Brexit : Quel impact sur l’immobilier français ?

Publié le 04 Nov 2019

Rédigé par Bastien Judes

Patrimoine

Le 31 octobre ne sera pas la date officielle de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les représentants des 27 pays européens à Bruxelles ont validé le nouveau report du Brexit jusqu’au 31 janvier 2020. Une nouvelle qui va peut-être rassurer les Britanniques propriétaires de biens immobiliers en France et qui craignent un « hard Brexit ».

Partagez l'article :

Une épée de Damoclès

Depuis le mois de juin 2016, date de la victoire du « leave » au référendum britannique sur la sortie de l’Union européenne, les Anglais possédant des biens immobiliers dans l’Hexagone vivent avec la menace d’une sortie de l’Europe sans accord. En effet, en cas de « hard Brexit », ils craignent de rencontrer des difficultés pour se déplacer en Europe : problèmes de visa, complexités des démarches administratives… Une situation qui leur compliquerait la tâche pour se rendre dans leurs résidences secondaires situées en France.

Sextant Properties, réseau d’agents mandataires en immobilier

Les acheteurs anglais sont de plus en plus sur la réserve, à la différence des vendeurs qui souhaitent céder leurs biens au plus vite.

Si le Royaume-Uni venait à sortir de l’Union Européenne sans accord, les Britanniques pourraient chercher à vendre rapidement leurs biens afin de récupérer du « cash ». Une éventualité qui ferait le bonheur des Français qui pourraient profiter de prix cassés.

Des conséquences sur le marché immobilier hexagonal

Si les Français sont attachés à la pierre, ce n’est pas le cas des Britanniques. En effet, nos voisins d’Outre-Manche conservent en moyenne leurs biens immobiliers 5 ans avant de les revendre. En cas de « hard Brexit », ils n’hésiteraient donc pas à revendre leurs propriétés françaises.

400 000

Avec 156 000 Britanniques vivant en France, plus les propriétaires de résidences secondaires, le Brexit pourrait concerner près de 400 000 personnes en France.

Le réseau d’agents mandataires en immobilier, Sextant Properties, a estimé qu’une sortie de l’Union Européenne sans accord pourrait entraîner l’arrivée sur le marché immobilier français de près de 100 000 biens. Une vague de ventes qui provoquerait une forte baisse des prix de l’immobilier dans les départements de Dordogne, de Charente, des Côtes-d’Armor, de la Manche et de la Côte d’Azur, des secteurs particulièrement prisés des Britanniques.

À contrario, en cas de sortie de l’Union Européenne avec accord, les Anglais qui hésitent à acheter en France depuis trois ans et demi, pourraient se décider à franchir le pas et l’on assisterait à une vague d’achats.

Les premiers départs observés

Dans le doute, quant à l’issue de ce Brexit, certains Britanniques ont déjà commencé à plier bagage. D’après le Conseil Supérieur du Notariat sur les étrangers non-résidents, le nombre de propriétaires anglais ayant revendu leurs biens immobiliers en France a atteint 7 % entre 2016 et 2017. Une observation à relativiser ! Ils représentent encore 27 % des acquéreurs étrangers et 77 % des propriétaires de maisons dans les régions de Normandie, Dordogne, Limousin et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Enfin, si certains cherchent à vendre leurs biens dans l’Hexagone, d’autres cherchent à acheter pour se protéger des risques du Brexit

Partagez l'article :

Bastien Judes

Conseiller en gestion de patrimoine

Découvrir cet auteurlink-cross

obtenez votre bilan patrimonial

Nous vous aidons à trouver l’investissement locatif adapté à votre projet

bulle-conseil

Vous voulez obtenir des conseils ?

Découvrir toutes les actualités link-cross

Découvrez nos agences

Aix-en-Provence – Marseille

Bordeaux

Chambéry

Dijon

Lille

Lyon

Metz

Montpellier

Nantes

Nice

Orléans

Paris

Reims

Rennes

Rouen

Strasbourg

Toulouse