Assurance emprunteur : les pièges à éviter

Vous êtes sur le point de signer votre prêt immobilier, mais avez-vous comparé les offres de d’assurances emprunteurs avant de vous lancer ? Car, si l’assurance de crédit immobilier semble être la dernière étape avant la signature, il ne faut pas prendre ce contrat à la légère. L’assurance emprunteur est votre couverture auprès de l’établissement prêteur, en cas de manquement. Prenez le temps d’éplucher les clauses de votre contrat pour éviter les éventuels pièges.

Attention au chantage tarifaire

Lorsque vous contractez un prêt immobilier, votre banque vous demande de souscrire à une assurance emprunteur. Si cette dernière est souvent une condition d’obtention du prêt immobilier, vous êtes libre de choisir votre assurance. Depuis 2010, grâce à la loi Lagarde, l’emprunteur peut souscrire à une assurance de prêt immobilier autre que celle proposée par son banquier. Toutefois, certains établissements bancaires pratiquent parfois le chantage tarifaire pour dissuader leurs clients de faire jouer la concurrence. Vous pouvez tenter de négocier le montant de voter assurance emprunteur avec votre banque. Mais sachez que la loi vous autorise à pratiquer la délégation d’assurance. Votre banque est alors tenue d’accepter l’assurance de crédit immobilier que vous lui soumettez si celle-ci répond aux critères demandés par votre établissement bancaire.

15%

C’est la part d’assurance de prêt immobilier en délégation fin 2017.

Prêtez attention aux tarifs

Le tarif est le premier élément du contrat à vérifier. Le montant de l’assurance de crédit immobilier est fonction du nombre de garanties souscrites. Plus vous ajoutez des garanties à votre contrat, plus le montant sera élevé. En effet, l’assurance emprunteur représente, en moyenne, 30 % du coût total du crédit. Une somme qui peut vite devenir conséquente dans le cadre d’un prêt immobilier et qu’il est important de maîtriser.

Pour pouvoir comparer les offres disponibles sur le marché, il faut le jargon employé par les professionnels et les méthodes de calcul. Il est donc conseillé de vérifier le TAEA (Taux Annuel Effectif Assurance) et le TAEG (Taux Annuel Effectif Global). Ceux-ci doivent obligatoirement figurer sur votre offre de prêt.

  • Le TAEA : calculé en pourcentage, il dépend du taux nominal du prêt couvert et du rythme de paiement. En additionnant le TAEA au taux du crédit, on obtient le vrai tarif du prêt immobilier, assurance comprise. Ce tarif est global, contrairement au tarif nominal d’assurance. Ce dernier est souvent le tarif présenté par les établissements bancaires, mais il peut varier d’une banque à l’autre et ne prend pas forcément tout en compte la totalité des frais liés à l’assurance emprunteur. Connaître le TAEA permet également de vérifier le TAEG indiqué sur votre contrat d’assurance de crédit immobilier.
  • Le TAEG : il prend en compte l’intégralité des frais liés à la souscription du prêt immobilier, soit le taux d’intérêt nominal, les frais de dossier, les coûts liés à l’assurance, les frais de garantie et autres frais. Le TAEG représente le coût réel du crédit. Il est exprimé en pourcentage. Le TAEG ne peut être supérieur au taux d’usure, c’est-à-dire le taux maximal auquel un crédit immobilier peut être accordé. Grâce au TAEG, vous pouvez connaître le coût global de votre crédit immobilier et comparer les offres proposées sur le marché.

Vérifiez les délais

L’assurance de crédit immobilier peut comporter plusieurs garanties (décès, perte d’autonomie, etc.). Le contrat détaille le niveau de prise en charge pour chacune d’elles et doit indiquer clairement les délais de carence et de franchise.

Délai de carence

Cette période suit immédiatement la souscription du contrat d’assurance emprunteur. Durant ce laps de temps, l’assuré cotise, mais ne bénéficie pas de la couverture de l’assurance. Si un décès ou un accident survient pendant cette période, l’assurance ne se déclenche pas. C’est l’assuré qui doit prendre en charge le remboursement de son emprunt. Le délai de carence varie selon les contrats et peut s’étendre jusqu’à douze mois, à compter du jour de souscription du contrat. Au moment de souscrire à une assurance de crédit immobilier, évitez le piège et assurez-vous que le délai de carence ne vous désavantage pas.

Délai de franchise

Il s’agit de la période qui s’écoule entre la date du sinistre et la date à laquelle l’assureur commence à vous indemniser. Le délai de franchise est donc une période sans indemnisation. Il peut être fixé à 60 jours, 120 jours ou plus. Durant cette période, l’assuré prend lui-même en charge le remboursement de son prêt immobilier. Pour une meilleure couverture des risques, il donc important de vérifier que le délai de franchise de vos garanties n’est pas trop élevé.

Un contrat toujours soumis à conditions

Votre contrat d’assurance rassemble toutes les garanties auxquelles vous avez souscrit. Pour chacune d’elles, il existe des clauses spécifiques qui délimitent le cadre d’application de la couverture.

Connaître le type d’indemnisation dont vous bénéficiez.

En cas de coup dur, l’indemnisation à laquelle vous avez droit via votre assurance de crédit immobilier peut être versée sous deux formes :

  • La prise en charge forfaitaire : quelle que soit votre situation financière au moment du sinistre, l’assurance paiera votre mensualité de crédit en totalité selon les conditions de votre contrat.
  • La prise en charge indemnitaire : l’indemnisation par l’assureur dépend des autres revenus perçus en cas de sinistre (indemnités de Sécurité sociale, mutuelle, garantie accidents de la vie, etc). Elle déduira ces montants de la mensualité et ne versera que le complément. Ce système de couverture est moins avantageux. Pensez donc à vérifier les clauses de votre contrat pour ne pas tomber dans le piège.

Les exclusions de garantie

Elles sont toujours inscrites dans le contrat d’assurance de crédit immobilier. Prenez le temps de bien les lire afin d’éviter toute mauvaise surprise. Par exemple, si vous êtes victime d’un accident pendant la pratique d’un sport extrême, votre assureur ne prendra pas en charge le remboursement des mensualités de votre prêt. Soyez donc attentif si vous pratiquez un sport qui peut être exclus de toute couverture. En principe, l’assurance emprunteur ne couvre que les risques aléatoires. Il est conseillé de se renseigner et d’éclaircir certaines situations floues comme par exemple les problèmes de dos ou les affections psychiatriques. Les exclusions de garantie ne sont pas nécessairement les mêmes d’un assureur à l’autre.

Les limitations de garantie

Une assurance emprunteur comporte obligatoirement des limitations de garantie. Il est essentiel de connaître ces limitations, car la prise en charge du remboursement peut dépendre d’élément, à première vue complètement anodin, comme votre âge ou votre état de santé. Par exemple, l’assurance emprunteur prévoit souvent une limite d’âge à la couverture décès, généralement fixée à 70 ans. Au-delà de cet âge, l’assuré ne peut plus bénéficier de cette garantie.

bulle des outils

Obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Biarritz

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse

Tours

Selexium Paris

20 avenue de l'Opéra