

Lire l'article

Lire l'article

Réforme de l’ISF, « flat tax »: qui sont les gagnants et les perdants ?

Lire l'article

La notion d’abus de droit renforcée : Quelles conséquences ?

Lire l'article

Le capital-investissement, la stratégie de demain

Lire l'article

Les seniors face à la baisse du taux d’usure

Lire l'article

Finance verte : quand « rentable » rime avec « responsable »

Lire l'article

Un quatuor aux couleurs de Selexium pour courir le Marathon de Toulouse Métropole

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra