Le capital-investissement, la stratégie de demain

Publié le 12 Oct 2019

Rédigé par Mélissa Cruz

Patrimoine

Le capital-investissement se distingue du placement en bourse classique par les entreprises visées dans la stratégie. En effet, si les grands groupes sont cotés en bourse et attirent donc les investisseurs, le capital-investissement, de l’anglais private equity, se concentre sur les sociétés non-cotées. Cette stratégie de placement d’argent sous-entend davantage de risque, mais également davantage de rendement.

Partagez l'article :

Trois actions pour investir

L’investissement dans les entreprises publiques non cotées en bourse peut se faire de trois manières différentes et donc viser trois catégories d’entreprises :

  • Le capital-innovation permet aux jeunes entreprises en démarrage de compter sur le financement d’actionnaires.
  • Le capital-développement vise des entreprises plus matures. Les risques de perte d’argent pour l’investisseur sont moins importants car la société a déjà fait ses preuves. C’est en corrélation avec le potentiel de gain qui est également moins important que pour le capital-innovation.
  • Le capital-transmission s’adresse aux actionnaires souhaitant miser sur les entreprises en cours de changement de main. Une modification de l’approche du management ou de la personne à la tête de la société.

Tour d’horizon des détails à connaître

Si le capital-investissement appelle plus de rendement, il n’est pas sans contrainte. En effet, les fonds sont très souvent illiquides. Cela insinue de bloquer l’argent investi souvent durant au moins huit à dix ans. Les démarches pour la vente d’actions ne s’achemineront donc pas de la même manière que lors de la vente d’actions de grands groupes, où les opérations peuvent être très rapides. Les titres d’entreprises non cotées demandent un engagement plus prononcé de l’actionnaire s’il souhaite les céder. Il doit entreprendre des négociations et faire preuve de patience.

Bon à savoir

À la fin de l’année 2018, sur dix ans, le capital-investissement a relevé une moyenne de performance annuelle à 8,8 % contre 7,3 % pour le CAC 40.

Les FIP et FCPI, pionnières du capital-investissement

Si France Invest est désormais l’association française des acteurs du capital-investissement, cette stratégie de placements financiers est déjà pratiquée par les FIP (placements dans des sociétés plus matures) et les FCPI (placements dans des sociétés innovantes). Ces deux fonds de placement ouvrent droit à une réduction d’impôts et étaient très plébiscités par les ménages les plus riches. La fin de l’impôt sur la fortune a d’ailleurs été un frein à la progression de ces stratégies. Additionnée à des conditions d’accès contraignantes, certains fonds de placement ont vécu un réel coup dur en voyant leur collecte être divisée par trois en 2018. Les FCPR (fonds communs de placements à risque), bien que moins avantageux (mais aussi moins contraignants), font le bonheur des nouveaux investisseurs.

Ne pas confondre

Tout comme les FIP et les FCPI, les FCPR ne relèvent pas tous de la méthode capital-investissement ; certains n’investissant pas uniquement dans des actions d’entreprises non cotées.

Partagez l'article :

Mélissa Cruz

Rédactrice

Découvrir cet auteurlink-cross

obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Découvrir toutes les actualités link-cross

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse