• Accueil
  • Actualités
  • Immobilier : à quoi va ressembler l’audit énergétique au 1er avril 2024 ?

Immobilier : à quoi va ressembler l’audit énergétique au 1er avril 2024 ?

Publié le 10 Jan 2024

horloge Lecture de 2 min.

Rédigé par Maëva Floricourt

Thématique : Actualités

Partager

L’audit énergétique est sur le point de connaître quelques ajustements. Plus précisément, à partir du 1er avril prochain, son contenu évolue dans le but d’aller encore plus loin dans l’optimisation de la performance énergétique des logements. Ce diagnostic, rendu obligatoire depuis le 1er avril 2023, est la nouvelle arme du Gouvernement dans sa démarche de « verdisation » de l’habitat français. Alors, quelles seront donc les modifications à venir ce printemps ?

L’audit énergétique fait peau neuve dès le 1er avril 2024

C’est l’arrêté du 29 décembre dernier qui est venu préciser les modifications apportées à l’audit énergétique. Ces ajustements seront effectifs dès le mois d’avril.

  • Plutôt que de viser une seule classe énergétique de gain lors de la rénovation « par étapes », il sera désormais nécessaire d’atteindre deux classes. Par exemple, une maison classée F devra passer obligatoirement à la classe D après la première phase de travaux.
  • L’objectif final d’une rénovation énergétique ne sera plus d’atteindre la note de B, mais plutôt une note permettant d’atteindre une « rénovation performante », soit la note C pour les logements notés F ou G avant travaux.
  • Les bâtiments classés F ou G au DPE ne seront plus contraints d’effectuer une étape intermédiaire C dans le scénario par « étapes ». 
  • Les propriétaires pourront demander l’intégration d’un troisième scénario de travaux dans le rapport de l’audit.

Pour rappel, à ce jour, seuls deux scénarios sont possibles : la rénovation « par étapes » et la rénovation « tout en un seul chantier ». 

Autre changement majeur : ces scénarios devront prendre en considération le confort d’été. Les propositions de travaux d’un audit énergétique devront ainsi améliorer la résistance des logements aux périodes intenses de chaleur. Le but ? Éviter aux propriétaires de se retrouver avec une maison surchauffée malgré une rénovation récente.

La « verdisation » du Logement s’accentue

Avec la sortie progressive des passoires thermiques du marché de la location ou encore les nouvelles règlementations énergétiques, le plan carbone du Gouvernement a fait l’effet d’une marche forcée. Pour autant, intégrer des pratiques plus écologiques a déjà des répercussions tangibles sur le marché et les habitudes des acteurs du secteur.

Par exemple, du côté des acheteurs, la performance énergétique devient un critère d’achat majeur, au même titre que des caractéristiques telles que l’exposition d’un bien. L’option d’avoir accès à un logement disposant d’une meilleure performance énergétique est aussi important, voire plus important, que d’avoir un espace extérieur ou encore un logement plus spacieux. Autrement dit, l’évaluation de la performance énergétique devient un élément incontournable dans tout projet immobilier.

Plus efficace et plus précis, l’audit énergétique apporte une vraie plus-value si on le compare au DPE. Alors que ce dernier offre une évaluation simplifiée de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, l’audit énergétique va plus loin en réalisant une analyse détaillée et en proposant des améliorations.

Comment ? En examinant de nombreux aspects de la consommation énergétique, comme l’enveloppe d’un bâtiment, les systèmes de chauffage, de ventilation, de climatisation, d’éclairage, etc. Cette approche permet donc de mieux repérer les possibilités d’amélioration de l’efficacité énergétique d’un logement. Dans ce contexte, le Gouvernement n’aurait-il pas plutôt intérêt à remplacer le DPE par l’audit énergétique ?

À savoir

L’obligation d’audit, initialement imposée aux passoires thermiques, sera étendue progressivement aux logements classés E à partir du 1er janvier 2025 et à ceux classés D à partir du 1er janvier 2034.

En résumé

  • La nouvelle version de l’audit énergétique entrera en application dès le mois d’avril 2024 ;
  • Ces ajustements impactent les critères de rénovation par étapes et changent l’objectif d’une rénovation énergétique. Celui-ci ne sera plus d’atteindre la note B, mais une note qui indique la réalisation d’une rénovation performante ;
  • Ces modifications intègreront en parallèle un troisième scénario de travaux ;
  • Le nouvel audit prendra également en compte le confort d’été dans les propositions de travaux.

Partager

Maëva Floricourt

RÉDACTRICE WEB, SPÉCIALISÉE EN ÉCONOMIE, FINANCE ET GESTION DE PATRIMOINE

Découvrir cet auteur

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement adapté à votre projet

Obtenir des conseils

Vous voulez obtenir des conseils ?

Dernières actualités

Rénovation : le dispositif Bail Rénov’ passe à la vitesse supérieure

Lire l'article

Les Français moins inquiets par le financement des retraites

Lire l'article

DPE : une simplification du calcul qui va libérer les petites surfaces

Lire l'article

Guillaume Kasbarian : le nouveau ministre du Logement fait déjà couler beaucoup d’encre

Lire l'article

La valeur du patrimoine des Français a augmenté de 390 % en 30 ans selon la BPCE

Lire l'article

Contrôles de l’IFI : la Cour des Comptes met le doigt sur les ratés du système

Lire l'article

Découvrir toutes les actualités

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence-Marseille

Biarritz

Bordeaux

Caen

Chambéry

Clermont-Ferrand

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Vannes

Selexium Paris

9 Rue Duphot