• Accueil
  • Actualités
  • Immobilier : seuls 3 % des expatriés souhaitent investir en France en 2023

Immobilier : seuls 3 % des expatriés souhaitent investir en France en 2023

Publié le 21 Fév 2023

horloge Lecture de 3 min.

Thématique : Actualités

Rédigé par Elodie Fuentes

Partager

OpinionWay et L’Observatoire de l’Expatriation ont interrogé un large panel d’expatriés à propos de leur volonté d’acquisition immobilière en 2023. Malgré leur désir intrinsèque de développer leur patrimoine immobilier en France, les expats subissent des freins provenant des banques Françaises et préfèrent se tourner vers la pierre sur leur terre d’accueil pour concrétiser leur projet. Toutefois, par soucis de sécurité financière et d’anticipation de leur retraite, ils souhaitent privilégier la France concernant les projets immobiliers à long terme. Que disent les statistiques du sondage à ce sujet ?

Les expats achètent-ils leurs biens immobiliers à l’étranger ?

Pour les 2,5 millions de Français expatriés, le projet d’achat immobilier en France est une problématique concrète. Et pour cause, l’investissement dans la pierre est véritablement inscrit dans l’ADN des Français, un sentiment qui perdure, au-delà des frontières. Mais voilà, les personnes domiciliées à l’étranger déserteraient le marché immobilier hexagonal. Pour comprendre ce phénomène, nous nous appuyons sur le dernier sondage d’OpinionWay et de L’Observatoire de l’Expatriation, réalisé pour la Banque Transatlantique en partenariat avec l’UFE (L’Union des Français de l’Étranger. Sur les 4 979 personnes interrogées, 1/4 des expatriés déclarent vouloir acheter un bien immobilier en France. Toutefois, leur motivation s’inscrit dans un projet immobilier pérenne, et non sur le court terme. C’est pourquoi 27 % d’entre eux déclarent rebrousser chemin et se tourner vers le pays où ils résident pour concrétiser leur achat immobilier en 2023. À ce sujet, ils sont près d’un sur deux à penser que l’opération est actuellement plus rentable qu’en France. 

Le chiffre clé

2,5 millions

D’expatriés Français son comptabilisés

Le chiffre clé

27 %

Des sondés souhaitent investir dans leur pays d’accueil

Pourquoi leur projet d’investissement en France tombe-t-il à l’eau ?

Plusieurs facteurs viennent freiner les ardeurs des Français expatriés désireux d’investir dans l’immobilier dans leur pays d’origine. Toujours selon les sources de cette étude, les prix élevés du marché seraient la première embûche rencontrée par cette cible de candidats à l’achat. Leur parcours du combattant est, par ailleurs, parasité par les restrictions bancaires. Travaillant bien souvent pour des sociétés inconnues en France, avec des revenus devisés dans des monnaies étrangères, les expats rament pour obtenir leur prêt. L’encadrement de plus en plus strict des établissements bancaires français complique le calcul du financement, dont le reste à vivre est difficile à définir dans leur cas. Résultat des courses, les banques tournent le dos aux candidats à l’accession résidant et travaillant à l’étranger.

La fiscalité immobilière, gros point noir des expats

Leur statut de résident à l’étranger n’exonère pas les expatriés de leur part due à l’administration fiscale pour leur propriété immobilière en France. La taxe imposée sur les revenus locatifs, l’impôt sur les plus-values immobilières à la suite d’une vente de résidence secondaire, tout comme la réglementation sur les droits de succession et de donation, rien ne leur est épargné. La fiscalité immobilière pour les expatriés n’est pas tendre, leur appliquant une taxe sur leurs revenus locatifs plus lourde que les Français résidant dans l’hexagone. La douloureuse s’élève à un taux compris au minimum entre 20 et 30 % des revenus perçus par le biais de leur investissement locatif, contre 0 à 10 % minimum pour les propriétaires bailleurs vivant en France. Taxe à laquelle s’ajoute le montant des prélèvements sociaux de 17,2 %. Malgré tout, 30 % des sondés propriétaires, détiennent un bien en France à l’heure actuelle. 

Quels types de biens souhaitent-ils acquérir en France ?

Souhaitant principalement investir en France pour préparer leur retraite, les expatriés interrogés par L’Observatoire de l’Expatriation et OpinionWay, dévoilent leur volonté de s’établir en majorité (26 % d’entre eux) dans la région Île-de-France. S’en suit la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (24 %) et Nouvelle-Aquitaine (23 %). Le sentiment d’attache à la France est également un levier de motivation de cette catégorie d’acheteurs expatriés, renforcé par l’envie d’investir dans le patrimoine sur leur terre d’origine. L’investissement immobilier des expats est également considéré comme un filet de sécurité, pour ceux qui souhaitent se constituer une rente en gage de revenus complémentaires dans un placement sûr qu’ils connaissent bien. 

En résumé

  • 1/4 des expatriés préfère investir dans l’immobilier dans leur pays de résidence plutôt qu’en France, pensant réaliser une meilleure opération financière.
  • Les banques pénalisent les profils étrangers par manque de connaissances de leur entreprise. Leurs revenus dans des monnaies étrangères complexifient le calcul du reste à vivre imposé par les établissements bancaires français. 
  • Les bailleurs domiciliés à l’étranger payent 20 à 30 % d’impôt sur les revenus locatifs en France, une charge fiscale reculant le nombre d’investisseurs motivés.
  • Les Français domiciliés à l’étranger souhaitent acquérir un bien en France situé majoritairement en Île-de-France, en Provence-Alpes-Côte-d’Azur et en Nouvelle-Aquitaine, principalement pour préparer leur retraite. 

Partager

Elodie Fuentes

Rédactrice web, spécialisée en économie, finance et gestion de patrimoine

Découvrir cette auteure

bulle des outils

Vous souhaitez investir dans l'immobilier ?

Les experts Selexium vous aident à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet.

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Le Conseil d’État annule le maintien de la niche fiscale Airbnb

Lire l'article

Impôts : ces 4 échéances fiscales de juillet 2024 à retenir

Lire l'article

Crédit immobilier : la baisse des taux se poursuit en juillet malgré un contexte politique agité

Lire l'article

Élections Législatives 2024 : le coût des programmes économiques des 3 principaux partis

Lire l'article

Élections législatives 2024 : ces partis qui promettent de supprimer l’impôt sur l’héritage direct

Lire l'article

Élections législatives 2024 : le sort de la dernière réforme des retraites selon les partis

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot