Investissement en SIIC : sont-elles encore rentables en 2023 ?

Publié le 21 Mar 2023

horloge Lecture de 3 min.

Rédigé par Elodie Fuentes

Thématique : Actualités

Partager

L’année 2022 aura mis à l’épreuve la rentabilité des SIIC, pour qui la hausse des taux et le marché boursier n’auront épargné personne. Toutefois, avec une stabilisation des taux prévue en 2023, l’avenir des foncières cotées semble de nouveau encourageant. La baisse de valeur des actifs pourrait présenter une véritable opportunité d’acquisition dans les mois à venir. Découvrez comment les SIIC font face aux embûches de l’inflation en attendant des jours meilleurs.

Comment les SIIC s’en sortent-elles en période d’inflation ?

Cousines des SCPI, exception faite qu’elles sont cotées en bourse, les SIIC (sociétés d’investissement immobilier coté), n’ont pas été épargnées par les difficultés économiques rencontrées par l’UE depuis le début de la guerre en Ukraine en février 2022. 

Spécialisées dans l’achat de titres de sociétés d’investissement immobilier dans les bureaux, les logements, les commerces ou encore les résidences de services et l’hôtellerie, les SIIC, ou foncières cotées, sont particulièrement sensibles et exposées aux risques du marché boursier. L’année précédente, marquée par une montée de l’inflation particulièrement difficile à dompter, aura mis à mal la rentabilité des SIIC. Le plafonnement des loyers a particulièrement fait souffrir le portefeuille d’actifs des foncières cotées, pris dans un étau inflationniste coriace. La chute des cours boursiers l’année passée, pénalise encore à ce jour la valorisation des titres en SIIC. Toutefois, les économistes s’accordent entre eux pour dire qu’une hausse des cours est observée depuis le début d’année 2023, un présage de bon augure pour les investisseurs en SIIC, invités à profiter de cette brèche pour obtenir de nouveaux titres

Le caractère attractif des foncières cotées, permettant aux épargnants de profiter de la distribution de dividendes chaque année, devrait en tenter plus d’un en 2023. En reversant une part importante de leurs bénéfices et du montant de leurs plus-values immobilières, les SIIC offrent une visibilité financière à leurs épargnants, induite par des contrats de location qui courent sur le long terme. 

La hausse des taux d’intérêt, un frein pour les SIIC ?

Stratégie volontaire de la part de la Banque centrale européenne pour limiter la hausse de l’inflation, la remontée des taux d’intérêt fait l’effet d’une épine dans le pied pour les foncières cotées. Tout comme les SCPI, les SIIC profitent de l’effet de levier des crédits immobiliers permettant d’investir en réduisant l’effort d’épargne. Suite à l’augmentation des taux d’emprunt immobilier, les épargnants ont réduit leurs champs d’action et une grande partie d’entre eux à finalement rebroussé chemin. 

Bilan des courses, les investisseurs ont été moins nombreux à se lancer dans l’acquisition d’actifs dans ce secteur immobilier boursier en 2022. L’avenir semble toutefois s’éclaircir pour les investisseurs en SIIC en 2023. Selon les économistes, les taux longs situés actuellement sur un plateau devraient atteindre leur pic cet été, pour baisser à la fin d’année. Des prévisions optimistes qui vont motiver grand nombre d’épargnants à reconsidérer à nouveau les avantages d’un investissement en SIIC. Le rendement des SIIC, tributaire de la valeur des taux, sera, ainsi, valorisé par une conjoncture économique plus clémente. 

Les investisseurs en SIIC réussissent-ils à contrer l’IRL ?

Une fois encore, le paysage inflationniste donne du fil à retordre à la rentabilité des SIIC, directement liée aux revenus locatifs engendrés par ses biens immobiliers. L’augmentation des loyers étant désormais plafonnée dans 26 villes de France, cela empêche les détenteurs d’actifs en SIIC de compenser la hausse de l’inflation avec le prix des loyers. En effet, concernant les actifs boursiers liés aux résidences principales et pour éviter de plomber le portefeuille des ménages, certaines foncières cotées ont fait le choix de minorer le prix des loyers malgré la courbe ascendante de l’inflation. Car pour rappel, la hausse des loyers est indexée sur la courbe de l’inflation. Or, la perte du pouvoir d’achat et l’augmentation de la part du logement dans celle-ci pèsent déjà lourdement sur les locataires de l’hexagone. 

Il s’agit également d’une stratégie durable, permettant de pérenniser les locataires en place et d’éviter aux détenteurs de SIIC de se retrouver dans des situations de locations vacantes, dépourvus dans ce cas de tout revenus locatifs. Les foncières cotées dans le secteur des bureaux ont, quant à elles, forcé un peu plus sur la hausse des loyers, tout en ménageant les gérants d’entreprises pour éviter des répercussions financières trop brutales.

En résumé

  • Les SIIC ou foncières cotées sont pénalisées par la conjoncture économique depuis l’année 2022 ;
  • Avec une valeur en bourse baissière, c’est le bon moment pour investir dans les actifs en SIIC ;
  • L’augmentation des taux d’emprunt a fait baisser le nombre d’investisseurs en SIIC en 2022, mais ils devraient se stabiliser en fin d’année ;
  • Pour éviter d’alourdir la charge des locataires en période l’inflation, certaines SIIC n’ont pas suivi l’augmentation des loyers indexée sur l’inflation.

Partager

Elodie Fuentes

Rédactrice web, spécialisée en économie, finance et gestion de patrimoine

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Diversifiez votre patrimoine avec Selexium

Les conseillers en gestion de patrimoine Selexium vous proposent un bilan patrimonial gratuit et personnalisé.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Logement : le gouvernement mobilise 1 milliard € en faveur du logement intermédiaire

Lire l'article

Rénovation énergétique : la simplification de MaPrimeRenov’ est enfin officielle

Lire l'article

Fraude fiscale : le fisc va infiltrer les réseaux sociaux pour débusquer les fraudeurs

Lire l'article

Déclaration d’impôt 2024 : les dates limites pour déclarer vos revenus

Lire l'article

Patrimoine : les frais bancaires pour les successions de moins de 5 000 €, c’est fini !

Lire l'article

Tout savoir sur la déclaration obligatoire de vos biens immobiliers en 2024

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot